Prix en gros du mégawattheure à plus de 1.000 euros, Élisabeth Borne appelle les entreprises françaises à la « responsabilité collective » et n'exclut pas des coupures de courant cet hiver pour les particuliers. Comment la France, pays exportateur d'électricité, a-t-elle pu en arriver là ? Retour sur les dix ans qui ont tué l'industrie nucléaire.

https://youtu.be/aTw8BtuxVJo

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 05/09/2022 à 14:02.

6894 vues

04 septembre 2022 à 10:45

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

28 commentaires

  1. Ca a commencé avec Juppé qui a nommé LEPAGE Ministre de l’Environnement et Alphandéry Président d’EDF.
    On a continué avec les décisions d’arrêt de Superphénix par le couple infernal Jospin-Voynet. Puis ce rigolo de Borloo, Ministre de Tout, et surtout du Grenelle de l’Environnement. On a continué avec Hollande, Batho, Martin, Ségolène, Canfin, Brottes, puis on en a remis une couche avec Macron, Hulot, De Rugy, Borne, Lecornu, Wargon, Canfin, et encore une couche avec Macron, Borne Wargon, Canfin.
    Depuis 27 ans les politiques tirent sur l’électronucléaire français. Qu’il est résisté dans ces conditions relève du miracle.

  2. L’archétype de l’élite, c’est Madame Borne. Tout dans sa formation scientifique d’excellence aurait dû la conduire à dire et à faire et à dire le contraire de ce qu’elle fait et dit. Mais voilà ! Carriérisme, opportunisme, idéologie, copinage conduisent tout droit au mensonge et à la trahison. Madame Borne ment et elle le sait.

  3. Cette chère Europe ne supportait pas la fiabilité et le faible coût de notre nucléaire et les élus ont accepté , les yeux fermés , de ruiner ce pays et de céder face à l’UE .Honte à ces incapables qui n’ont pas hésité à augmenter leurs revenus alors qu’ils nous pressent comme des citrons .

    1. Face à l’UE et face aux combines négociées par Martine Aubry et Cécile Duflot en 2012. Pour quelques sièges, pour quelques voix. Ce pacte socialo-écolo signait l’arrêt de mort du nucléaire français. Mais Macron l’a repris à son compte … en aggravant son cas puisque c’est lui le bradeur de la branche énergie d’ALSTOM à GE (turbines Arabelle) .. et Borne se vantait de la fermeture de Fessenheim en expliquant que « les engagements étaient tenus ».

  4. Pourquoi le prix du kW électrique est indexé sur le prix du gaz ? Comme l’est le gaz sur le pétrole ?
    Combien reste t’il de centrales au gaz en France ?
    Il faut regarder du côté de l’europe de ceux qui la dirigent les allemands !
    Certains disent qu’il y aurait un « deal » entre la France et l’Allemagne, du gaz contre des KW !
    Pourquoi ne pas reprendre notre indépendance énergétique ? etc. etc.
    Un expert peut certainement nous répondre, merci à lui si cela est le cas.

  5. la fin du nucléaire a été acté dès que les dirigeants, auparavant choisis parmi les meilleurs ingénieurs, ont été remplacés par des politiques qui n’y connaissaient rien mais soignaient leur carrière au TOP des entreprises qui rémunèrent à 5 chiffres. Le premier fut MENAGE…. La réussite du plan nucléaire français c’est basée sur une organisation quasi militaire, un engagement du personnel, une formation intensive toute la vie, un retour d’expérience au top de l’industrie mondiale et de la recherche dans tous les domaines. C’est terminé depuis longtemps.

Les commentaires sont fermés.