Le passage de Raphaël Enthoven à la table d’Éric Zemmour porte aujourd’hui ses fruits. Dans un tweet, l’essayiste révèle sa tentation d’un vote au soir d’un hypothétique deuxième tour /Marine Le Pen. Les arguments du pilier de « Face à l’info » ont porté, le Rodrigue de la théâtrale se range du côté des patriotes.

Soyons bon joueur : les prédictions du mage insoumis annonçant la fin du monde dans les derniers jours de la présidentielle ont aidé à ce revirement. Ce fut le coup de pouce décisif, la goutte en trop dans le vase de la rose socialiste. Dans un tweet, l’engagement d’un premier pas vers la fille de Jean-Marie est sans équivoque : « Je peux encore changer d’avis, mais je crois que, s’il fallait choisir entre les deux et si le vote blanc n’était pas une option, j’irais à 19 h 59 voter Marine Le Pen en me disant, sans y croire, plutôt Trump que Chávez. »

Certains modérateurs d’enthousiasme objecteront que la liste des conditions est longue. Très longue. Si le vote blanc, si un 2e tour improbable, si ma tante… Et puis l’épineux détail technique de la montre réglée à la seconde près. Et puis il peut encore changer d’avis. Et puis sa tante pourrait… Stop ! C’en est trop. L’homme simule l’indécision, joue avec les nerfs de Patrice Duhamel. De toute évidence, Raphaël Enthoven n’a pas souhaité annoncer la nouvelle de manière trop abrupte à ses ex-compagnons d’idéologie. Il y va de la santé de certains chroniqueurs. L’image de pendu à son écharpe a hanté le futur repenti durant l’écriture de son tweet. Des précautions s’imposaient.

Dans un deuxième temps, l’essayiste annoncera son positionnement dans la perspective d’un duel Jadot-Le Pen : un vote RN à 19 h 58. Dans le cadre d’un duel Dupont-Aignan-Le Pen : à 19 h 57, vote RN. Et enfin l’apothéose : Macron-Le Pen, le bulletin RN cette fois-ci dans l’urne, mais dès l’ouverture des bureaux de vote.

L’engagement homéopathique d’une partie de la gauche vers ladite ne fait plus l’ombre d’un doute. Raphaël Enthoven en sera le docteur. Déjà, des patients se pressent aux portes de son cabinet. Implorent ses ordonnances. La fréquence des tweets, les doses de « facho » à distiller, les signaux à envoyer… rien n’est laissé au hasard. Nanti de sa prescription, l’ex-militant socialiste se jette sur son smartphone et entame sa lente reconversion. Satisfait ou remboursé. À l’inverse du professeur Raoult qu’il vouait aux pires gémonies, Raphaël n’est pas un charlatan.

Dans un prochain élan lyrique, Raphaël Enthoven annoncera son vote dans la perspective non négligeable d’un duel Marine Le Pen/Enrico Macias. Sur le plateau de « Face à l’info », Éric Zemmour attend le retour de son contradicteur pour lui injecter la deuxième dose. Celle qui le prémunirait définitivement contre les scénarios fantaisistes.

8 juin 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

Rugy et Mélenchon enfarinés, Dupond-Moretti grillé à Péronne

Éric Dupond-Moretti a été placé sous escorte pâtissière. Pour un homme déjà pétri d'humani…