Louis XIV, ce descendant de « migrants » : on en reparle ?

LOUIS XIV

Petit 1 : l’immigration est une chance pour la France. Petit 2 : la France a toujours été un pays d’immigration. Prenez la chose comme vous voulez, il va bien falloir vous mettre ça dans la tête, une bonne fois pour toutes, et qu’on n’ait pas à y revenir. C’est le b.a.-ba, comme une sorte de principe de base, un axiome, que dis-je, un dogme. Mieux : c’est scientifique. Donc, pour que ça rentre bien dans la tête des « gens », tout est bon. L’Histoire de France, si chère aux Français qui adorent regarder les émissions de Stéphane Bern et Franck Ferrand, devient du coup une alliée formidable. Il fallait juste y penser. D’où cette affiche, évoquée mercredi par notre ami Jany Leroy, comme une sorte d’hallucination, placardée dans le métro parisien : Louis XIV, en majesté, peint par Rigaud, avec ce slogan : « C’est fou, tous ces étrangers qui ont fait la France. » Punaise, on nous l’avait pas dit, mais Louis XIV était issu de l’immigration. Choisie, clandestine, de travail, familiale ?

Ainsi, notre Roi-Soleil avait une « mère migrante » (Anne d'Autriche) et une grand-mère autrichienne, nous dit, entre parenthèses, l’affiche du musée de l’Histoire de l’immigration ! Tiens, on va même en rajouter : sur les huit arrière-grands-parents de Louis le Grand, on trouve un Médicis (un Rital), quatre Habsbourg (on va dire des Boches, pour rester dans l’esprit) et une Wittelsbach (encore une Teutonne). Effectivement, ça fait beaucoup d’étrangers ! Le message est clair : l’immigration a fait la France. Le raccourci est saisissant et convaincant pour les gogos qui ne voient pas l’anachronisme grossier. Comme si l’on pouvait assimiler l’immigration de masse à laquelle est confronté notre Vieux Continent, et plus particulièrement la France, au jeu des alliances dynastiques qui se confond avec l’histoire géopolitique de ce même continent durant des siècles.

Mais puisqu’on veut aller sur ce terrain, il faudrait alors mettre en avant le fait que tout ne fut pas un long chemin tranquille bordé de pétales de roses. La Florentine Marie de Médicis, mère de Louis XIII et grand-mère paternelle de Louis XIV, était surnommée la « grosse banquière ». On vous fait un dessin ? Son favori Concino Concini, « migrant » florentin, prévaricateur en diable, fut assassiné par les fidèles du jeune Louis XIII, désireux de mettre fin à la régence de sa mère, et son cadavre subit les pires outrages de la part de la populace parisienne. Ne parlons pas de Marie-Antoinette ! « L’Autrichienne », surnom que la Révolution française, si humaniste comme chacun sait, reprit largement à son compte sans se dire qu’on risquerait un jour de lui reprocher son racisme…

Toujours sur ce terrain de l’anachronisme dans lequel s’est engagé, avec ses gros sabots, le musée de l’Histoire de l’immigration, on pourrait dire que ces « immigrations choisies et familiales » s’accompagnaient d’un processus qu’on n’ose plus évoquer aujourd’hui comme condition sine qua non pour devenir pleinement français : l’assimilation. Le vilain mot ! Maria de’ Medici, née en Italie, est connue en France sous son nom francisé : Marie de Médicis. Point barre. Comme sa grande tante Catarina de Medici. Comme toutes ces familles qui vinrent à la suite de ces « migrations dynastiques » : par exemple les di Broglia devenus de Broglie. Sans parler de Giulio Mazarini devenu Jules Mazarin. Cette francisation des noms n'était-elle pas le reflet d’une véritable assimilation ?

Mais, surtout, le musée de l’Histoire de l’immigration se garde bien de faire remarquer que ces « migrants » nichés sur l’arbre généalogique de Louis XIV appartenaient tous à cette même civilisation européenne qu’on appelait alors la chrétienté. C’est tellement évident qu’on le perd de vue. En tout cas, maintenant que l'on sait que Louis XIV était issu de l'immigration, va se poser rapidement cette question : Louis XIV était-il noir ? On sait depuis peu, grâce à Netflix, que la question n'est pas incongrue...

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

32 commentaires

  1. Mais c’est bien sur! comme dirait un certain commissaire de police dans le feuilleton. Mais bien sur qu’il est noir notre Louis XIV. Si vous y regardez de près, vous allez vous en apercevoir.

  2. A quelques années près, Napoléon ne pu être Empereur des Français, la Corse n’ayant été rattachée au Royaume de France que quelques années avant sa naissance. Peut être faudrait il imposer un minimum de connaissance historique à toute personne oeuvrant au service de l’Etat Français. Mais il est vrai que le ministère de la culture est aux mains d’une « Franco-Libanaise » qui semble oublier que les Français n’ont pas envie que leur pays ressemblât au Liban.

  3. Les migrants et les immigrationnistes font semblant de croire que toutes les immigrations sont, si ce n’est identiques, au moins comparables. Or, les migrations du passé, disons avant 1960, était intraeuropéennes et culturellement chrétiennes. Depuis cette date, les choses ont quelque peu changé … En outre, s’agissant de nos rois, rappelons qu’en matière dynastique la nationalité ne joue aucun rôle, et que de plus, les pères de nos rois successifs étaient bel et bien français de France, et de longue date! Exemple d’indifférence de la nationalité en cette matière: Né espagnol, Louis de Bourbon, duc d’Anjou, est le chef de la branche aînée de la Maison de France, et à ce titre, prétendant légitime à la couronne si un retour à la monarchie advenait; il serait alors Louis XX.

  4. Les problèmes que pose l’immigration aujourd’hui est de trois ordres, le premier, ce sont les islamistes qui ne veulent pas s’intégrer et encore moins s’assimiler et font régner parmi leur coreligionnaires « modérés » une pression qui les empêche de se fondre dans la masse des français de souche ou non, pour qu’à la deuxième ou troisième génération ce soit des citoyens comme les autres. Enfin c’est le la lâcheté de nos dirigeant ÉLUS et d’une « justice » française et européenne laxiste et dévoyée qui font que tout ça ouvre pour les islamistes un boulevard devant eux, pour la conquête de l’Europe et d’abord de son « ventre moud » qu’est la France.

  5. Bravo, et Merci de mettre en perspective une ânerie de plus de la propagande ‘politiquement correcte’…

  6. Mais amis britanniques semblent bien se satisfaire des origines germaniques de leur famille royale.
    Les Espagnols eux aussi ne semblent pas dérangés par les Bourbons…
    L
    Ces gauchistes ne sont que des incultes.

  7. j’ai eu beau chercher, je n’ai trouvé aucun sultan dans la parentèle de nos dirigeants depuis mille ans. Etaient-ils tous des « chances pour le France », ça se discute, mais au moins ils ont œuvré pour la France et pour la préservation de sa culture.

  8. Tout cela est d’un tel ridicule et montre la méconnaissance de l’histoire de tous ces « incultes ». Il faut rétablir la culture générale, l’histoire et la « petite histoire » des peuples et des pays. Il y a du travail!

  9. A la rencontre de Napoléon et d’Alexandre 1° sur le Niemen en 1807, on parlait …. Français ! Mais le Tzar le parlait beaucoup mieux que le petit hobereau Corse, « Buonaparte-Paille-au-Nez ». Car il l’avait appris de son précepteur Suisse, César de la Harpe !!

  10. Dans les familles royales, il était coutumier de marier le prince héritier avec la fille d’un souverain étranger allié pour consolider une alliance. Ce n’étaient pas des mariages d’amour., mais des mariages politiques. Le roi Philippe 1° était le fils de la princesse Anne de Kiev, la première alliance Franco-…. Ukrainienne !!!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois