Ironie du sort. Tandis qu’à Téhéran des jeunes femmes risquent leur vie quotidiennement (83 morts selon l'ONG Iran Human Rights) depuis bientôt trois semaines en manifestant cheveux libérés du obligatoire, en France, des influenceuses musulmanes s’affichent sur les réseaux sociaux hyper maquillées, voilées de la tête aux pieds pour mieux distiller leur prosélytisme.


Ainsi Maria_liya rassure ses 140 K abonnés sur Insta : « Je vois beaucoup de nanas qui ont de passer le cap du voile avec la chaleur et d’autres qui ont du mal à le supporter. […] N’ayez pas peur mes go, croyez-moi ça va le faire. » Et leur conseille « trois astuces simples » pour le supporter : choisir le bon voile (mousseline de soie ou jazz coton), natter ses cheveux et mettre le voile dans un petit sachet au congélateur juste avant de sortir… Sur TikTok, Bevoddy poste un tuto à ses 266 K abonnés pour leur apprendre comment porter le voile. Et dans une autre vidéo qui comptabilise plus de 231.000 vues, la jeune femme explique qu’elle se fournit dans une boutique à mais présente un site « où la fille vend des voiles grave pas chers et grave bien présentés ». Sur une autre, elle se baigne en mer en burkini.

@uuserootd Qu’ الله vous preserve #tips #voilée #fpy @bevodyy ♬ Ya Adheeman - Ahmed Bukhatir


A priori, des conseils futiles prodigués par des influenceuses portant des faux cils n’auraient pas de quoi inquiéter les services de l’État. En juin dernier, annonçait que le port de tenues religieuses représentait 22 % du total des signalements pour atteinte à la laïcité. 139 cas avaient été recensés entre décembre 2021 et mars 2022 dans les établissements scolaires français : un bien faible pourcentage, en somme, sur douze millions d’élèves dans notre pays. Avant l’été, Boulevard Voltaire avait recueilli le témoignage de ce professeur racontant la manifestation visuelle d'une présence de l'islam dans les établissements scolaires.

Depuis, cette réalité s’est encore accentuée. Le 27 août, le Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) alertait, dans une note : « À l'approche de la rentrée scolaire, plusieurs messages, sur les réseaux sociaux, de comptes gravitant autour de la mouvance islamiste remettent en cause le principe de laïcité à l'école. » Un document mettant en lumière des expressions « caractéristiques de la stratégie d'entrisme salafo-frériste visant à faire entrer des pratiques et rites religieux au sein de l'école républicaine ». Ainsi, de faux comptes créés sur les réseaux sociaux expliquent aux jeunes par des vidéos attractives ou des défis lancés sur TikTok comment contourner la loi sur le port du voile : « Il suffit de mettre un lacet ou une ceinture, avec un pantalon en dessous pour couvrir vos jambes, comme ça, ils ne peuvent pas vous demander d'enlever votre abaya », conseille l’une d’entre elles. Un décalage flagrant entre la modernité du canal employé et le discours rigoriste véhiculé.

@nami.pearl #pourtoi #fyp #pourtoii #fypシ #humouroupas ♬ original sound - jade

Le 16 septembre, une deuxième note est rédigée par le CIPDR et adressée aux recteurs et directeurs d’établissement. Elle confirme que le port du qamis par les garçons et de l'abaya par les filles est « de plus en plus courant » en classe. Rappelons que le texte de loi concernant le principe de laïcité stipule que « dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit ».

Un phénomène d’une telle ampleur qu’elle a poussé le Conseil des mosquées du Rhône à dénoncer, dans un communiqué cette semaine, « des comportements provocateurs et irresponsables » de la part d’une « frange très minoritaire de la musulmane ». Les responsables religieux craignent une « aggravation de la situation qui risquerait de susciter de nouvelles passions collectives autour de l’objet islam dans le débat politico-médiatique ». Même volonté d'apaisement pour l’écrivain Usted Marwan, fervent défenseur du port du voile dans l’espace public, mais qui martèle sur le réseau préféré des jeunes que « le voile à l’intérieur des établissements, c’est non et personne ne vous a demandé de le faire ».

@dawabyusted #voile #qamis #cours #hijab #lycee #college #abaya #islam ♬ son original - Usted Marwan

Invité sur le plateau de « Télématin », ce 4 octobre, notre ministre de l'Éducation nationale a pu dire ses quatre vérités ! Tout en appelant à une appréciation au cas par cas du port du bandana : « Tout dépend de l’intention. Cela doit s’apprécier à l’échelle des établissements. » a réaffirmé que « la règle, c’est la fermeté et l'appui aux chefs d'établissement par les cellules valeurs de la République ». De quoi nous rassurer sur les capacités de l'État a endiguer ce flot dont nous n'avons pas fini d'entendre parler...

12285 vues

4 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

42 commentaires

  1. Quand je lis qu’il faut rétablir l’uniforme, oui, mais ce n’est qu’une mesure superficielle, cela ne traite pas le fond du problème, à savoir l’islamisation de la société française et européenne en général. Récemment il était question d’une fillette voilée affichée dans une campagne de l’Union Européenne pour promouvoir l’éducation. C’est la même chose quand on veut interdire le burkini pour des raisons d’hygiène. Cela ne traite pas le problème, l’islamiste sorti par la porte revient par la fenêtre, celui éjecté par la fenêtre passe par la cheminée ou le trou des cabinets et finira par percer un trou dans le mur pour arriver à ses fins. Il faut clairement expliquer à ces gens que dans notre société la religion relève de la sphère privée. Si ce mode de vie ne leur convient pas, ou heurte leurs convictions, ce que je peux comprendre, ils n’ont qu’à faire comme de nombreux jeunes français diplômés qui vont exercer leurs talents à l’étranger. Je pense que la France survivra au départ des islamistes.

  2. On nous parle des signes religieux dans les établissements scolaires,pourquoi ne pas désigner tout simplement le signe religieux qui pose problème?
    Inutile de tourner autour du pot,il s’agit des signes religieux musulmans qui traduisent l’incapacité de cette idéologie ,car c’est bien davantage cela, plutôt qu’une religion au sens ou l’entendent les chrétiens et les juifs.
    Lorsque j’entends des élus comme Sandrine Rousseau dénoncer « les religions »,cela me hérisse le poil, je suis catholique,j’ai été scolarisé dans le public,et je n’ai jamais rencontré de problème avec les juifs et les quelques musulmans de ma classe,c’était dans les années 60-70.
    L’Evangile ne nous enseigne pas à tuer au nom de Dieu,c’est bien au contraire l’inverse qui nous est enseigné,aucun interdit alimentaire ou vestimentaire,le partage,la douceur,le pardon à la femme adultère,la guérison des malades,les chrétiens ne sont que des êtres humains avec leurs limites,mais nous ne pouvons pas nous inspirer de l’enseignement évangélique pour tuer et faire de l’existence un enfer!
    D’autre part chacun est libre de croire ou pas,de pratiquer sa religion ou non,voilà bien des points qui nous séparent de l’islam!
    L’islam en lui-même pose un problème à l’ensemble du genre humain,cette idéologie rend fou,tout n’est qu’interdits et peines de mort,de ce fait nous devons refouler les immigrés et fermer nos frontières ,car nous ignorons lequel de ces immigrés passera à l’acte ,les terroristes semblent toujours être des hommes bien intégrés en Occident,jusqu’au jour ou nous découvrons qu’ils sont en fait radicalisés.

  3. Tout ce qui peut diviser les français arrange les affaires de l’État. L’immigration est encouragée pour cela. Alors pas question de faire passer toutes les générations de migrants sous les fourches caudines de la République. Et ça marche, mais par communautés et par quartiers, villes et agglomérations. Et cela se terminera comme au Liban en 1975 ou comme en Iran en 1979. Nos dirigeants qui rêvent de piloter un peuple de zombies désunis, pourraient être remplacés par des imams ou des ayatollahs. « Avec vos lois démocratiques, nous vous coloniserons. Avec nos lois coraniques, nous vous dominerons. »

  4. Dans son collège Britannique, ma petite-fille porte un uniforme, veste avec badge et jupe plissée. Pour sa jupe, elle bénéficie d’un privilège : comme elle a une grand-mère Ecossaise, elle peut porter les couleurs du tartan du clan de son aïeule ! Et j’en porte aussi le kilt de temps en temps.

  5. Il y a bien longtemps que l’on dit que c’est inacceptable, valeurs de la république et bla-bla-bla… et ils s’assoient dessus et nous ne disons rien… en Iran les femmes meurent pour ne pas porter le voile et des décérébrées maquillées comme des péripatéticiennes font la promotion de ce symbole d’infériorité féminine. Ce qui est drôle ce sont ces actrices islamo gauchistes qui d’un seul coup se coupent une mèche de cheveux pour soutenir les iraniennes quand ici elles soutiennent la cause contraire… que ne ferait on pas pour avoir les Spotlights sur soi et ne pas tomber dans l’oubli…. Lamentable…. Elles sont écolo : elles brassent du vent comme les éoliennes

  6. La pire des chose qua fait la France , sous Giscard , à été le regroupement famillial , nous en payons le prix aujourd’hui , et ce n’est que le début .

  7. Nous sommes envahis par l’islam et les islamistes mais nous refusons de le voir . Quand nous l’admettrons , il sera trop tard

  8. Tant qu’il n’y aura pas une loi qui dira clairement que l’islam est incompatible avec la république (d’ailleurs les musulmans salafistes n’ont aucun respect pour la démocratie, vu qu’ils veulent une théocratie), on ne passera que par des demi mesures inutiles. Basta du « respect » des religions et surtout de celle là.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter