Editoriaux - 24 février 2019

Pour Dominique Reynié, “plus on va à la mosquée, plus on est susceptible de partager des opinions antisémites” : et alors, on fait quoi ?

Comme l’a bien vu Georges Michel, la guerre lancée par Emmanuel Macron est bien mal engagée : elle s’est dirigée tout droit, comme on pouvait s’y attendre, sur la ligne Fachinot repérée par les radars de Gabrielle Cluzel. On ne tourne même pas autour du pot. On s’en éloigne le plus possible.

Pourtant, ces derniers jours, deux esprits libres et avisés, peu suspects d’extrémisme, ont dit calmement et rationnellement les choses.

D’abord, Michel Onfray a rappelé l’antisémitisme inhérent aux textes musulmans. Cela pose problème. Et nul ne voit venir un aggiornamento comparable à celui qu’opéra l’Église au XXe siècle, pour la bonne raison que l’antijudaïsme chrétien n’avait pas la même place théologique ou morale que l’antisémitisme musulman. C’était une déviation de la doctrine et revenir aux racines du christianisme permettait d’éliminer l’antijudaïsme sans incohérence. Il en va autrement pour l’islam.

Ensuite, Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique et professeur à Sciences Po, est venu rappeler sur le plateau d’Yves Calvi, dans “L’Info du vrai”, les faits et les résultats de plusieurs enquêtes de son institut réalisées ces dernières années sur la perception des juifs par les musulmans français.

Les faits, tout au moins les plus graves : “Depuis 2006, dans l’Union européenne, 16 personnes ont été assassinées parce que juives. 11 l’ont été en France. Toutes l’ont été par des musulmans.”

Les enquêtes : “Selon nos travaux, il y a une corrélation entre le fait d’aller plus ou moins souvent à la mosquée et la propension à partager des opinions antisémites.”

Il ne faisait que reprendre ses observations, par exemple dans Atlantico, le 26 mai 2017 : “On avait observé que chez les musulmans, l’antisémitisme était d’autant plus affirmé et prégnant que la pratique et la fréquentation de la mosquée était plus importante.”

Enfin, faut-il rappeler les nombreuses enquêtes internationales montrant les conséquences de cette corrélation dans les pays musulmans ?

“Les sondages montrent que dans les pays marqués par l’islam les opinions antisémites sont répandues chez une grande majorité de la population. Ainsi, l’étude publiée en mai 2014 par la Anti-Defamation League révèle qu’entre 56 % (Iran) et 93 % (Cisjordanie et Gaza) des personnes sondées approuvaient au moins six des onze énoncés antisémites sur lesquels on les avait interrogées. La moyenne dans les pays du Proche-Orient et en Afrique du Nord était de 74 %, avec 80 % au Maroc, 87 % en Algérie, 86 % en Tunisie, 87 % en Libye, 75 % en Égypte, 81 % en Jordanie, 74 % en Arabie saoudite, 92 % en Irak, 78 % au Liban et 69 % en Turquie 1.”

La réalité est celle-là : les pays musulmans sont pétris d’antisémitisme, à la fois pour des raisons religieuses et historiques, et cet antisémitisme est en expansion. Et la recrudescence de l’antisémitisme en France est essentiellement due à la constitution d’une immigration arabo-musulmane puissante et au développement de l’islam dans notre pays. Ce n’est pas la seule conséquence de ce processus historique, mais l’une des plus effrayantes certainement.

Une fois ce constat fait, on peut entrer dans la recherche des responsabilités : qui a favorisé cette immigration ? Qui a permis la diffusion massive de l’islam, la construction de mosquées partout en France ?

On peut aussi rechercher des solutions concrètes et efficaces qui tiendraient compte de ces réalités que toutes les études montrent, loin des incantations, des manifestations pleines de bonne conscience – et de désolant aveuglement.

Une piste ? Décider un moratoire. Sereinement et rationnellement. Et sur l’immigration, et sur la construction des mosquées. Ce serait un premier pas. Après toutes les erreurs, les démissions, les complaisances, les lâchetés, les hypocrisies, les récupérations, c’est le minimum que nous devons, et aux juifs persécutés, et à la France. Il reste peu de temps avant que les dirigeants français, ayant perdu le sens de la vérité sur ce sujet, y perdent aussi l’honneur de la France.

Notes:

  1. Günther Jikeli, “L’antisémitisme en milieux et pays musulmans : débats et travaux autour d’un processus complexe”, Revue d’histoire moderne & contemporaine 2015/2-3 (n° 62-2/3), pages 89 à 114

À lire aussi

Répression policière contre les gilets jaunes et suicides dans la police : et si ceci avait quelque chose à voir avec cela ?

C'est aussi une tension nouvelle, potentiellement dangereuse, entre la police et des pans …