Politique migratoire allemande : les portes grandes ouvertes

olaf scholz

Le gouvernement d’Olaf Scholz imprime toujours plus sa marque d’un écolo-gauchisme forcené et assumé. Fin novembre 2022, le ministre du Travail Hubertus Heil présentait, rapporte L’Express, les nouvelles dispositions en matière d’immigration qui vont être votées cette année. En Allemagne, deux millions de postes de travail sont vacants, le gouvernement dit avoir besoin de faire venir 400.000 travailleurs étrangers par an pour assurer le bon fonctionnement de l’économie allemande. Vertigineux… Il y aurait, sur le marché du travail européen, une telle concurrence entre ces pays en termes de recherche de personnel qualifié que le gouvernement Scholz entend assouplir considérablement les conditions de l’immigration de travail et refonder le Code de nationalité allemande : « Nous avons l’objectif de mettre en place la législation la plus moderne d’Europe pour concurrencer les autres pays qui cherchent, eux aussi, des talents à l’étranger », explique Hubertus Heil.

Open bar à tous les étages ! L’un des objectifs est de faire venir de la main-d’œuvre qualifiée, à tout prix. Olaf Scholz suit en cela le chemin exactement opposé aux sociaux-démocrates danois : fin de la préférence nationale à l’embauche, critères de sélection revus à la baisse, simplification administrative. Les candidats à l’immigration de travail n’auront plus comme condition préalable la connaissance de la langue allemande ou encore l’obligation de présenter un contrat de travail. Un système de points pourra faciliter et accélérer le processus : les points seront obtenus en fonction des diplômes, de l’âge, des expériences professionnelles, des liens avec l’Allemagne.

L’accès à la nationalité allemande sera également grandement simplifiée. L’interdiction de la double nationalité sera définitivement levée, même si elle était déjà entachée de nombreuses exceptions, puisque 69 % des personnes récemment naturalisées ont la double nationalité. Tout le gouvernement allemand est mobilisé dans cette entreprise de suicide identitaire à l’échelle d’un pays. Ainsi le ministre de l’Intérieur explique que la naturalisation pourra se faire au bout de cinq ans et non plus huit, délai rapporté à trois ans en cas de bonne conduite de l’impétrant : maîtrise de la langue, engagement dans la société civile. Sur les neuf millions d’étrangers que compte aujourd’hui l’Allemagne, cinq sont déjà présents sur le territoire depuis plus de dix ans. On peut déjà prévoir un boom de naturalisations.

Pourquoi un tel suicide civilisationnel ? Quel est le moteur, plus puissant que tous les autres, plus fort que l’amour d’un peuple, de son Histoire, de ses racines, de ses coutumes et de ses traditions, qui pousse un gouvernement à accélérer, façon pilote de Formule 1, la substitution d’un peuple par une mosaïque d’individus venus du monde entier, bien au-delà de l’Europe ? L’expérience désastreuse de la politique de portes ouvertes menée par Angela Merkel, qui trouve son épisode le plus marquant et le plus violent dans la nuit de la Saint-Sylvestre 2015 à Cologne, n'a pas servi de leçon.

Bien au contraire. Partant du constat qu’avec un taux de fécondité de 1,53 en 2020 l’Allemagne non seulement aggravera sa pénurie de main-d’œuvre mais ne pourra plus soutenir son régime de retraites par répartition, l’industrie allemande fait depuis longtemps pression sur les autorités allemandes pour assouplir les politiques migratoires. La seule voie, selon eux, est donc de faciliter l’immigration de travail mais aussi de renforcer l’attractivité du pays en élargissant considérablement les voies d’accès à la nationalité allemande. Toujours selon L’Express, « le président de la Chambre des arts et métiers, Hans Peter Wollseifer, souhaite même que l’administration des étrangers se transforme en "centre de bienvenue" » (sic).

Olaf Scholz estime que la forte progression du marché du travail allemand - 45 millions d’actifs pour 83,2 millions d’habitants - est due pour les deux tiers « aux immigrés sans passeport allemand ». Il poursuit : « Celui qui vit et travaille durablement ici doit pouvoir voter et être élu. »

C’est donc une immigration durable, voire définitive et donc de peuplement, qui est en train de se mettre en place chez nos voisins allemands, sous la forte poussée conjointe de la gauche idéologique au pouvoir et des patrons de l’industrie allemande. Le développement de l’économie verte n’y est pas non plus étranger : le ministre de l’Écologie souhaite multiplier par trois les investissements dans ce domaine, il faut donc importer de la main-d’œuvre.

Cette réforme de la politique migratoire allemande a un seul mérite : elle dévoile le cynisme de la social-démocratie allemande et européenne, son mépris des identités nationales, sa filiation avec le capitalisme le plus débridé qui entend considérer les travailleurs comme des unités interchangeables, déracinables et corvéables à merci.

On n’ose imaginer les répercussions sur la France de ce tsunami migratoire à venir.

Marie d'Armagnac
Marie d'Armagnac
Journaliste à BV, spécialiste de l'international, écrivain

Vos commentaires

49 commentaires

  1. Les pays européens sont dirigés par des criminels de haut-vol, puisque des tueurs de Nations. Dans une génération ou deux leurs politiques de soumission se paiera au prix fort. Je ne suis en effet pas du tout persuadé que ceux qui prendront alors le pouvoir auront les mêmes bontés d’âme et délicatesses que les vendus qui nous gouvernent aujourd’hui.

  2. « De la main d’oeuvre qualifiée »? Issue d’un continent que leur ressortissants n’arrivent pas à faire évoluer ainsi que le font, par exemple, les sociétés occidentales, ça craint, non?

  3. Jusqu’à quand va-t-on être aux ordres de l’Allemagne?
    Ses dirigeants, contrairement aux nôtres, font tout pour le bien et la prospérité de leur pays même (et surtout?)si c’est au détriment de la France ,en particulier, et des autres états européens en général.
    Peuple de France ouvre les yeux et ne te laisse pas entrainer dans les fonds abyssaux !!

  4. Hier le nazisme, aujourd’hui une politique écolo-énergétique désastreuse et un immigrationisme forcené, l’Allemagne s’illustre par le fait que, lorsqu’elle s’engage sur une voie qui conduit à un mur, elle va jusqu’au bout et le pied sur l’accélérateur.

  5. Je remarque que les conditions faites aux immigrés en Allemagne, même une fois durcies, resteront malgré tout encore un peu moins favorables que celles qui leurs sont faites en France depuis longtemps. Donc, si l’on peut être inquiet pour le futur de l’identité allemande, on peut l’être encore bien plus pour l’identité française !

  6. Décidément nos pays sont gouvernés par des branquignoles et ça ne va pas en s’améliorant, bien au contraire.

  7. Ce type est un traître fini s’il redresse sa main face à l’UE on se retrouve à nouveau en 39, alors chers lecteurs il est impératif de virer ces incompétents et quitter l’UE avant une prochaine guerre mondiale.

  8. Si ces futurs migrants restaient en Allemagne, il y aurait moindre mal, mais ils vont venir chez nous puisque nous sommes plus généreux en assistanat

  9. une politique pour facilité la natalité eut été la bonne, mais tout comme en France on préfère la facilité. Alors l’Allemagne (comme la France et d’autres pays européens) subira un premier tsunami migratoire. Il a déjà commencé, venant d’Afrique principalement, mais aussi du proche orient (Syrie notamment ) et maintenant d’Ukraine . Mais un second tsunami est déjà en marche. Cette fois c’est d’Asie, qu’il viendra et principalement de la Chine. Déjà la Chine place ses pions sans en avoir l’air. Un morceau de port par-ci (Marseille, Athene) une voie ferrée par là, une forêt ou un vignoble en France, une industrie en Allemagne, etc … Pékin n’est qu’à une quinzaine de jours en train de Paris, bientôt moins. (Le temps e changer l’écartement d’une centaine e km de voie en Europe centrale) La chine est implantée sur la corne e l’Afrique, c’est à ire qu’elle contrôle l’entrée du canal de Suez via la mer Rouge. Il lui sera facile d’envoyer es chars …

    • Donc au risque de choquer les bien pensants , Victor ORBAN et sa politique d’aides à la natalité en faveur des autochtones Hongrois mise en place il y a une dizaine d’années avait raison ! On ne les entends plus ses détracteurs réduits à l’importation de main d’oeuvre étrangère pour faire survivre leurs industries et régimes de retraite…
      Décidément, que de faux jetons.

  10. C’est bien connu, cette politique d’immigration massive, outre l’argumentation de la main d’oeuvre, a pour objectif de diluer la cohésion sociale des nations, couper les ailes des capacités de rébellion des peuples, bref diviser pour mieux régner.
    Détruire tout sentiment national par la trop grande disparité des communautarismes…
    Le rêve europeiste de Macron !

  11. l’Allemagne en Europe aura toujours tenté de démolir l’Europe. Rien ne change dans l’idée seule la manière est différente mais le fond est le même. Toute cette immigration massive voulue chez les Teutons finira par déborder sur les autres pays de l’ U.E. dont la France doit en sortir au plus vite. Le seul remède sera le FREXIT après c’est la mort de notre culture, de nos us et coutumes….bref un grand remplacement.

  12. C’est le patronat qui est le principal moteur de l’immigration depuis les années 1960 (lire les mémoires d’ Alain Peyrefitte à ce sujet), les partis de gauche n’étant que des idiots utiles dans cette affaire. La logique du capitalisme c’est le profit et rien que le profit. Le capitalisme n’a que faire des nations, des cultures, de l’enracinement et des différences entre peuples. Au contraire, l’augmentation du profit exige la disparition des singularités (un seul marché mondial homogène) et des frontières. Le capitalisme est ordonné à l’individualisme libéral; il souhaite la disparition de toutes les barrières et de tous les contre-pouvoirs (frontières, États). Les sociaux-démocrates ne sont pas les seuls à favoriser l’immigration et l’abaissement des frontières, Merkel n’est pas socialiste mais elle a fait venir plus d’un million d’immigrés et les partis de droite, en France et partout ailleurs en Europe, n’ont strictement rien fait pour mettre un terme au processus migratoire; partout, les partis de droite ont suivi les consignes des patronats. Ils sont aussi responsables que les partis de gauche. Quant à cette droite qui se dit conservatrice tout en vouant un culte au libéralisme économique, quand finira-t-elle par comprendre que le libéralisme est par nature profondément individualiste et, de ce fait, naturellement mondialiste. Le processus migratoire est essentiellement lié au libéralisme philosophique et économique (une certaine idée de l’individu souverain émancipé et désengagé, d’une part, la disparition des barrières économiques et la liberté totale de circulation des hommes et des capitaux, d’autre part).

  13. Donc, le blond aux yeux bleus, c’est fini. Voilà qui devrait réjouir M. Mélanchon. Cela dit, à terme, l’Europe sera dotée d’une importante enclave africaine. Le fameux couple franco-allemand va-t-il se disloquer ou au contraire faire des petits ? Avec M. Macron, on peut s’attendre à tout.

  14. La Germany risque bien de se retrouver comme en 1933, car la base allemande ne supportera pas qu’on lui enlève ses traditions.

  15. il serait intéressant de comprendre ce qu’ils entendent par les qualifications de la main d’œuvre. Visiblement, il y a une filière dans le maniement du couteau, mais pour le reste, je vois pas beaucoup de médecins, ingénieurs, etc.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois