Le 20 janvier dernier, lors de l’investiture de Joe Biden, la poétesse afro-américaine Amanda Gorman fut choisie par Jill Biden pour lire un de ses poèmes. Grâce à une médiatisation très élaborée, la jeune poétesse, diplômée de Harvard, s’est vue propulsée dans la galaxie progressiste mondiale, où elle n’était pourtant pas une inconnue. Selon Le Figaro Madame, elle fut reçue en son temps par le couple Obama à la Maison-Blanche pour une lecture devant Al Gore et . Le couple Biden, après la parenthèse Trump, reprend donc les bonnes vieilles habitudes démocrates et progressistes.

Ce texte d’Amanda Gorman reprend les thèmes chers à la mondiale : les , le racisme, les inégalités. Il n’en fallait pas plus pour que, passée l’heure de la pâle Greta, la carrière de la jeune femme soit lancée comme un produit marketing juteux : le serre-tête rouge siglé Prada arboré lors de l’investiture de Joe Biden est en rupture de stock, la jeune fille a signé un contrat avec une agence de mannequins, ses livres en prévente sur atteignent des records et les droits de traduction de ses poèmes affolent les maisons d’édition du monde entier.

Aux , la maison d’édition Meulenhoff choisit Marieke Lucas Rijneveld, écrivain qui, en 2020, a remporté l’ Man Booker Prize.

Qui est-elle ? Un article du Monde fournit quelques indices : « Née fille, “tendance garçon manqué”, selon ses propres termes, elle n’a jamais formellement changé de mais oscille “entre Marieke et Lucas” ». Sa notice Wikipédia nous assure qu’elle est « une personne écrivaine et poétesse néerlandaise non binaire », tandis qu’elle affirme au journal Volkskrant : « Je me sens à la fois garçon et fille, un homme entre les deux. »

Bref, elle cochait toutes les bonnes cases des délires progressistes de notre époque, où la transgression est ce qu’il y a de plus conformiste : rien de mieux pour démultiplier l’effet « Amanda Gorman ».

Seulement, voilà, Marieke Rijneveld est… blanche ! Blonde, qui plus est ; nordique, quoi ! Alors, ça ne peut pas coller. La supposée compétence de la jeune femme ne tient pas une seconde devant le fait qu’elle ne soit pas noire. La militante noire Janice Deul déplore « un choix incompréhensible ». Selon elle, les œuvres d’Amanda Gorman « sont colorés par ses expériences et son identité de femme noire. N’est-ce pas – pourrait-on dire – une occasion manquée de choisir Marieke Lucas Rijneveld pour ce travail ? » Le néo-racisme des militants antiracistes est désormais sans limite : on voudrait créer un apartheid littéraire qu’on ne s’y prendrait pas autrement. À cela, les Éditions Meulenhoff ont, selon Le Figaro Madame, répondu que « le fait qu’Amanda Gorman et son équipe aient immédiatement répondu positivement à notre proposition nous a confirmé que nous avions trouvé la traductrice idéale en Marieke Lucas Rijneveld ». Cette dernière « est attachée aux questions de l’égalité des sexes et de la résilience, et nous reconnaissons en elle la passion et la lutte pour une société inclusive ».

Ils n’ont tout simplement pas compris qu’ils avaient, dans la longue litanie des délires progressistes, un train de retard.

Dans Le Point, l’écrivain et éditeur René de Ceccatty n’en revient toujours pas. Avec un certain bon sens, il s’insurge : « L’opportunisme venu de la bien-pensance de la diversité n’est pas une chose entièrement sincère. […] On en arrive à une totale absurdité et à une ghettoïsation des sensibilités. La grande littérature ne souffre aucune détermination. »

Aujourd’hui, comme dit excellemment Pascal Bruckner, « la seule identité encore autorisée pour les Blancs est l’identité de contrition ».

Et pour cela, il faudrait qu’ils se taisent à jamais ?

5 mars 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Loi contre le séparatisme : la foire aux amendements d’une loi faible et mal ficelée

L’ennemi n’est pas désigné, la loi est ainsi privée de son objet premier. …