[PEOPLE] Grand soulagement chez les pipoles : on ne touchera pas au grisbi

@Georges Biard/Wikimedia commons
@Georges Biard/Wikimedia commons

Le 21 juin dernier, jour où la Fête de la musique éclipse le solstice, 500 gloires signaient, sur le site des Inrocks, une tribune pour appeler à faire barrage « à l’extrême droite ». En tête, Clara Luciani, Eddy de Pretto, le groupe Shaka Ponk, Miossec et tout ce que le pays compte de stars, starlettes, musicos, rappeurs, rappeux, gratouilleux et autres pousseurs de chansonnette. La France qui se prend pour LA culture était en émoi : le danger rôdait, les nazis comme les loups, ouh ouh, s’apprêtaient à envahir Paris.

N'écoutant que leur courage, tous ont fait barrage au RN de leurs petits bras musclés : No pasaran ! « Le monde des arts et de la culture est en prise directe avec la société et ses évolutions. Il existe par la rencontre de l'autre, la découverte de ses différences, l'expression de l'intime, dans le respect des identités et de la diversité », écrivaient-ils. Et d’ajouter : « Il participe à la construction collective d'un avenir durable, vivable, désirable, plus juste (sic). Autant de notions incompatibles avec les idées de l'extrême droite. » Affirmations gratuites qu’il n’est pas besoin de justifier, puisque c’est pour la bonne cause.

Ils font éclater leur joie

Efficace barrage puisque, de fait, No pasaran pour cette fois encore. Reste, toutefois, que le parti honni est – seul de son espèce – champion en voix et en sièges. Mais qu’importe pour tous ceux-là qui ne voient pas plus loin que le bout de leur micro : le danger, pour l’heure, est écarté. Bardella, demain, ne touchera pas au grisbi. Ils pourront tendre la main comme hier, et même plus encore, puisque Mélenchon a « sauvé la République » ; c’est lui qui l’a dit.

Alors, ils exultent, nos pipoles, font éclater leur joie. Ce lundi, alors que la Bourse se stabilise – eh oui, Mélenchon aux affaires, ça arrange les financiers ! –, ça publie à tout va. Sonia Rolland, l’ex-Miss France reconvertie dans le cinéma, s’exalte sur Instagram : « Salut, shallom, salam… vive la France ! Fière de nous, de notre mobilisation ! À vous de jouer, les élus ! Le seum est grand, le chantier l’est d’autant ! À nous de rester vigilants ! » (Précision : seum vient de l’arabe semm et signifie « venin ». C’est du parler jeune.)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sonia Rolland (@soniarolland)

 

Touchant de niaiserie

Le visage inondé de son sourire démesuré, Clara Luciani a aussi partagé son bonheur sur les réseaux : « Trop fière d’être française ce soir ! » Et, comme sa copine Sonia, a publié aussi les messages peu amènes qu’elle a reçus. Pourtant, elle dégouline d’amour, la Carla : « Je suis trop heureuse, je ne suis qu'amour. Je vous aime tous. Et ceux qui m'insultent je ne vous aime pas beaucoup mais je vous pardonne. Vous devez être très malheureux et suis désolée pour vous. » C’est si touchant de niaiserie…

Benjamin Biolay va, lui aussi, se reposer, maintenant que le danger s’éloigne. Et puis Sophie Marceau, ce génie du christianisme, et puis Judith Godrèche, au comble de la félicité : « Il reste encore un nous!!!!!!! » La comédienne Andréa Bescond est, elle aussi, dégoulinante de gratitude : « Vive la France !!! Vive l'amour. Merci. »

Comme c’est émouvant, tout cet amour qui nous tombe dessus. Qu’elle est belle, cette génération qui distribue des bisous ! Reste qu’on comprend leur joie, leur soulagement surtout. Ils vont pouvoir continuer à conchier le public qui vote mal, ces dix millions de pauvres crétins sans dents auxquels ils font les poches pour s’offrir la vie rêvée des stars du show-biz. Cela, au nom de « l’exception culturelle », bien sûr, cette originalité française qui fait qu’on peut vivre grassement de la subvention publique sans avoir à se soucier de plaire au public, ce ramassis de bouseux qui n’entendent rien au talent.

Marie Delarue
Marie Delarue
Journaliste à BV, artiste

Vos commentaires

109 commentaires

  1. Subventions arbitraires pour financer leurs incompétences, poste en vue, cocktails et petits fours au palais, distinctions honorifiques, mes yeux et mes oreilles ne les supportants plus je les boycottent de longues dates. Qu’ils le sachent la poule aux œufs d’or ne durera pas indéfiniment le FMI se rapproche.

  2. mais comment vont faire ces zartistes pour aller dans les communes, 32000 communes ont mis le RN en tête aux européennes, et puis les signataires de ces pétitions vont pouvoir rentrer en France puisque la gôôôôche a gagné, mais gagné quoi la queue du Mickey, ils vont pouvoir en accueillir des immigrés chez eux dans leurs confortables villas, on attend avec impatience .

  3. Merci, Marie, de cet excellente analyse mais je crois qu’au delà des politiques véreux et faux-culs en tous genres ou des amuseurs publics complètement déjantés autrefois appelés avec justesse et à-propos les « fous du Roi », votre texte pourrait s’appliquer à beaucoup d’une autre profession, celle des journalistes, journaleux, ouvriers de la plume et du micro qui nous ont inondé de leurs diatribes agressives et nauséabondes directement issues des invectives nasillardes et fascisantes, toutes cousines du socialisme nauséabond.

  4. Tous ces « artistes » qui vivent à l’étranger et ne paient pas d’impôts en France , Combien donnent ils aux associations ( quand ils donnent )? Combien accueillent ils dans leurs superbes maisons des étrangers dans le besoin comme le font certains Français du petit peuple? Tous ces gens qui aiment tant la France vivent pour la plupart dans des paradis fiscaux et ils viennent donner des leçons de moral aux sans dent qui triment pour finir le mois !!!!!

  5. Les « artistes » sont pourtant bénéficiaires depuis bien longtemps d’une préférence nationale : les quotas de chanson française à la radio et si les quotas de films français en salles ont disparu, c’est au profit de financement, aide à la production et à la distribution pour les films français. Les quotas existent toujours à la télévision pour les oeuvres européennes.
    Donc la « diversité » plébiscitées par ces « artistes » ne s’applique qu’au public, pour le gâteau qu’ils se partagent, la préférence nationale est de mise.

  6. quand les gens ont si peu de talent, il ne faut pas s’attendre à ce qu’ils raisonnent autrement que comme des tambours crevés ! c’est déjà miracle qu’ils parviennent à vivre de subventions dans cette société qui prône la médiocrité – mais je ne suis pas inquiète, la roue tournera…. et d’eux il ne restera rien , des vies ou ils auront profitez de tout sans jamais rien donner même pas le respect d’autrui, ni s’élever ni rien, pataugeant dans leur lisier sans vergogne, peut être je ne serais plus là pour le voir, mais la roue va tourner et pour eux çà va être très très dure.

  7. Ces artistes qui se la pètent, qui se prennent pour le centre du monde, avec leur égo surdimensionné, ne sont qu’une bande de mendiants sans génie qui vivent de subventions de l’État, c’est-à-dire de nos impôts. En plus ils nous crachent à la gueule.
    Écoutons-la Carla : « Je suis trop heureuse, je ne suis qu’amour. Je vous aime tous. Et ceux qui m’insultent, je ne vous aime pas beaucoup, mais je vous pardonne. Vous devez être très malheureux et suis désolée pour vous. » Qu’elle se rassure, nous non plus, on ne l’aime pas beaucoup ; d’ailleurs, on n’ira pas voir ces prestations. Et puis nous le peuple on aime pas l’amour gnagna, on aime l’amour qui fait boum !
    Soyons juste, quelques bons et rares films, mais la plupart sont des navets qui dégoulinent de guimauve woke et de bons sentiments sirupeux

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois