Pap Ndiaye et l’éducation sexuelle : c’est quoi, au juste, cette obsession ?

Pap Ndiaye

C’est l’annonce du jour, celle que tous les Français attendaient, la mesure qui va enfin enrayer notre chute vertigineuse vers les culs-de-basse-fosse des classements PISA : le ministre lance un grand plan de formation des personnels pour l’« éducation à la sexualité » de nos enfants.

Le problème des petits Français n’est pas l’ignorance de leur langue, leur incapacité croissante à la comprendre et, plus encore, à l’écrire, leur inappétence pour les matières scientifiques ou leur méconnaissance totale de l’Histoire... non, c’est l’éducation à la sexualité et ses corollaires, à savoir : « L'égalité filles-garçons, la lutte contre toutes les formes de discriminations liées à l'identité de genre ou l'orientation sexuelle réelle ou supposée, ainsi que la notion de consentement », dit le ministère, dans son communiqué.

Et pour faire entrer tout cela dans nos chères têtes qui ne sont plus blondes depuis longtemps, il faut former le personnel enseignant qui (pauvre de lui) n’est pas non plus au fait des questions d’égalité, de non-genre et autre farce LGBTQIA+.

Cette volonté soudaine est le résultat d’une réclamation émanant de trois associations parfaitement neutres, SOS Homophobie, Sidaction et le Planning familial, qui dénonçaient, en mars dernier, ces thématiques qui « restent délaissées par les autorités publiques ». Le ministre a donc saisi, mardi, le Conseil supérieur des programmes pour que soit créée « d'ici novembre » et « pour chaque niveau d'enseignement, une proposition de programme précisant les thèmes et les notions qui devront être abordés ». Le parent d’élève ne sait pas si l’on enseignera les consentements au touche-pipi dès la maternelle ou si l’on compte attendre le collège. Seulement que « structuré par cycles, ce programme sera adapté à chaque niveau afin de couvrir les trois champs de l'éducation à la sexualité : biologique, psycho-émotionnel et juridique et social ».

Et pour montrer combien le ministre de la rue de Grenelle est efficace, le ministère « publiera chaque année en juin une enquête sur la mise en œuvre par les établissements et les écoles de l'éducation à la sexualité ».

On ne nous dit pas s’il est prévu d’instituer une épreuve de conformité au nouveau dogme pour le Brevet des collèges et pour le Bac, mais on peut imaginer que c’est dans les tuyaux. Et pourquoi pas, aussi, un certificat comme on vient d’en créer un pour satisfaire les écolos : l’évaluation des savoirs non genrés comme on aura, désormais, l’évaluation des « savoirs verts » ? Ce serait LA réforme dont Pap Ndiaye pourrait s’enorgueillir.

En attendant la reconnaissance et peut-être la sanction par l’examen de cette nouvelle discipline scolaire, le ministère annonce également la création d’un « comité de liaison » où des parents d’élèves, des jeunes et quelques associations (bien choisi.e.s) seront chargés de « recueillir les retours de terrain sur les interventions dispensées dans les établissements ». C’est-à-dire s’assurer de la diffusion de la bonne parole.

Dans le gouvernement de Mme Borne, Pap Ndiaye est l’un des rares ministres connus du public : sa nullité fait son renom et l’unanimité ou presque de la classe politique. Mais on sait pourquoi il est là...

Marie Delarue
Marie Delarue
Journaliste à BV, artiste

Vos commentaires

44 commentaires

  1. Réponse de petits enfants à leur Papy qui s’étonnait qu’ils ne soient pas à l’école en pleine semaine :<> . La vérité sortant de la bouche des enfants, tout est dit .

  2. « Pap Ndiaye et l’éducation sexuelle : c’est quoi, au juste, cette obsession ? » L’obsession sexuelle est la caractéristique principale du puritanisme, lui-même inhérent au totalitarisme. La preuve ici.

  3. Ces hommes politiques « progressistes » profitent de leurs pouvoirs pour développer leur perversité !
    Aux parents de se réveiller et de protéger leurs enfants ! J’ai été très choquée sur la diffusion de la santé publique sur les pratiques sexuelles ! Après, comment nos enfants peuvent-ils ne pas être perturbés ! C’est une atteinte à l’intégrité de l’enfant !

  4. Peut être bientôt pour les plus grands , avec exercices non ?
    Ce ministre ferait bien de penser à sa réinsertion ailleurs , il fera sans doute partie de la prochaine charrette !
    Il ferait mieux de demander au moins une heure par semaine d’instruction civique .
    L’école est faite pour instruire, compter, écrire,lire et non pas faire des essais avec les élucubrations de toute cette bande de gauchos bien pensant.

    • Il ne faut surtout pas enseigner l’instruction civique ! Comment voulez vous que la gauche WOKE puisse faire passer sa propagande grotesque dans ces conditions ? Il ne faut surtout pas que les jeunes soient trop instruits , trop avertis de la façon dont fonctionne notre société , et donc trop incrédules et critiques sur ce que l’on veut leur faire avaler, tels les messages subliminaux de ces prédateurs mondialistes !

  5. Entre l’éducation à la sexualité, à l’écologie, la sensibilisation à toutes les discriminations, peut-être restera-t-il quelques heures à consacrer à l’apprentissage du français, des maths ou autres disciplines accessoires ?

  6. C’est bien joli tout ça, mais on peut décemment se poser la question : c’est inclusif ou intrusif tout cela ?

  7. Il faut voir les sites officiels de l’EN coproduits avec France TV. Destinés à l »éducation » des jeunes collégiens et lycéens et à la formation de leurs maîtres. Hallucinant. Le Français, les Maths, l’Histoire et la Géographie, on s’en fout ! pire, on déconstruit pour élever des montagnes d’ignorance. Mais pour le sexe, dans tous ses états, dans toutes ses nuances (de gris) , dans toutes ses problématiques, dans toutes ses approches, dans toutes ses techniques, physiologiques, légales, psychologiques, philosophiques, etc, etc, la débauche (c’est bien la cas de le dire) de moyens est incomparable. Le Kamasutra n’est plus qu’une bande dessinée pour attardés. Ils sont fous à lier.

    • Vous avez raison mais vous savez, ils pensent sûrement que les vilains parents pourraient parler normalement de la sexualité à leurs enfants et non de ses déviances et surtout pas à 11 ans

  8. Ayant écouter la chronique de Mathieu Bock-Côté hier soir dans « Face à l’info » sur Cnews à ce sujet, c’est pour un papi que je suis des enseignements proprement abjects et il est grandement temps de mettre ce « révolutionnaire de l’Education National » hors de nuire , depuis qu’il est en poste à ce ministère il n’a eu de cesse d’évoquer et surtout d’appliquer des orientations hors du système scolaire ( l’orthographe , la lecture , les maths, l’histoire, la géographie, NADA !!!) alors BASTA monsieur Ndiaye.

    • La grand-mère que je suis est pareillement outrée de constater cette volonté abjecte de détruire d’anéantir et de pervertir nos enfants et petits enfants..
      Il est urgent de réagir avec force- et même violemment s’il le faut-

  9. je crois qu’une bonne psychanalyse s’impose pour ce ministre qui semble avoir un problème

    • Les Anglais ont une belle expression pour les personnages obsédés par la chose sexuelle : « Dick head ». (j’ai pris la précaution de ne nommer personne… censure et tout le pataquès…)

  10. Les enseignants , en grande majorité se sont félicités du départ de Blanquere . J’aimerais savoir si l’arrivée de Ndiaye correspond à tout ce qu’ils espéraient, par la , je parle des vrais profs et instits, ceux qui oeuvrent pour le devenir de nos enfants

  11. Je me répète, mais l’éducation nationale n’a plus vocation à enseigner à lire écrire compter etc., pour cela il y a tous les objets connectés, mais de faire de futur personnes obéissantes aux injonctions de la finance qui dirige les politiques.
    Les récalcitrants à cette « chose » que sont les musulmans, ont un avenir radieux devant eux car on peut leur enseigner tout cela ils n’en feront aucun usage et continueront de vivre dans leur « charia » qui interdit normalement cela sauf envers les « mécréantes » par exemple. Ce qui se voit déjà par le changement dans la tenue vestimentaire de ces mécréantes ! Mais cela sera je pense tout à fait inutile sans autres réactions plus radicales.

  12. Pour Pap Ndiaye la sexualité passe avant d’apprendre à lire et à compter. C’est pour quand la révolution ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois