« Que diable allaient-ils faire dans cette galère ? », aurait dit Molière. Car la guerre en Ukraine ne leur suffit pas. Après la Russie, ce sera donc la Chine. Les Européens prétendent ne pas vouloir déclencher de Troisième Guerre mondiale, ils se laissent pourtant entraîner par les États-Unis dans ce qui y ressemble de plus en plus.

Lors du dernier sommet de l’OTAN, à Madrid, les 29 et 30 juin derniers, les membres de l’Alliance ont redéfini leurs priorités stratégiques pour les dix prochaines années. La presse française s’est principalement axée sur les déclarations relatives à la volonté de renforcer la défense du flanc est de l’Europe.

Le nouveau document présenté à cette occasion, intitulé « Concept stratégique », contenait pourtant une évolution majeure en évoquant pour la première fois la Chine et en la présentant comme une menace directe à la sécurité de l’Alliance : « La République populaire de Chine affiche des ambitions et mène des politiques coercitives qui sont contraires à nos intérêts, à notre sécurité et à nos valeurs. […] Ses opérations hybrides ou cyber-malveillantes, sa rhétorique hostile et ses activités de désinformation prennent les Alliés pour cible et portent atteinte à la sécurité de l’Alliance. » Sachant que le même document précisait que « les opérations hybrides menées contre des Alliés pourraient atteindre le seuil correspondant à une attaque armée et conduire le Conseil de l’Atlantique Nord à invoquer l’article 5 du traité de l’Atlantique Nord ».

C’est, en réalité, une révolution géostratégique qui se dessine sous nos yeux dans un silence assourdissant. Depuis quelques années, les États-Unis font pression sur l’Alliance pour qu’elle se conforme à leurs propres priorités et agenda qui font de Pékin l’enjeu numéro un.

La déclaration du sommet de l’OTAN, à Londres, en décembre 2019, présentait « l’influence croissante et les politiques internationales de la Chine » comme des « opportunités et des défis ». En juin 2021, lors du sommet de Bruxelles, la formule de « défi systémique » était retenue. Le document de 2022 la reprend mais l’infléchit et la durcit en évoquant, désormais sans ambiguïté, les menaces que Pékin ferait peser sur l’Alliance.

Ce qui pose le problème d’un décentrement de l’OTAN de son ancrage nord-atlantique vers la zone indopacifique. Pour écarter d’éventuelles objections, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, avait indiqué en 2019 : « Il ne s'agit pas de déplacer l'OTAN dans le Pacifique, mais de répondre au fait que la Chine se rapproche de nous. »

Une souveraineté européenne qui s'éloigne

En réalité, il n’y avait pas unanimité des membres de l’Alliance sur ce point. En juin 2021, Emmanuel Macron avait déclaré : « Pour ma part, la Chine ne fait pas partie de la géographie atlantique, ou alors ma carte a un problème » (Le Monde, 11//6/2021). La France et l’Allemagne se refusaient à un alignement sur les positions américaines. Sans succès. Emmanuel Macron avait alors mis en avant la nécessaire « souveraineté européenne » qui supposait l’« indépendance quand il s'agit de notre stratégie à l'égard de la Chine ». On voit ce qu’il en reste aujourd’hui.

Il ne fait pas de doute que les États-Unis ont profité du contexte de la guerre en Ukraine, qui fragilise toute velléité d’indépendance européenne, pour faire monter d’un cran l’alignement de l’OTAN sur leurs objectifs. On notera que pour la première fois, à Madrid, l’Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la République de Corée participaient à un sommet de l’OTAN. Tout un symbole. On ne peut qu’émettre l’hypothèse d’une volonté américaine de souder ses partenariats transatlantiques et transpacifiques dans la perspective d’une prochaine confrontation avec la Chine.

Il y a cependant plus. Ce ne sont pas les seules frontières géographiques de l’OTAN qu’il s’agissait de redéfinir mais aussi ses frontières fonctionnelles. Le cadre militaire n’est plus suffisant, comme en témoigne la confrontation avec la Russie qui nécessite d’inclure également des moyens politiques, économiques et technologiques. D’où l’importance d’interfacer au maximum l’OTAN avec l’Union européenne. Et, donc, d’aligner aussi cette dernière sur les priorités stratégiques américaines.

En mars 2022, l’Union européenne a publié sa propre feuille de route dans un document intitulé « Boussole stratégique ». Plusieurs passages étaient consacrés à la région indopacifique avec, notamment, la volonté exprimée des Européens d’y accroître leur présence et leur contribution en matière de sécurité. Comme elle semble lointaine, alors, cette « souveraineté européenne » invoquée par Emmanuel Macron.

3446 vues

4 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

9 commentaires

  1. L’Europe, désarmée, sert de tampon entre les USA et la Russie.
    L’imagine-t-on réagir, les cas échéant, sur Taïwan ? On rigole…
    Hors la France, même à son tout petit niveau, l’Europe est totalement soumise à l’OTAN, qui risque de l’embarquer dans l’impossible.

  2. Bien sûr, pour un Européen et a fortiori un Français, pétri depuis bien longtemps dans le modèle démocratique et dominant occidental, le régime américain est si proche du nôtre que les systèmes de semi-liberté russe ou chinois sont des repoussoirs. Pour autant la perspective est en train d’évoluer si l’on veut bien considérer que le rêve américain tourne au cauchemar et, qu’en revanche, les politiques de la Chine et de la Russie sont bien loin de celles de Mao et de Staline, tant s’en faut.

  3. Nous n’avons qu’un atout dans cette affaire : c’est la Russie. Elle n’a pas l’air d’avoir compris que la Chine attend son heure, en comptant les coups. Lorsque la Russie sera suffisamment affaiblie par la guerre en Ukraine, elle pourra envahir les vastes territoires de la Russie et en récupérer les matières premières en attendant d’investir l’Afrique et l’Amérique Latine. La Chine a seulement un talon d’Achille : le vieillissement de sa population, inéluctable par sa politique familiale.

  4. OTAN va t’en guerre et les vassaux s’allongent, que la Russie gagne, que les autres pays fassent front contre l’appétit insatiable des EU, peut être arriverons nous alors à un système plus équilibré multipolaire

  5. L’Ukraine ballon d’essai US pour envisager le pire avec la Chine ?
    La stratégie déployée ne semble gêner personnes, mais ce n’est sans doute pas la momie biden qui tire les ficelles !

  6. Comme semble surtout loin les principes d’origine à la création de l’Otan, l’esprit et la lettre sont dévoyés au seul bénéfice des USA qui ont totalement phagocyté l’europe qui n’est plus qu’une roue de secours.

  7. Dire que le gouvernement chinois ne partage pas nos valeurs n’est pas faux il me semble. Plus tôt on ne dépendra plus de la Chine, et mieux ça sera pour notre économie n’est pas faux non plus. Si on arrivait à faire aussi la même chose avec les Etats Unis et encourager les deux à ne pas faire monter la mayonnaise, et à dépenser autant en armement, ça serait très bien aussi. Dépenser 1800 milliards de dollars/an en armement est débile et encore plus si on s’en sert.

  8. Ça fait déjà un certain temps que les alliés ne le sont plus que de nom, l’Europe de l’ouest et centrale est de plus en plus traitée en « Dominion » vassal des états-unis, et est dangereusement entraînée dans les folies bellicistes Yankee et ce pour notre plus grand malheur. Cordialement.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter