Editoriaux - Politique - Réflexions - Société - 25 août 2019

Non-assistance à civilisation en danger : le macronisme au tribunal de l’Histoire

Il est temps de s’interroger sur ce que nous dit la « vague Macron » de l’état de la société française. Pour éviter la répétition de ce cauchemar et sauver ce qu’il reste d’identité et de ressources nationales, par une prise de conscience salutaire de l’essentiel à préserver.

Car au côté de hauts responsables seniors ralliés par besoin de compétences ou simple opportunisme, le chantier de création ex nihilo d’une nouvelle société est entre les mains d’une équipe juvénile de « Nulliputiens » déculturés, qui expérimentent sans légitimité une nouvelle bouture de civilisation en mode « idéoponie », hors-sol des réalités ; comme l’aéroponie, sur un substrat neutre et inerte.

Or, que nous dit notre grand apiculteur, enfumeur des déçus de tous bords, tous futurs mécontents ? Rien. Chaque cérémonie apporte son flot d’incantations lyriques sans début de proposition concrète : « La crise que traverse notre pays réside aussi parfois dans l’oubli du courage, l’esprit de résignation, les petits abandons », « Ne jamais oublier que, quels que soient les désaccords, aux grands moments de notre histoire, nous avons su nous réconcilier pour avancer », « Ce qui porte notre pays, ce sont ces siècles de bravoure, cette force d’âme, cet esprit de résistance. C’est ce fait qu’il n’y a rien en France au-dessus de la liberté et de la dignité de chacun, cet amour de la France, c’est ce qui doit nous réconcilier ». Quel verbiage ! On aimerait connaître les résultats du grand débat (déba-llage), idée géniale d’audit national d’opinion financée sur fonds publics, base de sa future campagne électorale.

Dans L’Illusion comique, on ne sait si Corneille aurait choisi Macron pour jouer Alcandre le magicien ou le Matamore amoureux. Mais il aurait mérité le rôle de sa dernière pièce, Le Menteur, tant il a bien retenu une leçon de son maître à penser, Paul Ricœur : « Il est illusoire de croire que l’homme puisse vivre sans illusion. ». Or, selon François Dosse (1), « Ricœur ne suit pas la tentative déconstructrice et prône une simple généalogie des interprétations qui recouvrirait les faits historiques ». Selon Ricœur, « le contrat de vérité et le statut du faux appartiennent à la déontologie de l’historien ». N’a-t-il pas dit à son disciple qu’elle s’applique également à la politique ?

Macron n’est, en réalité, que l’écho fidèle de l’air versatile du temps. Il ne fait rien d’autre que refléter, sans réfléchir, l’état de désorientation d’une société qui ne sait plus pourquoi elle vit, ni pour quoi. Effectivement, toutes les âmes en quête de sens trouvent en lui un écho amplificateur rassurant. Mais comme la nymphe Écho de la mythologie grecque, il est voué à répéter éternellement tout ce qu’il entend. « Peut-être, Écho, as-tu toujours le dernier mot, mais tu n’auras jamais le premier ! » Or, en temps de crise et de doute, la France n’a pas besoin d’un perroquet mais d’un meneur qui fixe un cap et des priorités. Pour l’heure, il savoure les moments d’illusion qu’il joue dans la cour des grands, en égal des géants Poutine, Trump ou Xi Jinping. Avant d’être abandonné, comme Écho par Narcisse, lassé de l’entendre répondre uniquement ce qu’il lui déclarait.

Finalement, la période Macron, une transition peut-être inéluctable, mais vers quoi ? En attendant que survienne l’homme ou la femme de la situation, on peut anticiper que le tribunal de l’Histoire le jugera un jour pour « non-assistance à civilisation en danger ».

(1) Paul Ricœur révolutionne l’histoire, François Dosse, Les Cahiers de l’Espace Temps, 1995

À lire aussi

Rupture, fracture… cassure : l’imposture du pompier pyromane

La fracture sociale détectée depuis les années 1990 atteint un point de non-retour, et la …