Quand ça veut pas, ça veut pas. Ce 3 août aura en effet été marqué par deux revers pour le président de la République au Parlement.

Le premier concerne la nomination d’Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça se fera sans pavoiser, sans tambour ni trompette. Auditionnée mercredi par les commissions ad hoc de l’ et du Sénat, l’ancien ministre macroniste n’a obtenu que 43 voix, contre 48 voix contre (au Sénat, 13 voix, 20 contre, 1 blanc ; à l’Assemblée, 30 pour, 28 contre, 2 abstentions). Certes, on est loin des trois cinquièmes exigés pour que cette candidature envisagée par Emmanuel Macron soit rejetée – Emmanuelle Wargon sera donc présidente de la CRE -, mais c’est un véritable camouflet pour le chef de l’État et sa candidate. En effet, il faut se souvenir qu’en 2017, la candidature de Jean-François Carenco à ce poste avait été approuvée à l’unanimité par les députés et les sénateurs. Une formalité.

C’est donc un signal de plus que l’absolutisme macronien est désormais derrière nous. Entre un Sénat majoritairement à droite et reflet de nos « territoires » dans lesquels la greffe macroniste n’a jamais pris et une Assemblée nationale composite avec qui il va bien falloir composer, toutes les occasions sont et seront bonnes pour les oppositions de se faire entendre. Si l’audition de Wargon au Sénat a été, disons-le, plutôt technique et feutrée – ce qui n’a pas empêché les sénateurs de se prononcer largement contre cette candidature !-, le passage devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée a été plus « compliquée », en clair politique. Les élus du Rassemblement national et de la NUPES se sont attachés à démontrer que Mme Wargon ne présentait pas tous les gages d’indépendance requis pour ce poste. Certes, existe-t-il vraiment des postes indépendants dans l’appareil étatique, surtout si l’on est nommé par le Président ? Cette nomination, qui ressemble à s’y méprendre à un lot de consolation après le départ du gouvernement pour cause de défaite électorale, pose crûment la question.

Benoîtement, en déroulant devant la commission des affaires économiques son parcours professionnel, Emmanuelle Wargon explique qu’après l’exercice de hautes responsabilités dans l’administration, elle a « ouvert une page plus politique de [sa] vie en octobre 2018 qui s’est refermée avec la fin de la participation à un gouvernement et une candidature qui n’a pas prospéré aux législatives ». En français compris par tout le monde, on appelle ça une défaite, une déroute, une rouste électorale, pour ne pas dire plus et ne pas employer un mot qui rime avec « prospéré ». Dans le langage policé de ceux qui, à défaut d’un destin national, déroulent une carrière, on parle d’« une candidature qui n’a pas prospéré ». Donc, la page politique s’étant refermée, Mme Wargon ne voit pas de problème pour présenter sa candidature. Une hypothèse : si elle n’avait pas été ministre, aurait-elle été la candidate envisagée par Emmanuel Macron ? On passera sur sa rapide et efficace conversion au nucléaire : il y a parfois des miracles au détour d’un pilier des palais nationaux.

Autre camouflet pour le Président et son gouvernement en ce mercredi 3 août : l’Assemblée nationale, décidément rétive, a rejeté le projet de loi de règlement du budget 2021. D’habitude, cette validation des comptes publics de l’année précédente est aussi une formalité. Formalité, certes, mais qui doit faire l’objet d’une loi, le Parlement étant dans son rôle de contrôle de l’exécutif, notamment en ce qui concerne le budget. Les oppositions se sont donc coalisées et, par 173 voix contre 167, vont obliger le gouvernement à redéposer un projet de loi en Conseil des ministres avant de repasser devant le Parlement. Le ministère des Comptes publics relativise cette nouvelle péripétie en déclarant que ce projet de loi est un texte « technique qui revient sur l’année budgétaire écoulée et ne vise qu’à prendre acte de son exécution ». Technique, sans doute, mais aussi et peut-être, surtout, symbolique. Le symbole que le gouvernement est loin d’avoir la confiance absolue de la représentation nationale.

8964 vues

4 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

8 commentaires

  1. Je présume que cela va être comme cela tout le temps, au sénat, au Parlement, à l’assemblée Nationale, avec l’arrivée de ce groupuscule « décomposé » à l’avance que constitue le(a) NUPES! Dans le Port du Havre, on installe à toute vitesse un poste flottant de déchargement de GN, méthane liquéfié, qui va représenter un énorme défi d’indépendance vis à vis de la Russie en fourniture de gaz, comprenant la mise en place d’un gazoduc de 3.5km, en partie souterrain, pour se raccorder au réseau national (je simplifie). Et qui va faire ch.. le monde en posant des réserves sur l’avancement de ce chantier salutaire, à des fins de principe de précautions quant à la protection de la faune et de la flore, comme si ces mesures extrêmement strictes n’avaient pas déjà été considérées (On a affaire à des spécialistes, de plus accommodés au décor protégé des zones alluviales du Havre, le Pont de Normandie et l’A29 s’en souviennent…!)?Vvous avez 10secondes pour me répondre…

  2. Il s’en tape Macron de l’avis du Parlement et du Peuple de France. L’important pour lui est que d’une manière ou d’une autre il fasse passer les diktats économiques et financiers des seuls intérêts de l’oligarchie américano mondialiste. Et il y arrive grâce à la couardise de la bien pensance.
    Et en même temps, pour faire écolo il fait semblant de faire du canoë bleu blanc rouge à Brégançon alors qu’il vire le drapeau français decl’Arc de Triomphe !
    L’horreur absolue.

  3. Il ne sert à rien de tournicoter, Macron arrivera toujours à son objectif. La preuve par Wargon qui malgré tout obtint son post d’une part et par le passage en force du rejet de l’amendement du RN en ce qui concerne les 500 millions qu’il voulait octroyer en plus aux retraités, d’autre part.

  4. Enfin, nous retrouvons un peu de démocratie. Cette dame qui change d’avis suivant le sens du vent n’aurait pas du se retrouver à ce poste, mais cette claque à la macronie est une excellente nouvelle.

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter