Cela avait tout d’un drame. Les débats du clan Le Pen, qu’ils soient politiques et/ou familiaux, font le bonheur des journalistes et chroniqueurs politiques de tous médias depuis plusieurs décennies. La relation tumultueuse entre Marine Le Pen et Marion Maréchal en fait partie.

« Une grosse surprise à venir demain soir… » L’annonce du président de Génération Z, Stanislas Rigault, avait de quoi interpeller. Tandis qu’Éric Zemmour se félicitait de l'arrivée des eurodéputés RN Gilbert Collard et Jérôme Rivière, l’annonce de Rigault pouvait laisser présager un nouveau ralliement de poids. C’est le média Front populaire qui a révélé, ce jeudi, l’information : Marion Maréchal aurait choisi Éric Zemmour et annoncerait son ralliement officiel le 4 février. Une information immédiatement démentie par l’intéressée via L’Incorrect (fondé par plusieurs de ses proches). Une partie du public avait interprété le tweet de Rigault comme une confirmation de l’annonce du ralliement de Marion. En réalité, son tweet annonçait autre chose… Mais le téléphone arabe était enclenché. Vendredi, les choses se sont accélérées, comme l’exige la montre médiatique d’une telle séquence. Le matin, Marine Le Pen, sur le plateau de CNews, exprimait sa tristesse et sa déception sur les plans politiques et familiaux.

En même temps, quelques heures après avoir infirmé l’information de Front populaire, Marion Maréchal donnait une interview dans Le Parisien pour affirmer qu’elle ne soutiendrait pas Marine Le Pen. Quelques dizaines de minutes plus tard, Charles Sapin, journaliste politique au Figaro, recueillait les confidences de la directrice générale de l’ISSEP qui affirme vouloir revenir en politique, affichant son ambition de briguer un nouveau mandat législatif. Si l’annonce de Marion Maréchal a fait grincer des dents au RN, elle a en tout cas provoqué la joie des militants de Reconquête. Les tweets se multiplient et partisans de Marine et de Zemmour commentent allègrement la nouvelle. Les tweets parlant de Marion Maréchal se comptent par dizaines de milliers. Éric Zemmour, de son côté, a été bref. En déplacement dans le Loir-et-Cher, le candidat a déclaré : « C’est une belle semaine. » Jean-Marie Le Pen, lui, s’est improvisé Casque bleu en remettant sa casquette jamais loin de chef de famille : « Je souhaite m’entretenir dans les prochains jours avec Marine Le Pen et Marion Maréchal. J’exprimerai ma pensée ultérieurement quand je le jugerai utile à la clarté des débats présidentiels et législatifs à venir », a tweeté, ce vendredi matin, l’ancien président du Front national.

Une vraie fausse nouvelle

Marine Le Pen l’a dit, ses lieutenants renchérissent. Pour eux, l’éventuelle défection de Marion Maréchal s’apparenterait à une trahison. Pourtant, comme le rappelle Jacques de Guillebon, l’un de ses proches et directeur de la rédaction du mensuel L’Incorrect, la carrière politique de Marion Maréchal de ces dix dernières années a été dix ans de « solitude ». « Si l’on se penche sur les cinq années d’engagement politique de Marion Maréchal et les cinq années postérieures, on a pourtant du mal à y déceler l’expression de l’amour avunculaire tant vanté par Marine Le Pen », affirme Guillebon. « L’accuser de trahison alors même qu’elle a enduré pendant des années les pires avanies du clan Marine, c’est ignoble », nous affirme un proche de l’ancienne élue de Vaucluse. Pour l’entourage de Marion Maréchal, la fuite d’un éventuel ralliement chez Front populaire, la matinale de Marine Le Pen sur CNews et les réactions outragées de son entourage ont été orchestrées par le RN pour torpiller l’effet d’un éventuel ralliement. « Jouer la surprise devant un éventuel ralliement de Marion à Zemmour, alors même que l’entourage de Marine a tout fait pour éjecter tout ce qui pouvait ressembler à un marioniste du mouvement, c’est gonflé », soupire, dépité, un ancien du parti.

« Elle avait annoncé qu’elle soutiendrait le mieux placé à l’élection. Aujourd’hui, Marine a six points d’avance sur Zemmour », rétorque-t-on dans l’entourage de Marine Le Pen. En effet, selon l’entourage de Marine Le Pen, si on ne peut reprocher à Marion une trahison envers le parti (elle n’en est plus membre), on considère qu’il s’agit d’une trahison de sa parole de ne se soutenir que le mieux placé. « Au vu des sondages, il était donc avantageux pour le RN que l’information sorte maintenant afin de savonner la planche entre Marion et Éric », affirme, dépité, un militant zemmouriste. Du côté du RN, on balaye une quelconque fuite volontaire pour faire trébucher Marion et on préfère angler les attaques contre le positionnement de Zemmour. « Le discours radical, on l’a fait avec Le Pen, ça ne marche pas », balaye Philippe Olivier. « Ils sont persuadés qu’ils sont entre nous et LR alors qu’ils sont à notre droite », poursuit l’eurodéputé et beau-frère de Marine Le Pen.

Quoi qu’il en soit, si aux dix ans de Boulevard Voltaire zemmouristes et marinistes trinquaient ensemble, il y a fort à parier que le temps des effusions est terminé. Le premier tour est devenu trop proche...

28 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 2 votes
Votre avis ?
66 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires