Accusé, par ses pairs, d'entorses au Code de déontologie pour avoir promu l'hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19, le professeur a écopé d'un blâme, ce vendredi 3 décembre, de la part de l'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine, rapporte CNews.

Accusé d’avoir enfreint 7 des 112 articles du Code de déontologie

Le 5 novembre dernier, était entendu devant la cour d'appel administrative de Bordeaux. L'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine a, en effet, engagé des poursuites contre l'infectiologue, l'accusant d'avoir enfreint 7 des 112 articles du Code de déontologie dans le cadre de la sanitaire. Entre autres accusations, on lui reprochait d'avoir mené des essais cliniques sans tenir compte des « données acquises par la science » et d'avoir promu des« traitements hors autorisation de mise sur le marché ».

Le 10 novembre dernier, sur BFM TV, l'infectiologue avait traité ces poursuites avec ironie : « Je ne sais pas ce que je risque, honnêtement [...] Je ne risque pas la peine de mort, c'est déjà pas mal », avait-il expliqué, avant d'ajouter : « C'est le procès de la réussite. »

 

L'infectiologue a écopé d'un « blâme »

Aux poursuites engagées par l'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine s'était ajoutée une plainte déposée, fin décembre, par le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM).

L'avocat de Didier Raoult, Me Fabrice Di Vizio, a dénoncé ces poursuites, présentant l'hydroxychloroquine comme un « faux débat », et pointant du doigt le fait que son client soit jugé « comme un criminel ». Il a également argué qu'il n'y avait pas de fait daté et précis pouvant prouver que le professeur Raoult dénigrait la profession. Au terme de ces séances, le professeur Raoult a écopé d'un « blâme » de la part de l'Ordre des médecins.

5116 vues

3 décembre 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.