Cliquez pour acheter

Jean-Marc Jancovici, polytechnicien, fondateur de The Shift Project et de Carbone 4, est une voix écoutée sur les questions de changement climatique et de transition énergétique. Une voix originale au sein de l'écologie car il a toujours eu le courage de défendre le nucléaire. Son livre fut l'un des best-sellers de l'année 2022 en France. Il n'en fallait pas plus pour que des activistes d'extrême gauche antinucléaires attaquent l'ouvrage et l'auteur... d'une drôle de façon.

C'était l'un des cadeaux les plus offerts pour ce Noël 2022 : Le Monde sans fin. Miracle énergétique et dérive climatique, le livre du polytechnicien Jean-Marc Jancovici et du dessinateur Christophe Blain, est effectivement un best-seller depuis sa sortie à l'automne 2021. 500.000 exemplaires vendus pour une grosse BD sur la question énergétique et le réchauffement climatique, certes attrayante et pédagogique, mais aussi bourrée de chiffres, d'idées et de mise en perspective historique : un tel succès mérite le détour. Il traduit l'intérêt du public et sa recherche d'une parole sérieuse, scientifique et dégagée des postures idéologiques. J'y suis entré à reculons et en suis ressorti enchanté, conforté dans une position que l'on pourrait qualifier de droite écologique, pragmatique : méfiance réaliste et argumentée vis-à-vis des miroirs aux alouettes que représentent les éoliennes et le solaire, soutien - tout aussi réaliste et rationnel - au nucléaire.

Mais c'est justement pour cela, parce qu'il dérogeait trop à la vulgate antinucléaire, que le livre a été attaqué par des activistes. Et d'une drôle de façon : ils se sont permis de produire un faux erratum, de se faire passer pour des représentants de l'éditeur Dargaud et de contacter plusieurs librairies ! Ouest-France rapporte que c'est dans une librairie de Cherbourg que ces faussaires ont d'abord sévi, le 14 décembre dernier. L'hebdomadaire ActuaLitté retranscrit les courriels reçus par ces libraires de la part du faux Dargaud : « Jean-Marc Jancovici a maintes fois démontré son formidable talent de vulgarisateur scientifique. Nous devons néanmoins reconnaître son manque de compétences flagrant en sciences humaines. Cette lacune lui fait réduire toute lecture sociale et économique à son point de vue d’ingénieur, alors que le développement technologique ne fait pas tout. » Les faussaires dénoncent un livre « de tendance libérale et plutôt autoritaire » qui « défend la cause du nucléaire ». Et s'en prennent de façon diffamatoire à l'auteur : « Cela ne justifie pas à nos yeux que Jean-Marc Jancovici use d'approximations, d'intox et de procédés rhétoriques qui ne permettent pas aux lecteurs de se faire une opinion juste et fondée sur les faits. » Les lecteurs sont invités à rester « particulièrement vigilants » à partir de la page 128 et à chercher « les erreurs et les faux qui jonchent le texte » !

C'était tellement gros que ce n'est pas passé. Mais le procédé est à ajouter aux méthodes bien éprouvées de l'extrême gauche toujours prête à réduire la liberté d'expression de ceux qui ne pensent pas comme elle, à intimider, à calomnier, à falsifier.

Pour revenir au livre, il a le mérite de faire œuvre pédagogique, de replacer les problèmes actuels de l'énergie et du climat sur la longue durée, de ne pas céder aveuglément aux sirènes de l'éolien et du solaire (contrairement à la mode et au pouvoir actuels), d'en pointer les limites, de sortir de l'idéologie antinucléaire qui a guidé les décisions de Hollande et Macron et nous a mis dans la situation tendue que nous connaissons. Mais, en bons écolos de droite, il ne faudrait pas faire l'erreur inverse des faux Dargaud et ne le lire qu'à partir de la page 128 pour se rassurer avec le nucléaire. En effet, il ne cache pas la difficulté des problèmes d'adaptation à marche forcée qui nous attendent tous.

Mais, en le refermant, je me disais que tous ces constats et toutes ces nécessités, le réalisme et le pessimisme de Jancovici correspondaient en tout à une pensée chrétienne, conservatrice, réactionnaire (car il faudra bien revenir en arrière sur bien des plans) et de droite : ressources limitées, transformation de notre civilisation vers moins de déplacements, moins de superflu, moins de produits importés, plus de localisme, impossibilité de s'en remettre à une solution technologique, fin inéluctable de la mondialisation, etc. Mais ça, je ne suis ni le premier ni le dernier à le dire.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 28/08/2023 à 11:19.

40979 vues

01 janvier 2020 à 12:30

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

56 commentaires

  1. Bien sûr, Jancovici dit des vérités, mais son opposition aux énergies fossiles contribue à nous couler.
    Je vous recommande la lecture du dernier livre de Gerondeau, X-Ponts, « La voiture électrique et autres folies ». On y trouve des positions beaucoup plus complètes et performantes techniquement et économiquement que chez Jancovici.
    On peut aussi regarder les vidéos de Camille Veyres, polytechnicien lui aussi, sur la réalité du réchauffement climatique, moins important que l’on ne dit, et le rôle très minime de l’homme dans le processus.

    1. Effectivement Jancovici a une réflexion solide et argumentée sur les problèmes énergétiques. Il est d’autant plus dommage qu’il se débarrasse de tout esprit critique dès qu’il aborde le réchauffement climatique pour enfourcher avec enthousiasme les vieilles ridelles les plus éculées et les moins scientifiques de l’effet de serre (jamais démontré en pleine atmosphère) et du CO2 réduit au rang de poison mortel.

    2. Jancovici dit exactement la même chose sur la voiture électrique. D’après lui la seule solution est une voiture qui consommerait 2 litres au cent, pas une voiture électrique, surtout pas des chars d’assaut tesla, de 2.5 tonnes pour transporter une personne de 80kg. Tous les gens capables de faire une règle de trois (et hélas il y en a de moins en moins) sont capables de savoir qu’il n’y a pas assez de lithium dans le monde pour remplacer le parc actuel de voitures thermiques par des voitures électriques.

  2. Dans la religion musulmane, on a commencé à avoir une vraie vision des choses quand on a distingué les musulmans des djihadistes. La religion catholique avait auparavant bénéficié du même distinguo entre les simples catho et les hérétiques ariens ou illuminati. L’écologie étant une nouvelle religion, il faut là-aussi utiliser les vrais mots pour désigner les choses et ne plus appeler « écolo » les hérétiques ou « djihadistes verts ».

  3. Jancovici est le seul écologiste intelligent. Ses connaissances sont établies et ses analyses sont toujours pertinentes. C’est un écologiste pragmatique, espèce rare dans ce domaine.

    1. J’avais tendance à penser comme vous au sujet de Jancovici mais il est autant sectaire que les autres sur la décarbonation. Sa seule différence c’est qu’il veut s’appuyer sur le nucléaire et pas sur les seules éoliennes mais fondamentalement, il a le même discours que les écolos staliniens, c’est à dire le discours dominant. La peur du Covid puis la peur de la Russie, toujours et encore la peur du réchauffement…la peur de tout pour nous maintenir en position d’obéissance. Le fait est que toute analyse qui sort du discours convenu est bannie, censurée par les médias mainstreams et le pouvoir (c’est la même chose). Cela devrait nous interpeler et pourtant la grande majorité d’entre nous absorbe ce discours sans s’interroger 3 secondes.

      1. Il faut regarder les faits et prévoir ce qui peut se passer. Le fait majeur est qu »en un siècle, on est passé de 1 à 8 milliards d’êtres humains sur Terre et que ces humains consomment en moyenne 200 fois plus d’énergie aujourd’hui qu’il y a un siècle. L’autre fait est que cette surpopulation conduit d’une part à un épuisement des énergies fossiles et d’autre part à une pollution de l’atmosphère (mais pas seulement), ce qui dérègle le climat. Rajoutez-là dessus l’épuisement des minerais (recherchez sur google les vidéos d’Aurore Stéphant) et vous avez une vision réaliste de ce qui attend l’humanité dans le siècle qui vient. Une fois que l’on a dit ça, que fait-on ? On agit intelligement en prévoyant un peu le futur ou on continue comme si de rien n’était histoire de voir ce que ça fait de se prendre le mur à pleine vitesse ? Après oui, on peut carrément nier le « discours convenu », ou en imaginant d’autres sources (i.e. les « circonvolutions des planètes » :) du commentaire plus haut), dans la pratique ce genre d’attitude n’a jamais rien donné de bon et s’il y a quelque chose qui me fait peur c’est vraiment ce genre d’attitude d’autruche. Si les pseudos gouvernants qui sont au pouvoir depuis des années avaient un peu « eu peur » (ou s’ils avaient été conseillés par des gens intelligents, c’est à dire capables de comprendre les données en jeu) ils n’auraient pas bradé le nucléaire, auraient compris l’intérêt d’avoir une souveraineté énergétique (faute d’avoir aussi une souveraineté politique), et il n’y aurait pas de « risques de coupure », ni de boîtes qui ferment parce que l’électricité est trop chère. Anticiper ce n’est pas avoir peur.

    2. Quelle est la définition du mot « écologie » ? Pourquoi pas, plutôt, « environnementologie » ?

  4. Cest bien beau tout cela mais quelqu’un pourrait il me dire comment feront les classes moyennes et en dessous pour se payer une voiture électrique ?
    Et comment feront elles pour les recharger si l’électricité devient chère et rare ?
    Couper l’électricité deviendrait peur être un moyen de contrôler ce peuple de Gaulois réfractaires

    1. Je me demande surtout comment feront les habitants d’immeuble ou de HLM pour recharger leur voiture.
      Comment les utilisateurs pourraient partir en vacances avec leur voiture électriques : où recharger à mi-course, où recharger sur leur lieu de vacances
      Bêtise et écologie ne serait-elle point synonimes ?

      1. Globalement, comment recharger en ville quand on a pas de garage? La voiture électrique fera comme le diesel : après l’encensement ce sera la diffamation. Mais les moutons obéissent toujours aux chiens de garde et il suivront la nouvelle « vérité » que le pouvoir aura choisie.

      2. Amusant. Et comment feront les habitants des HLM quand il n’y aura plus de pétrole et qu’auparavant le prix du litre d’essence aura été multiplié par 10 ou 100 ? Vous pensez réellement qu’il existe des quantités de pétrole infinies dans le sous sol ? Ou qu’il existe assez de lithium sur Terre pour fabriquer les milliards de batteries nécessaires ? Vous allez au devant de grandes déceptions. La réponse est que, et c’est bien dommage, les habitants des HLM prendront le vélo pour aller au travail et n’iront plus en vacances puis devront quitter les villes, pour retourner à la campagne, cultiver leurs légumes. Les grandes villes n’existent que parce qu’il y a des moyens de transports qui permettent de transporter la nourriture à des millions de personnes chaque jour. Plus de transports économiques, plus de villes. C’est injuste, triste, etc… mais c’est comme ça que ça va se passer.

      3. On nage en plein délire ! Tous ces scenarii écologiques sont totalement ubuesques. Avec tous ces cinglés, pas besoin d’Elon Musk pour aller sur une autre planète : on y est déjà… chez les fous.
        Nos descendants le paieront cher.

    2. Avez-vous bien compris l’écologie de droite, ou pragmatique, oùil n’est justement pas question de voiture électrique ?

    3. les gros malins monteront des éoliennes sur leurs voitures. Ils attendront 6 jours une recharge suffisante pour faire 20 km le 7e jour.

  5. Nous commencerons à considérer ces personnages qui se disent « écolos » lorsqu’ils seront honnêtes avec nous, c’est-à-dire lorsqu’ils distingueront dans le réchauffement climatique, ce qui revient au réchauffement naturel de la planète avec lequel nous ne pouvons que composer. L’ensemble du réchauffement constaté n’est pas uniquement lié à l’action humaine et à la faune. Par ailleurs, l’évolution douce vers le mieux, le dialogue, ce qui a toujours été, sont préférables à la destruction aveugle, irréfléchie, sauvage. Enfin, lorsque nous constaterons qu’un « dit » écolo est capable de s’arrêter sur le bord de route pour ramasser un déchet, nous le prendrons au sérieux.

  6. J’ai travaillé plus de 3 ans dans le nucléaire à Marcoule, le site des 3 premiers réacteurs Français. Un jour des militants de Greenpeace se sont enchainés aux portails en signe de protestations. Une fois délogés par les Gendarmes, j’ai pu discuter avec une jeune femme du groupe, elle devait avoir moins de trente ans. au cours de la discussion elle m’a dis que l’électricité nucléaire était dangereuse même à domicile car elle émettait un rayonnement. En fait, personne dans ces coreligionnaires n’avez jugé utile de lui expliquer comment fonctionne un réacteur nucléaire et comment l’électricité est produite. Et c’est bien là le malheur, dans le meilleur des cas on n’explique rien au gens et dans le pire on leur raconte des mensonges. Faites l’expérience, demandez à des jeunes autour de vous de vous décrire, mème sans rentrer dans les détails, le fonctionnement d’un réacteur. Bon courage !

    1. C’est aussi le cas de nos politiques qui pour la plupart n’ont aucune culture scientifique .

    2. Vous avez raison. Si l’on nous avait expliqué comment fonctionnent M. Macron et sa macronnie, je ne suis pas sûr qu’il eût été élu président de la République. A moins que les Français soient vraiment masochistes !

  7. Disons que sur le climat, Jancovici devrait lire le livre de Steven E. Koonin, professeur de Physique du globe à Caltech et à l’université de New York, et accessoirement sous secrétaire d’état à la science sous l’administration Obama, monsieur Jancovici y apprendrait qu’en matière de climat, on raconte beaucoup de bêtises et en particulier le Giec qui est un repaire de Greenpeace et autres ONG écolo, qui sont à mille lieux des recherches scientifiques.

    1. C’est exact et toute personne censée devrait pouvoir observer d’elle même que le réchauffement climatique est un événement naturel qui dure depuis plusieurs millions d’années et qu’il n’y a qu’à ouvrir les yeux pour en faire le constat .
      Je pourrais citer pour ceux qui doutent la révélation de la grotte Costler dans les calanques et les vallées du Rhône et surtout la vallée de Chamonix et les glaciers l’alimentant en commençant par celui des Bossons qui, vers la fin du 18ème siècle qui barrait totalement l’entrée de la vallée (souvenir de mon grand père, « charretier-colporteur » livrant la vallée dans le début des années 1900 . Il faut se souvenir également du « gros » cailloux de la colline de la croix rousse à Lyon qui a conservé côté Rhône ce rocher provenant de la moraine des glaciers du Rhône .
      Qu’en pense le GIEC et le écolos bobos ??????
      Et combien d’exemples que je pourrais citer !!!!!!

      1. Intéressant, donc il y a des personnes censées qui vivent depuis des millions d’années et qui voient très bien que le climat ne change que très lentement et de manière naturelle. Pour info, l’homo sapiens sapiens c’est 100000 ans et dans ces 100000 ans il y a déjà eu plusieurs étapes de glaciations. Pour paraphraser Pierre Desproges, la culture scientifique c’est comme les parachutes. Quand on n’en a pas, on s’écrase. La grotte en question s’appelle la grotte Cosquer. Et vous citez donc la fonte des glaciers en moins d’un siècle comme étant la preuve que les changements climatiques se font sur des millions d’années… pffhhh…

  8. Les choix de nos « politiques » nous ont conduit à cette situation dangereuse qui n’est pas terminée. Solutions : développer le nucléaire, ne plus être co belligérants contre cette Russie dont l’armée conventionnelle est si mauvaise et cesser de se plier aux caprices Allemands sur, justement, le nucléaire. Conclusion : se débarrasser de nos politiques au pouvoir depuis trop longtemps.

  9. L’allemagne a perdu les deux guerres mais l’Allemagne est entrain de gagner la troisième guerre contre la France et cela sans armes en nous forcant a abandonner le nucléaire , énergie performante et peu chère , au profit de leurs centrales à charbon .

  10. L’électricité sur le prix du gaz, c’est l’affaire de la Commission européenne…. la France a laissé faire, à son détriment, pas à celui de l’Allemagne qui a besoin du gaz pour produire son électricité à la place du charbon (+ l’éolien quand sil ne produit pas, soit 75% du temps).
    .Le CO2 , Mr Bauer, c’est celui qu’on émet en trop dans l’atmosphère avec notre consommation d’énergie fossile, pas celui qui est indispensable à la vie (celui-là on ne le compte pas) . Là vous êtes débutant sur le sujet, permettez-moi!

    Janco dérange, parce que vous n’arrivez pas à le mettre dans une case dans une France binaire (droite-gauche, pro-éolien-antinucléaire, ou l’inverse) . Il dérange par son intelligence et sa réflexion pragmatique, à la fois « de gauche » (consommez moins), et de droite (oui au nucléaire) . Mais il y a de + en + d’écolos maintenant qui ont compris que l’éolien ne sert à rien et est inacceptable en milieu rural (encore moins le solaire, excepté en auto-consommation sur toitures) et que le nucléaire est la solution à nos besoins en électricité qui vont croître surtout pour l’industrie (avec une technicité et efficacité bien supérieure).
    enfin, lisez aussi les chapitres  » transport » et « le bâtiments » , et vous verrez que c’est dans ces secteurs qu’il faut changer notre mode de vie, surtout. Mais la rogne des anti-nucléaires se focalise juste sur le chapitre l’énergie électrique…Merci de votre attention.

  11. Bon article qui donne envie de lire cet ouvrage.

    Note amicale :
    Pourquoi associer chrétien à des étiquettes comme conservateur et réactionnaire ? En tant que chrétien cela laisse un sentiment d’être systématiquement du mauvais côté de ce qui devrait faire le bonheur durable de l’homme. Ce qui est un peu paradoxal lorsque l’on essaye de s’attacher à l’évangile comme guide de vie, et que l’on y goûte une nouveauté et une espérance toujours renouvelée.
    Avec un peu d’humour je dirais que l’évangile nous parle de bonheur et de joie infiniment renouvelable.
    Bien à vous.

  12. L’homme de tous temps a mis son intelligence au service de son bien être. Mais au sortir de la 2° guerre mondiale, certains ont cru que la paix ne pouvait s’obtenir que par une consommation effrénée. Il faut sortir de ce gaspillage et revenir au bon sens. Produire local, aider la recherche, rechercher l’harmonie en toute chose et replacer l’homme au centre des préoccupations.

  13. Oui, le nucléaire bien encadré et bien géré, est la solution qui peut nous permettre de disposer d’une énergie abondante et plutôt bon marché, contrairement à l’éolien et aux solaire qui ne sont que des énergies d’appoint. On sait très bien qu’en hiver , un anticyclone met souvent à l’arrêt ce parc d’éoliennes, que ce gouvernement veut multiplier , et pour ce faire, il veut faire taire les oppositions à ces projets. Si , aujourd’hui nous sommes en insuffisance énergétique , c’est bien à cause de Hollande , et de Macron, qui ont laissé nos centrales sans l’entretien de fond nécessaire et qui ont fermé des réacteurs qu’on pouvait prolonger sans grands frais .Macron en plus ,se refuse à sortir de cette idiotie qui consiste à indexer le prix de l’électricité sur celui du gaz , il met ainsi en danger nos artisans et nos PME.

  14. Je reste dubitatif à propos de M. Jancovici.
    D’un côté il démontre, pour faire simple, la bêtise à la limite criminelle des anti nucléaires promoteurs des énergies prétendûment renouvelables et en même temps il serait un décarboniste virulent. Or, le CO2 reste indispensable à la vie sur cette planète, si je ne m’abuse, même avec modération.

    1. 1) On ne peut « rester » dubitatif, qu’en n’ayant pas lu ou écouté JANCOVICI.
      2) Que le CO2 soit indispensable à la vie, personne ne le nie et surtout pas lui.
      3) La différence entre un médicament et un poison est seulement une question de dose : l’oxygène par exemple est un poison violant au dessus de 20%, dans l’atmosphère.
      4) En l’occurrence, le « décarboniste virulent », ne veut pas éradiquer tout CO2 de l’atmosphère mais faire cesser son augmentation, directement corrélée à l’effet de serre (sachant qu’il est impossible à l’échelle humaine de faire baisser son taux !).
      Dubitatif ?

      1. « ne veut pas éradiquer tout CO2 de l’atmosphère mais faire cesser son augmentation, directement corrélée à l’effet de serre ». Arrhénius a démontré l’effet de serre sur terre mais sa démonstration dans l’atmosphère reste à faire. D’autant qu’il violerait alors plusieurs lois de la physique générale : gravitation universelle (il est plus lourd que l’air), loi des proportions (concentré à 1/2500, il ne pourrait pas absorber davantage de rayons IR), le forçage radiatif (réémission d’IR de l’atmosphère vers la terre) est une monstruosité car opposé au 2è principe de la thermodynamique, etc.

    2. M. Bauer,
      l’énergie nucléaire, dont la France était le leader incontesté fut un temps, fut attaquée et déconsidérée par une minorité de sectaires verts télécommandés plus particulièrement par une Allemagne toujours ennemie (économique à tout le moins) de notre pays.
      L’énergie nucléaite est dangereuse, si mal gérée.
      Les infrastructures doivent être surveillées et entretenues scrupuleusement comme elles l’étaient, et le sont encore, chez nous.
      Les énergies renouvelables ne sont qu’un miroir aux alouettes, source de bénéfices faramineux et illicites pour une poignée d’aigrefins flairant le pactole servi par de naïfs imbéciles .

Les commentaires sont fermés.