Editoriaux - Livres - 31 mai 2019

Livre : Histoire de l’islamisation française 1979-2019 (ouvrage collectif)

Cliquez pour acheter

Tout commença en 1979, lorsque la gauche journalistique tomba en pâmoison devant ce qu’elle a appelé « l’énergie libératrice », le « premier Grand Soir » de l’« insurrection victorieuse à Téhéran », voyant dans la prise de pouvoir de l’ayatollah Khomeiny l’avènement du « chiito-socialisme », ce progrès parousiaque à visage humain défendu par ses sectateurs au cri d’« Allahou Akhbar ! »

Depuis, les choses sont allées de mal en pis.

Le gauchisme culturel et médiatique allait rapidement enrôler le monde politique dans son délire messianique et substituer, peu à peu, au prolétariat ouvrier, incarné jusqu’à la caricature par « le beauf » Dupont Lajoie, dans le film du même nom d’Yves Boisset, celui de l’immigré, nouvelle figure hagiographique des nouvelles luttes d’un marxisme totalement dévoyé.

Les exhortations d’un Georges Marchais, alors responsable d’un Parti communiste « français » encore puissant, n’y changeront rien. Souvenons-nous de la fameuse lettre que celui qui fut le candidat à la présidentielle du PCF, adressa, le 6 juin 1981, au recteur de la mosquée de Paris s’émouvant de la destruction d’un foyer de travailleurs maliens par le maire communiste de Vitry-sur-Seine : « La présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membres de leurs familles, la poursuite de l’immigration posent aujourd’hui de graves problèmes. […] Ainsi se trouvent entassés dans ce qu’il faut bien appeler des ghettos, des travailleurs et des familles aux traditions, aux langues, aux façons de vivre différentes. Cela crée des tensions, et parfois des heurts entre immigrés des divers pays. Cela rend difficiles leurs relations avec les Français. […] C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. »

Mais, dans cette lettre, souvent tronquée, le même, avec un art consommé de la duplicité tant répandue chez nombre de politiciens roués, affirmait que « l’islam […] est l’une des branches vivantes sur l’arbre millénaire de la civilisation » et qu’« il faut donner aux travailleurs immigrés les mêmes droits sociaux qu’à leurs camarades français ». Cela conduira à « SOS Racisme », aux voilées de Creil. Aux revendications halal. Au burkini. Aux attentats…

Ainsi, cette gauche qui avait depuis longtemps tourné le dos au socialisme authentique de ses pères intégrait à son logiciel idéologique le sophisme de sa logorrhée antiraciste, la virulence de sa xénophilie, l’épiphanie de l’Autre irrationnellement sublimé, tout devant concourir, sans la moindre résistance autre que celle, marginalisée, d’un Front national en pleine ascension taxé d’emblée de « fascisme » et de « racisme » – accusations exacerbées par la personnalité turbulente et le verbe haut de son leader, Jean-Marie Le Pen –, à l’édification d’une communauté française et européenne soumise aux assauts d’une contre-colonisation de peuplement sans précédent.

Conséquence d’une immigration incontrôlée, l’islamisation de la France est donc une conséquence d’autant plus prévisible que les immigrés d’origine extra-européenne sont majoritairement mahométans. Aucun dirigeant politique n’a voulu voir que nous passerions d’un islam anecdotique des caves à celui, plus conquérant, des mosquées érigées sur des terrains publics attribués sous forme de baux emphytéotiques par des élus, de droite et de gauche, soucieux avant tout de sauvegarder leur clientèle électorale. De dispendieuses « politiques de la ville » en allahicisation de la loi de 1905…

De proche en proche s’est alors installée, en France, une réelle soumission institutionnelle, intellectuelle et mentale qui interdit de critiquer l’islam, sauf à encourir le grief incapacitant d’islamophobie, accusation habilement transmuée en racisme. C’est cette réalité que décrit, par le menu, un collectif anonyme dans un épais pavé de près de 700 pages consacrées à l’une des plus grandes transformations culturelles de notre pays en quarante ans.

À lire aussi

Livre : Drieu la Rochelle. Opinions et témoignages (Collectif)

Drieu demeure toujours, malgré tout, un « infréquentable ». …