Quelqu’un a-t-il remarqué ce phénomène étrange ? Lorsque vous voyagez dans l’Union européenne, au moment de recharger votre téléphone, vous risquez de constater que… la prise électrique est incompatible.

Les autorités européennes nous inondent chaque jour de normes, prétendument pour simplifier nos vies à l’échelle européenne. En même temps, il existe en Europe cinq ou six types de prise électrique. La standardisation des équipements électriques favoriserait pourtant la « libre circulation des personnes et des biens », mantra de la construction européenne. D’où provient une si criante contradiction ?

D’un point de vue pragmatique, cette situation résulte, en bonne partie, d’un acharné « lobbying » des grands électriciens nationaux. Ils font tout pour que se maintienne le statu quo. Leur calcul est simple. Chacun d’eux est puissant sur son marché national mais faible sur l’Europe. Or, si un jour « l’Europe de l’électricité » advenait, les énormes électriciens étrangers, qui ont la possibilité d’amortir leurs frais de recherche sur leur marché intérieur, déferleraient sur l’Europe et balayeraient les électriciens nationaux. Ceux-ci préfèrent donc vivre chichement sur leur pré carré plutôt que de disparaître pour les beaux yeux de l’harmonisation européenne.

Mais ce réflexe instinctif de survie s’enracine directement dans l’absurdité de la doctrine économique de l’Union européenne. Celle-ci a littéralement « dogmatisé » la lutte contre les monopoles, avec la fameuse « concurrence libre et non faussée ». Elle conçoit sa politique économique non comme un instrument de puissance et de développement mais comme l’application de principes abstraits et obligatoires.

Aux yeux des instances européennes, il faut absolument qu’existe une concurrence féroce, ce qui implique des entités économiques suffisamment modestes pour se combattre. Ces autorités travaillent donc à empêcher que n’émergent des géants économiques européens, en exigeant démantèlement et scission dès qu’un industriel se rapproche d’un autre. Un périodique soulignait ainsi récemment que le projet de fusion de deux entreprises françaises ne pourrait aboutir qu’après avoir obtenu l’accord… d’une dizaine d’instances de régulation ! Et comme certaines activités économiques réclament des investissements énormes, les entreprises européennes, trop petites, sont distancées par les géants mondiaux.

Pendant ce temps, dans le monde entier, les États et les empires, le disant ou sans le dire, favorisent leur industrie nationale, qui ne cesse de se développer et vient tranquillement faire son marché dans une Union européenne ouverte à tous les vents.

Dans le cas de l’électricité, ne serait-il pas raisonnable que l’Union européenne, sortant de son dogmatisme libre-échangiste, suspende pour vingt ans l’activité des électriciens non européens en Europe pour laisser aux électriciens nationaux le temps de se regrouper afin d’arriver, par exemple, à deux électriciens européens de taille mondiale ? Pendant ce temps, elle travaillerait à standardiser les installations électriques. Au bout de ces vingt ans, on rouvrirait le marché à la concurrence : les Américains, les Chinois tous ceux qui le voudraient pourraient alors venir se frotter à des électriciens européens en mesure de résister à leurs assauts. Dans ce cas, la concurrence pourrait avoir du bon.

Mais il est à craindre que le bon sens ne triomphe pas de sitôt dans l’Union européenne !

 

 

 

6189 vues

6 août 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

12 commentaires

    1. Apple a depuis le début essayé de développer un type de prise (Micro USB) universelle; il a même été le premier à standardiser le format lightning réversible, suivi chez les concurrents (SAMSUNG n’a pas du tout le monopole de la connection) par la prise UBS C, réversible à son tour. Ne vous plaignez pas, du côté chargeur, c’est le format USB.2 qui reste le maître!

  1. Les normes AFNOR étaient parfaites. Dans les années 90 ont commencé à déferler des centaines de normes, copie des nos normes AFNOR, mais avec des adaptations qui ont ouvert la porte à tous les abus, y compris avec les produits chinois qui arrivaient par containers et cargos et étaient estampillés CE par des gens sans scrupule au tampon encreur…Je l’ai vu des mes yeux…. Je travaillais dans la sécurité au travail et fabriquais du matériel anti-chutes!!!!En lien avec l’INRS… Près de 200 produits et matériels à modifier en un an!!!! Ce qui a coulé beaucoup de PME!

  2. Si je suis assez d’accord sur le fond de cet article, à savoir que l’ UE défavorise la fusion d’entreprises qui permettrait de constituer des entités aptes à se mesurer au marché mondial, l’exemple de la prise électrique me semble très mal choisi : Ayant beaucoup voyagé en Europe, je n’y ai jamais rencontré ce problème, mais c’est arrivé quelques fois sur d’autres continents. Les fabricants européens de matériel électrique (et non pas les électriciens) se portent bien au niveau mondial et je ne vois pas pourquoi et comment interdire les importations de matériel extra-européen. Enfin, au niveau international, le terme « électricien » désigne les producteurs et distributeurs d’électricité et non les fabricants de matériel.

  3. L’Europe, l’Europe…ce « machin » est un frein à tout ! Depuis plus de 30 ans j’ai pu voyager dans le monde entier avec une prise multiple adaptée à tout les cas de figure mais il va sans dire d’origine ASIATIQUE !

  4. Pour faire ce qui est suggéré dans cet article il faudrait des dirigeants qui voient au-delà de leur petite vie et c’est de moins en moins le cas, chacun étant préoccupé par son avenir immédiat et les profits qu’il peut en tirer

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter