L’Union européenne fait la guerre à la Russie (qui, elle-même, a déclenché une guerre), avec des armes non pas militaires mais économiques : elle a lancé une campagne de boycott de la Russie, et même d’expulsion de la Russie du système économique mondial.

C’est une guerre qui pourrait, à première vue, paraître anodine, inoffensive : après tout, qui d’entre nous a souffert des sanctions économiques portées dans les années passées contre les oligarques proches du Kremlin ? Mais il y a ici une erreur de perspective.

Il ne s’agit plus seulement de priver quelques individus de l’accès à certains de leurs biens. Il s’agit d’empêcher le maximum de transactions commerciales avec la Russie. Or, le commerce, c’est comme le mariage, il faut forcément être deux : deux partenaires qui ont chacun un intérêt dans l’échange. Détruire la transaction commerciale pour l’un, c’est aussi détruire la transaction commerciale pour l’autre. Autrement dit, une guerre économique contre la Russie, si elle fait souffrir la Russie, va faire souffrir du même coup l’Union européenne, partenaire commercial de la Russie. C’est ce qui va être de plus en plus visible et sensible.

Tout le monde pense spontanément au pétrole, mais surtout au gaz, dont la Russie est un vendeur de premier plan. L’Union européenne commence à être confrontée à des pénuries qui pourraient devenir dramatiques. À ces difficultés s’ajoute, d’ailleurs, un piège dans lequel l’Union européenne est en train de tomber et qui met en un plus grand péril son autonomie politique. Depuis longtemps, les États-Unis essaient d’imposer à l’Union européenne de leur acheter leur gaz transporté par bateau, et c’est pour cela qu’ils mènent une campagne acharnée contre le gaz russe arrivant par gazoduc. Or, l’Union européenne, prise au piège de la guerre commerciale contre la Russie, est en train de signer des contrats d’achat massif de gaz américain, se mettant pieds et poings liés sous la coupe des États-Unis.

La Russie et l’Ukraine étant traditionnellement un grenier à blé pour de nombreux pays, à quoi s’ajoutent de nombreuses autres denrées alimentaires, le gel des transactions fait aussi logiquement monter le grave danger de pénuries alimentaires, même si la France, grande nation agricole, est un peu moins menacée que d’autres pays.

Des difficultés du côté de l’énergie et de l’alimentation frapperaient évidemment au cœur nos pays, dans la mesure où ceux-ci ne possèdent pas leur autonomie énergétique et alimentaire. Pourtant, ce ne sont pas les seuls maux que nous promet cette guerre économique : bien d’autres secteurs sont directement menacés par elle.

Voici un exemple frappant de notre dépendance, même s’il est lié à la guerre militaire plutôt qu’aux sanctions économiques contre la Russie. Le grand public découvre, à l’occasion de ce conflit, et parce que sa production s’est arrêtée du fait de la guerre, que l’Ukraine est presque le seul fournisseur mondial de néon purifié (qui sert à la fabrication des puces électroniques, indispensables dans de larges secteurs de l’industrie), ce qui annonce une pénurie dans ce domaine stratégique des puces. Or, qui peut donner la liste des secteurs où, plus ou moins immédiatement, nous dépendons de la Russie pour notre propre vie économique ?

Churchill, au moment où il décidait que la Grande-Bretagne mènerait une guerre sans merci à l’Allemagne nationale-socialiste, promettait aux Britanniques « du sang et des larmes ». C’est exactement l’avenir qui attend les citoyens de l’Union européenne, pour peu que cette guerre économique contre la Russie, fût-elle justifiée, se prolonge.

 

 

 

 

5273 vues

02 avril 2022 à 17:45

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

54 commentaires

  1. Le chef des clampins qui nous gouvernent a été élu en 2017 après avoir déja tué notre industrie auparavent !! Va t il être réélu en 2022 ?? Les français sont très capables de le garder au pouvoir tellement ils sont ignards et aveugles !! La seule chance pour éviter cela est une alliance définitive entre M Le Pen et E Zemmour, sinon la France poursuivra sa descente aux enfers !!!

Les commentaires sont fermés.