Organisé tous les 13 juillet depuis 2016 dans le XIXe arrondissement parisien, le « bal des .e.s », événement militant organisé par l’association pro-migrant BAAM (Bureau d’accueil et d’accompagnement des ), déclenche une polémique pour son édition 2021. En effet, Fanaya, l’un des DJ prévus au programme, a déclaré sur son compte Instagram ne vouloir jouer que « pour les personnes non blanches, et surtout pour les personnes noires ».

 

Les «blanc.he.s» derrière, les racisés sur le dancefloor

« Le dancefloor est un espace où les relations de pouvoir se reproduisent aussi », a déclaré le DJ, qui a invité les personnes « blanc.he.s » à aller « derrière » pendant toute la durée de sa production, afin que « les autres (surtout les personnes noires) » puissent « occuper la place ».

Cette annonce a suscité la réaction indignée de plusieurs élus parisiens. Ainsi le député François Jolivet exhorte , ministre délégué à la Citoyenneté, à « faire ce qui est possible pour interdire à “FANAYA” de se produire dans l’espace public dans ces conditions ».

Il a également alerté le maire de pour « l’informer de ce qui se déroule dans sa ville » et lui demander de « clarifier sa position concernant le BAAM ».

 

Une appropriation de l’espace par les personnes racisées

Sur sa page Facebook, le Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants (BAAM) a répondu en se disant victime d’une attaque « de la et de l’extrême droite ». Il renouvelle « tout son soutien à Fanaya » et estime ses positions « non seulement légitimes mais également essentielles pour permettre une réelle appropriation de l’espace par toutes les personnes racisées ».

 

 

12 juillet 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.