Les Amish pratiquent-ils le Kamasutra ? J’ai, comme qui dirait, un doute, mais il faudrait poser la question à . La semaine dernière, il renvoyait les journalistes à leur « Kamasutra de l’ensauvagement » et, mardi, il moquait ceux qui appellent à un moratoire sur la en affirmant que lui ne croit pas au « modèle amish ».

Bronzé, sans cravate, chemise blanche à col droit, Nicolas Hulot ou… Amish (ces braves gens ne portant que très rarement cet accessoire superflu), exhibant, sous le canapé de grand-croix de la Légion d’honneur, le coq de la French Tech, le Président se voulait résolument moderne et jeune sous les ors de l’Élysée. Il ne manquait que la barbe de trois jours. Faudra y penser, pour la prochaine fois.

Un Emmanuel Macron qui, semble-t-il, connaît ses classiques aussi : « J’’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile. » Une phrase qui en rappelle une autre : « Il est tout à fait naturel qu’on ressente la nostalgie de ce qui était l’Empire, tout comme on peut regretter la douceur des lampes à huile, la splendeur de la marine à voile, le charme du temps des équipages. » Tirade lancée en ce même palais de l’Élysée, le 14 juin 1960, par le général de Gaulle, au sujet de la capacité de la France à produire chez elle ses produits agricoles.

La 5G se fera donc. Dangereuse, pas dangereuse ? Aucune idée. On notera simplement que le machin mis en place par Emmanuel Macron et baptisé « Convention citoyenne pour le climat » à partir de personnes tirées au sort avait, dans son rapport final, estimé qu’il fallait « analyser systématiquement l’impact sur l’environnement et la transition énergétique des innovations de façon indépendante » et demandé « un moratoire sur la mise en place de la 5G en attendant les résultats de l’évaluation de la 5G sur la santé et le climat ». Or, parmi toutes les propositions faites par cette Convention, seules trois n’ont pas été validées, Emmanuel Macron ayant utilisé ses « jokers », selon l’expression même du ministère de la Transition écologique : la taxe de 4 % sur les dividendes, la réduction de la vitesse sur autoroute à 110 km/h et la réécriture du préambule de la Constitution. Il est vrai que, dans le même temps, la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher confirmait, le 1er juillet, à l’Assemblée nationale, que la procédure des enchères d’attribution de la 5G serait lancée en septembre de cette année. Bref, on retiendra que cette Convention ressemblait comme une goutte d’eau dans la mer à son grand frère, le fameux grand débat national.

Mais revenons à l’essentiel : les Amish pratiquent-ils le Kamasutra ? La question risque, malheureusement, de rester sans réponse, mais on admirera l’art oratoire du Président pour contourner les questions qui fâchent. L’art de la pirouette-cacahouète. Histoire de ridiculiser l’adversaire, un bon mot ou une image parlant à l’imaginaire populaire. La semaine dernière, les galipettes orientales. Cette semaine, Samuel allant aux champs sur sa carriole à cheval et portant des pantalons qui grattent.

Il n’empêche que, Kamasutra ou pas, et sans vouloir faire de prosélytisme pour les Amish, on notera que cette communauté qui vit aux États-Unis comme au XVIIIe siècle connaît une espérance de vie supérieure à celle de la population américaine : 85 ans contre 78 ans, révélait une étude faite, en 2017, chez les Amish de l’Indiana. Une mutation génétique les protégerait contre le vieillissement, mutation qui serait liée à l’interdiction des mariages en dehors de la communauté. On tirera la conclusion que l’on veut sur ce « modèle amish » auquel Emmanuel Macron préfère un autre. Au fait, quel est son modèle ?

À lire aussi

La recherche du mouton à cinq pattes de droite pour 2022 alimente la machine à perdre

Les choses sont dites : Marine Le Pen ne peut pas gagner l’élection présidentielle de 2022…