L’écriture inclusive gravée dans le marbre de la mairie de Paris

écriture inclusive

Dis-moi comment tu écris, je te dirai qui tu es. À voir comment la mairie de Paris utilise l'écriture inclusive jusque sur une plaque commémorative au sein de l'hôtel de ville, force est de constater qu'Anne Hidalgo n'est pas défavorable, c'est le moins qu'on puisse dire, à l'idéologie qu'elle véhicule.

À l'origine, l'opposition municipale demande que des plaques commémoratives rendant hommage aux anciens présidents du Conseil de Paris, ainsi qu’aux conseillers ayant effectué plus de vingt-cinq ans de mandat, soient actualisées et qu'y soient gravées les dates de leur décès. Surprise, quand on s'aperçoit que cette actualisation a également introduit l'écriture inclusive à coups de « Conseiller.e.s de Paris » et de « Président.e.s du Conseil de Paris ».

L'Association Francophonie Avenir (AFRAV), qui défend la langue française, promeut la francophonie et lutte contre le tout anglais, a intenté contre la mairie, en mars 2022, une action judiciaire dont l'audience s'est tenue le 21 février 2023. Dans son argumentation, elle souhaite que le tribunal « rappelle à Mme Hidalgo qu’en tant qu’élue de la République, elle doit s’exprimer dans la langue de la République qui est la langue commune de tous les Français [...] et non dans une langue telle qu’elle peut être parlée dans des sectes, dans des communautés, dans des mouvements militants ou autres groupes ethniques ». La décision sera rendue le 16 mars.

Cette plaque serait, à ce jour, la seule utilisant l'écriture inclusive au sein de l'hôtel de ville, ce qui ne constitue pas une circonstance atténuante. La mairie de Paris, toujours dans le vent, s'était déjà fait remarquer par son emploi dans des circulaires mais, cette fois, elle est en quelque sorte gravée dans le marbre, marquant l'entrée officielle de cette écriture militante dans un bâtiment public. Elle rompt ainsi avec le principe de neutralité, d'impartialité et de laïcité qu'impose la loi. L'association rappelle, d'ailleurs, que c'est au nom de ce principe que « certains maires ont été condamnés par le Conseil d’État à enlever des mairies les crèches de Noël qui s’y trouvaient et d’autres ont pu interdire le port du burkini pour l’accès aux piscines municipales ».

Beaucoup de bruit pour rien, objecteront ceux que la question de l'écriture inclusive indiffère ou qui la jugent anodine. Pourtant, cette langue nouvelle, que son usage se fasse à grandes ou à petites doses, qu'il soit volontaire ou le résultat de l'habitude, participe, au même titre que les pratiques wokistes, de la déconstruction de la langue et, plus généralement, de la culture française. Les militants de cette cause, qui savent ce qu'ils font, imposent insidieusement leur idéologie subversive et normalisent progressivement les esprits, à la façon des régimes totalitaires.

Philippe Kerlouan
Philippe Kerlouan
Chroniqueur à BV, écrivain, professeur en retraite

Vos commentaires

15 commentaires

  1. Comment nous débarrasser de cette délirante municipalité parisienne qui au nom du wokisme le plus stupide se permet de graver dans le marbre les absurdités de l’écriture prétendument inclusive qui est – faut il le rappeler – inconstitutionnelle, la langue de la République française étant le français ? Il serait juste que, une fois leur tentative déclarée illégale, les abrutis, Hidalgo en tête, paient de leurs deniers la remise en ordre qui doit s’imposer.

  2. Comment nous débarrasser de cette délirante municipalité parisienne qui au nom du wokisme le plus stupide se permet de graver dans le marbre les absurdités de l’écriture prétendument inclusive qui est – faut il le rappeler – inconstitutionnelle, la langue de la République française étant le français ? Il serait juste que, une fois leur tentative déclarée illégale, les abrutis, Hidalgo en tête, paie de leurs deniers la remise en ordre qui doit s’imposer.

  3. elle est normalement interdite, il n’y a pas en France des gens payé pour défendre la langue française, tous ce qui est officiel en France doit être écrit en Français.

  4. Pour éviter l’extension de cette écriture débile, les médias devraient l’exclure de leurs articles mais étant donné qu’ils sont à la botte de…et bien payés, je doute que ces derniers montrent l’exemple de notre résistance. J’espère que BV le fera. Merci!

  5. Heureusement les français, (ensemble couvrant hommes, femmes et autres ne se reconnaissant pas dans les deux genres précités), ont évité à la France d’avoir madame la maire de Paris comme président.e de la République.

  6. Comme de nombreuses associations subventionnées par le gouvernement (genre CPIE), de mutuelles (MGEN) nous écrivent de la sorte, ainsi que certaines petites associations proposant des animations, je leur ai répondu que ne pouvons lire leur charabia, soit elles arrêtaient d’écrire ainsi, soit je n’étais plus adhérente (à la MGEN, j’ai simplement dit mon courroux, pouvant difficilement changer de mutuelle à mon âge, âge où, en fait seule l’euthanasie d’Attali peut m’être proposée…)
    Je l’ai dit à mes amis, mon entourage, ma famille, qui ont fait de même.
    La majorité ont arrêté leur cirque, les autres ont perdu de nombreux adhérentes.

  7. DE QUEL DROIT ? Ces politiques sont des crétins, incapables de régler les vrais problèmes mais qui font de l’esbrouffe sur les questions de société. Des nuls qui prospèrent sur le dos des citoyens. Il est temps de virer ces « pantines »

  8. Cette dérive, manifestement un défaut de culture générale. On oserait dire, compte-tenu de la position des personnes à son origine, que cette attitude flirte avec l’illettrisme. C’est méconnaître des notions de grammaire fondamentale.

  9. La décadence au vu de tous, et tout le monde s’en fout, même quand on a l’opportunité de virer ces nuisibles des mairies et du gouvernement, par un simple bulletin de vote.

  10. Ce n’est pas à la façon « des régimes totalitaires » c’est le début des régimes totalitaires que certains cherchent à nous imposer. Grace à des politicienset une soit disant intelligencia frileuses,et peureuse, qui ne se rend même pas compte qu’elle est en train de se fraire bouffer et qu’elle est en pleine décadence.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois