Lors d’un échange pédagogique organisé après la minute de silence en hommage à , le jour de la rentrée scolaire des de la Toussaint, quatre écoliers de CM2 de l’école Louis-Pasteur d’Albertville (Savoie) ont dit approuver la décapitation du professeur d’histoire-géographie et ont proféré des menaces.

Ils ont été interpellés, jeudi 5 novembre, à leur domicile pour des propos tenus en classe, ce lundi, après la minute de silence, rapporte Bleu Pays de Savoie.

« T »

Le procureur de la République de Chambéry, Pierre-Yves Michau, a cité deux phrases, rapportées par France Bleu : « Le terroriste a bien fait de faire ce qu’il a fait. Toi aussi tu vas mourir. »

Suite à cette discussion, un enseignant de l’école a reçu un bout de papier avec cette inscription : « T mort ».

Les quatre élèves, trois garçons et une fille, ont été interpellés puis interrogés pendant neuf heures par la , le jeudi 5 novembre. La fille a été mise hors de cause. « Les garçons ont reconnu avoir tenu ces propos et se sont excusés », précise le procureur.

Une lettre d’excuse

Sur Twitter, devant les réactions suscitées, le ministère de l’Intérieur a publié une vidéo pour justifier l’interpellation des enfants, expliquant que « la police n’a pas usé d’une force démesurée ! Elle a appliqué le Code de procédure pénale. » La porte-parole a ajouté qu’il en serait ainsi « pour chaque suspicion de faits d’apologie du terrorisme ».

Les familles des écoliers sont « de confession musulmane mais elles ne sont pas radicalisées », selon le procureur de la République, qui précise qu’il y aura également des poursuites au pénal, pour demander des mesures de réparation « telles qu’une lettre d’excuse ou une réflexion sur la notion de respect et de verbale ».

Un suivi éducatif de ces enfants a été demandé par les services sociaux du conseil départemental.

7 novembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Arrêté avec 14 kg de cannabis dans sa voiture, il est libéré faute d’interprète

Après une courte délibération, le président a finalement annoncé que le tribunal était dan…