Le RN et la culture : Libé persiste, Ariane Mnouchkine prend de la hauteur

© Gallica
© Gallica

Dès le lendemain de l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale, le « monde de la culture », ce magma composite de saltimbanques et d’intellos qu’unit un même gauchisme, pétitionnait et tribunifiait. (Leur manie mérite bien un néologisme.) Ce 18 juin, Libération sort un dossier: « Extrême droite - L’impasse culture ». L’heure est grave.

Les arguments de Libé pour prouver la toxicité du RN en la matière? Un député s’est insurgé contre les émissions « Drag Race France » sur la télévision publique, un deuxième a voulu exclure les mangas du Pass Culture, une troisième a mené la fronde contre un tableau équivoque de Miryam Cahn. Libé s’émeut de peu. Le tableau est resté accroché aux cimaises du Palais de Tokyo, et ni les mangas ni « Drag Race France » n’ont pâti des polémiques. De fait, l’action des députés RN a fait infiniment moins de mal à la « culture » que le wokisme ordinaire avec les déboulonnages, les contextualisations et les sensitive readers. De ces derniers, censeurs installés au coeur des maisons d’édition, le « monde du livre » s’accommode avec facilité. C’est contre le RN qu’il appelle à faire barrage dans une tribune, pour « continuer à proposer des œuvres en toute liberté, (…) véhiculant une grande diversité de pensées et de discours ». On marche sur la tête.

Moscato et Mnouchkine en francs-tireurs

Cette charge de cavalerie contre le RN, pour laquelle la gauche a harnaché ses meilleurs bidets, prolonge le discours éculé d’une caste que, populo et occitan, l’acteur Vincent Moscato n’a pas ménagée. «Depuis cinquante ans, quand tu es de gauche, tu le revendiques. C’est le fameux privilège rouge, tu peux être léniniste, trotskiste. C’est tous des assassins mais ce n’est pas grave, ça passe, ça glisse », a-t-il déclaré dans « Le Figaro La Nuit ». Audacieux.

Dans un style plus policé, une autre voix discordante se fait entendre. Son autorité est incontestée : Ariane Mnouchkine est la fondatrice du Théâtre du Soleil, institution de la gauche culturelle. Dans une tribune publiée par Libé, après une interrogation cornélienne (« À quel moment doit-on cesser de faire du théâtre sous un gouvernement RN ? »), Anne Mnouchkine fait un mea culpa inattendu. Le passage mérite d’être cité en entier :

Tout y est. La négation et les insultes, motivés par un même mépris du peuple français et douloureusement expérimentés par les spectateurs franchouillards. L’éloge répété ad nauseam des personnages de l’immigré et du clandestin, forcément généreux, et forcément victimes du beauf blanc et raciste. Depuis Dupont-Lajoie (1975), un demi-siècle de culpabilisation systématique du Français. « On n’essaie pas Marine Le Pen ! On n’essaie pas le fascisme », déclarait Ariane Mnouchkine à Télérama en 2022. Que de chemin parcouru en deux ans. Merci, Mme Mnouchkine, de reconnaître qu’il y a quelque chose qui cloche.

Même un rédacteur en chef du Monde...

Autre prise de conscience, celle d’un rédacteur en chef du Monde (oui!), Michel Guerrin : « Les artistes visuels représentent très peu la France qui vote Rassemblement national. Et c’est un problème ». Son constat est analogue à celui d’Ariane Mnouchkine : « les artistes ont l’indignation et l’empathie sélectives : ils ignorent les laissés-pour-compte de la mondialisation quand ils estiment que ces derniers gonflent le large camp réactionnaire ». À l’inverse, « ils racontent abondamment les victimes de discrimination et de racisme, les migrants, les pauvres, et donnent forme aux combats écologistes, féministes ou LGBT. » Encore un aveu.

Moscato, Mnouchkine, Guerrin… Ce ne sont que trois gouttes d’eau dans l’océan de conformisme qu’est le « monde de la culture ». Mais Marion Maréchal nous a prévenus : « Le combat culturel et éducatif est un combat de long terme. » Qu’Ariane Mnouchkine fasse ce mea culpa est à la fois un tout petit pas... et un progrès considérable.

Samuel Martin
Samuel Martin
Journaliste

Vos commentaires

21 commentaires

  1. J’ai entendu cette citation par une journaliste de France Inter, Léa Salamé (?) qui, après les élections et lors de l’interview d’un personnage politique de gauche, j’ai oublié de qui il s’agit, à lu cet acte de bravoure… C’était, de la part de la journaliste, une surprise et une révélation, le nombre de ceux qui ont voté RN étant la preuve irréfutable que les Français se révoltaient. Un instant désarçonné par la déclaration d’A. Mnouchkine, le politique n’a rien voulu reconnaître. Pour la gauche, comme le Pdt du Parti socialiste, le soir des élections, il a osé chercher des hommes de gauche ou d’extrême gauche pour devenir 1er Ministre ! La France a voté à droite mais il fallait qu’ils propose un gouvernement à l’exact opposé. Faites échec à ces bonimenteurs harceleurs et prouvez que la France, la vraie existe encore !!!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois