À Rouen, le maire va ouvrir une consultation citoyenne pour « remplacer la statue de la place de l’Hôtel-de-Ville par une figure féminine », relate Paris Normandie.

Devant l’hôtel de ville : une figure féminine à la place de Napoléon

Fragilisée, la statue équestre de l’empereur est actuellement en restauration à Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines) et le retour de l’œuvre de Vital-Dubray, place de l’Hôtel-de-Ville, n’est pas certain. En effet, Nicolas Mayer-Rossignol, maire PS et président de la métropole de Rouen, veut profiter de ce déboulonnage pour ouvrir un débat sur le devenir de la statue équestre et souhaiterait « installer la statue de Napoléon Ier autre part dans la ville, et ériger à la place une représentation de figure féminine ».

« La question de l’égalité femmes/hommes est centrale et doit se traduire dans les actes : j’assume la portée symbolique de cette proposition », a déclaré le maire, jeudi 10 septembre, lors de la présentation du programme des Journées du . Au sujet de la « figure féminine » qui pourrait remplacer Napoléon, Nicolas Mayer-Rossignol penche pour Gisèle Halimi, l’avocat, militante féministe et femme politique décédée en juillet 2020.

Les Rouennais seront consultés

Le maire envisage une consultation publique, qui pourrait aboutir à un vote : les Rouennais se prononceront sur l’idée de déplacer Napoléon — ou non, ils peuvent choisir qu’il revienne à sa place initiale — et sur le nom de la figure qui, le cas échéant, prendrait sa place. « L’érection d’un nouveau monument pourrait s’inscrire dans le cadre de la candidature de la ville à être capitale européenne de la culture en 2028 », précise Actu.fr.

10 septembre 2020

À lire aussi

France 2 obligée d’annuler son émission politique en banlieue parisienne car « la police ne peut pas assurer la sécurité des équipes »

Le jeudi 26 novembre, France 2 diffusait un nouveau numéro de son émission politique « Vou…