Le laboratoire de rétablissement de la vérité de Libération, baptisé , répond chaque jour en français aux questions de ses lecteurs.

L’un d’entre eux, rongé par l’angoisse, demande aux instances « je-sais-tout » du site s’il est exact que utilise le même slogan que le parti nazi. À savoir : « Réveillez-vous ! » L’heure est grave. Le Rassemblement national pourrait être confondu. Pris en flagrant délit de projet dictatorial à la sauce hitlérienne. Les Français contraints de sortir masqués, tirs de Flash-Ball™ sur les opposants et tout un tas de mesures arbitraires épouvantables. « Rassurez-moi, Monsieur CheckNews. Dites-moi que nous ne sommes pas au bord du cauchemar. »

Saperlipopette ! Les têtes pensantes de gauche appellent immédiatement un historien spécialiste du nazisme. Avec un peu de chance, il confirmera cette similitude avec la bête immonde. Au bout du fil, il confirme ! Le mot d’ordre « Allemagne réveille-toi » était inscrit de toutes parts. Sur les étendards, les tee-shirts, les magnets sur les frigos, les tatouages… La rédaction sort le champagne, le lecteur demande l’asile politique à la Corée du Nord. Les carottes sont cuites.

Circonstance aggravante, l’émission « Quotidien » a déniché un document d’archive dans lequel Adolph Le Pen en personne, vilain papa de Marine, a utilisé, lui aussi, la notion de réveil. « France réveille-toi », osait-t-il écrire sur ses affiches, en 1981. Les carottes sont recuites.

Après bien des recherches, le service « rééducation mentale » de Libération s’aperçoit que certaines mères de famille entrant dans la chambre de leur enfant, le matin, profèrent régulièrement l’horrible formule : « Réveille-toi ». Le mal gagne du terrain ! Des croix gammées ne se cachent-elles pas dans le fond des cartables ? Des journalistes d’investigation mèneront l’enquête.

À tout hasard, les têtes brûlantes de CheckNews interrogent le service communication du . « Alors ? Ah ah ah… On est pris la main dans le sac ? » Plutôt qu’envoyer paître les intrigants, l’interlocuteur explique qu’il s’agit d’un slogan inspiré par un hymne régional picard datant du XVe siècle. « Picard, les surgelés ? » demande le journaliste. L’affaire est entendue, le parti nie également le réchauffement climatique.

Le 19 mars 2018, un lecteur – peut-être le même – demandait aux « Géo Trouvetout » de CheckNews si « La France en marche » était bel et bien un slogan de Vichy comme Marine Le Pen l’affirmait. À cette question, les têtes débordantes de gauche se virent dans l’obligation de répondre par l’affirmative. Voui. Il l’était. Mais, mais mais… ne nous fâchons pas. « Tout comme Marine Le Pen et son Rassemblement national, il paraît évidemment très peu probable qu’ se soit inspiré de la propagande vichyste », tempérèrent-ils. Un partout, la balle au centre. L’un dédouane l’autre.

Retour à la conclusion de l’article de 2020 qui reprend les soupçons de pétainisme autour du nom « Rassemblement national » : « Comme nous l’expliquions alors, rien ne permettait toutefois d’affirmer que Marine Le Pen ait voulu se référer à ce parti. »

Ainsi naquit le slogan de CheckNews prochainement affiché en tête du site : « Prêcher le faux pour savoir le faux. » Du journalisme garanti sans aucune trace de réveil.

À lire aussi

Oraison funèbre du maire de Bordeaux pour « l’arbre mort » de Noël

Les obsèques de l'arbre de l'année dernière l'ont plongé dans une profonde tristesse. La v…