(qui se fait à présent appeler Egountchi Behanzin), le leader de la LDNA (Ligue de défense noire africaine), a organisé une « mobilisation patriotique » devant l’ambassade de France à Bamako (Mali) contre « la politique impérialiste néocolonialiste » de la France au Mali, le 17 septembre.

Lors de cette nouvelle provocation, accompagné d’une poignée de militants, il tente de mettre le feu à un drapeau français à l’aide d’un briquet, tout en se faisant filmer par l’un des leurs. Malgré plusieurs tentatives, le drapeau ne s’enflamme pas.

« La France opprime le peuple africain »

Il est, par la suite, rejoint par des militaires maliens auxquels il explique son geste : « J’ai le droit d’être là. Nous sommes là, la France opprime le peuple africain », puis la vidéo se coupe.

Le compte Twitter de LDNA révèle que, juste après, le militant est arrêté et « conduit au commissariat du 1er arrondissement« de Bamako, ainsi que plusieurs militants. Il seront relâchés le lendemain matin et se réjouissent de ce « nouveau camouflet pour l’impérialisme colonial français ».

À lire aussi

Sondage : L’instauration d’un couvre-feu dans les villes les plus touchées par le Covid-19 vous semble-t-elle justifiée ?