Depuis début avril, dans les médias classiques, une ritournelle s’installe, sous forme interrogative pour ne pas ennuyer le gouvernement chinois : « Est-ce que le Covid-19 vient d’un pangolin mal cuit lors d’un barbecue ou d’un laboratoire bactériologique P4 de haute sécurité ? »

Le Figaro a publié une enquête dans son édition du 21 avril 2020. Il explique comment ce laboratoire est une exportation française, en partenariat avec Pékin. Comment ce partenariat s’est transformé en contrat unilatéral chinois : presque un cadeau, en somme, de la France à la Chine ! Les réticents à ce projet craignaient que d’un laboratoire de recherche l’on tombe dans un « arsenal biologique » communiste… Oh, les vilaines Cassandre !

Le laboratoire a été terminé en janvier 2015 et ouvert en janvier 2018, date qui « coïncide », affirme élégamment Le Figaro, avec une visite d’ en Chine.

Ce n’est pas tant le soupçon qui est intéressant que la suite de l’article concernant la diplomatie française :

« […] la France, qui n’est qu’une puissance moyenne, n’a pas les moyens d’arrêter un projet car elle ne peut assumer les rétorsions économiques qui s’en suivraient », affirme un spécialiste dans l’article. Il continue : « Les Chinois cherchent à s’approprier notre technologie. Et nous allons plus loin que nous le devrions de peur d’être victime d’un chantage. » Un diplomate affirme : les autorités « ont péché par innocence. Elles ont cru qu’on pouvait faire confiance aux Chinois. »

En quelques paragraphes, on apprend, pour résumer : que la France a fait cadeau aux Chinois d’un laboratoire bactériologique équivalent à une « usine de retraitement nucléaire » ; que la diplomatie française, anciennement glorieuse, est naïve comme une oie blanche ; que les Chinois – sans faire chanter la France, même si ça y ressemble vraiment – décident de tout dans ce schéma.

Un autre paragraphe s’attarde sur les 50 scientifiques français qui devaient partir à pour travailler dans le laboratoire. Ils ne sont jamais partis. Le Figaro s’interroge : la faute aux Chinois ? Aux moyens financiers français ? Encore une jolie histoire…

La morale de cette affaire : la France a donné « une bombe atomique bactériologique » aux Chinois. Aucun contrôle n’y opère. Le gouvernement chinois a la mainmise totale dessus. Potentiellement, le virus peut venir de ce laboratoire. Et si c’est le cas, que la France est responsable objectivement de ce marasme mondial, par l’indigence et les incohérences de sa diplomatie.

Si la France est « une puissance moyenne », comme l’affirme le spécialiste dans l’article, il est d’autant plus un devoir de ne pas disperser le peu de parcelle de pouvoir qu’il nous reste dans le jeu politique mondial. Il est moralement injuste d’offrir aux Chinois pareil laboratoire.

À lire aussi

Un « génocide vendéen » qui n’a pas eu lieu : si France Culture le dit…

L’article s’attribue la légitimité d’une enquête pour expliquer qu’une contre-histoire, in…