Le grand retour politique de Manuel Valls ? ¡Caramba! encore raté !

Valls

En ces temps de pandémie galopante, les occasions de rigoler nous sont chichement comptées. Bien sûr, il y a Laurent Gerra, tous les matins, sur RTL ; mais il ne faudrait pas non plus négliger cet autre champion, même si pratiquant un humour manifestement involontaire : l’immense Manuel Valls qui, décidément, mériterait aujourd’hui d’être remboursé par la Sécu, en qualité d’antidépresseur multi-usages, un peu comme ces poudres à récurer qui nettoient le dessus comme le dessous des carrelages.

« Eh Manu, descends ! » « Oui, mais pour quoi faire ? » Un peu comme dans le sketch des Inconnus, autres fantaisistes de génie. Oui, « pour quoi faire », au fait ? La valse de la Reconquista, on imagine. Effectivement, il y a du terrain à reconquérir. Battu aux primaires du Parti socialiste en 2017, où il se fait damer le pion par Benoît Hamon, homme dont le charisme n’est pas tout à fait celui d’un Freddie Mercury, le défunt chanteur de Queen. Pour aller ensuite tenter sa chance avec le mince succès qu’on sait aux élections municipales en Espagne, à Barcelone plus exactement, et maintenant revenir en nos contrées, tel un sauveur tout prêt à faire don de sa personne à la patrie.

Et Le Point de noter, le 12 mars dernier, à propos de l’entretien accordé par l’hidalgo en question (pas Anne, on précise) : « S’il avait juré mordicus que désormais sa vie était à Barcelone, sa ville natale, où il n’est plus que simple conseiller municipal d’opposition, Manuel Valls fait à nouveau une offre de services à ce pays, la France, dont il fut le Premier ministre près de trois ans. »

Il est vrai que la contre-attaque semble avoir été ourdie de longue date. Un premier entretien sur le site du Parisien, le 28 février, un autre au Monde, le 6 mars. Voilà pour les bombardements. Puis l’offensive terrestre, survenue six jours plus tard, dans Le Point. Au Monde, il assure : « Je ne suis candidat à rien. Je n’ai pas de plan. » Pas de plan ? Vraiment ?

Et de poursuivre : « C’est d’abord le débat politique en France qui me passionne, car c’est ma vie » ; laquelle n’est plus en Espagne, donc. À l’époque, la rumeur d’un possible remaniement ministériel agite les médias français. Guignerait-il une place ? Un simple maroquin ? Un fauteuil à Matignon ? Après tout, sachant que François Hollande rêve bien d’un retour à l’Élysée, tous les espoirs, à défaut d’être permis, ne sont pas forcément à exclure.

Mais tout d’abord, il convient de se placer, surtout auprès de son ancien meilleur ennemi, un certain Emmanuel Macron. D’où ces déclarations au Point : « La candidature d’Emmanuel Macron a été une chance pour la France. Nous avons évité un second tour entre François Fillon et Marine Le Pen. […] Il ne faut jamais oublier qu’en 2017, c’est lui qui a incarné un projet d’espoir face à l’extrême droite. C’est fondamental. »

Dans La Folie des grandeurs, film de Gérard Oury sorti en 1971, Louis de Funès, en don Salluste, grand d’Espagne, est battu à plates coutures en matière de reptations cauteleuses. Pourtant, et qu’on se le dise, et paraphrasant Albert Camus, notre homme est toujours de gauche : « Je mourrai à gauche, malgré elle, malgré moi. » Ce serait bien que quelqu’un se dévoue enfin pour lui dire qu’il est déjà mort depuis longtemps ; politiquement, s’entend.

C’est évidemment en termes plus mesurés, mais tout aussi caustiques, que la question se pose sur RTL, le 10 mars dernier : « Manuel Valls est disponible pour la France, mais il dit qu’il ne sait pas encore comment. » Arrêter la politique une bonne fois pour toutes ne serait finalement pas une option si saugrenue.

Quoi qu’il en soit, cher Manu, merci pour ce moment !

PS : en plein coronavirus, il est à craindre que le plan « vallsien » ne soit pas promis à un brillant avenir. Sens du timing hasardeux ou simple manque de chance ? Les deux, sûrement. Quand ça veut pas, ça veut pas.

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois