Le bras de fer autour de l’Ukraine va durer longtemps

poutine

Voilà déjà plusieurs mois que les Occidentaux jouent à se faire peur sur les intentions russes concernant l’Ukraine. « Bruits de bottes russes », « Poutine masse des troupes à la frontière » : le langage guerrier utilisé par les médias est assez distrayant mais il est évident que la Russie n’envahira pas l’Ukraine. L’occupation de Kiev n’est pas à l’ordre du jour et le rapatriement des familles de diplomates américains et anglais relève plus de la guerre psychologique que d’une véritable inquiétude militaire.

D’ailleurs, depuis le début de cette crise, les deux compères anglo-saxons multiplient les avertissements alarmistes afin de faire monter la température au point d’agacer plusieurs pays européens, dont la France : « Nous voyons le même nombre de camions, de chars, de personnel. Nous avons observé les mêmes mouvements, mais nous ne pouvons déduire de tout cela qu’une offensive est imminente. Peut-être que nos alliés britanniques et américains ont un renseignement qui leur permet de dire que l’offensive est imminente. Mais dans ce cas, il faut le partager. » Cette déclaration de l’Élysée, citée par Le Monde du 22 janvier, est révélatrice de l’agacement de plusieurs pays qui ne sont pas dupes de la désinformation anglo-saxonne.

Ainsi, la livraison d’armes à l’Ukraine par le Royaume-Uni a été mal perçue, notamment par l’Allemagne. De plus, les avions anglais ont ostensiblement contourné l’espace aérien allemand, comme si Berlin s’était rangé dans le camp russe. On en est loin, bien sûr, mais cette façon de pointer du doigt un pays européen supposé être complaisant avec la Russie provoque d’inévitables crispations. Comme d’habitude, l’Europe est divisée et le dossier ukrainien ne fait qu’accentuer les fractures.

En réalité, tout le monde sait très bien ce que Poutine a en tête. Il a clairement indiqué ce qu’il voulait lors de plusieurs déclarations faites courant décembre : empêcher une adhésion de l’Ukraine à l’OTAN et, plus largement, rediscuter des équilibres stratégiques issus de la chute de l’Union soviétique. Les Russes se sont toujours plaints du non-respect de la parole donnée concernant la non-adhésion à l’OTAN de pays limitrophes de la Russie. C’est, aujourd’hui, trop tard pour revenir en arrière, mais Poutine ne veut pas qu’après la Pologne et les pays baltes, ce soit le tour de l’Ukraine : « Une question de vie ou de mort », a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin. L’argumentaire russe est bien rodé : « Vous n’avez pas accepté les fusées à Cuba, pourquoi devrions-nous les accepter sur nos frontières ? »

Pour cela, la stratégie utilisée par la Russie est la pression, sinon ses demandes n’ont aucune chance d’être examinées. Le soutien aux séparatistes du Donbass relève de cette logique ainsi que l’ambiguïté savamment entretenue autour des troupes russes stationnées non loin de l’Ukraine.

En revanche, l’idée de faire revenir l’Ukraine dans le giron russe a définitivement quitté les esprits au Kremlin. Certes, pour les Russes l’Ukraine n’aurait jamais dû devenir indépendante, mais maintenant qu’elle l’est devenue, il y a plus de trente ans, Poutine en a fait son deuil : « Nous nous sommes réconciliés avec l’idée que ces terres historiques s’étaient retrouvées en dehors de la Russie », a-t-il déclaré, le 23 décembre, lors d’une conférence de presse. Ce propos fondamental aurait dû être davantage commenté…

L’Ukraine n’est pas la Crimée et la Russie ne se lancera pas dans une guerre aux conséquences inconnues. Il faut cependant parler avec elle, ce que les Anglo-Saxons ont du mal à faire. Emmanuel Macron veut profiter de la situation pour discuter avec Poutine et se poser en vrai patron de l’Europe. C’est toujours bon dans le cadre d’une campagne présidentielle.

En attendant, Xi Jinping et Poutine ont signé une déclaration commune dénonçant l’attitude des États-Unis. Chinois et Russes n’ont jamais été aussi proches et c’est bien à l’Amérique qu’ils le doivent.

Antoine de Lacoste
Antoine de Lacoste
Conférencier spécialiste du Moyen-Orient

Vos commentaires

52 commentaires

  1. Beaucoup plus prosaïquement, que macron s’intéresse aux territoires perdus de la république dans l’hexagone et non d’un faux dossier ukrainien dont la quasi totalité des français se fichent ….qu’il montre l’exemple de Brest à Strasbourg et de Dunkerque à Marseille , là on daignera peut-être le prendre au sérieux à défaut de le respecter

  2. Macron en patron de l’Europe,! j’aurais peur; au vu de ce qu’il fait au Mali. Ce même pas petit soldat fait bien dans le en même temps bla bla

  3. Vous dites : « L’Ukraine n’est pas la Crimée et la Russie ne se lancera pas dans une guerre aux conséquences inconnues. »
    Je voudrais rappeler que, contrairement à ce que veulent faire croire les anglo-américains, et qui est relayé malheureusement par de nombreuses rédactions en France, le rattachement de la Crimée à la Russie s’est fait sans aucune guerre, mais par deux votes du Parlement de Crimée (Верховна Рада, Verkhovna Rada) et un référendum.
    Bien amicalement

  4. Nous savons bien que l’objectif des Etats-Unis et de la perfide Albion (son allié privilégié) est d’empêcher l’unité de l’Europe et de ce fait, il pousse Poutine et la Russie dans les bras de la Chine et je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose pour l’occident.
    D’autre part, Macron qui joue le jeu de l’Oncle Sam, empêche le rapprochement de l’Europe avec la Russie, qui est quand même pour l’essentiel une puissance Chrétienne européenne.

  5. « De plus, les avions anglais ont ostensiblement contourné l’espace aérien allemand, » Je m’attendais à ce qu’ils aillent y lâcher leurs bombes, pour rester dans cette comédie qui nous fait retourner un demi-siècle en arrière.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois