Le bras de fer autour de l’Ukraine va durer longtemps

poutine

Voilà déjà plusieurs mois que les Occidentaux jouent à se faire peur sur les intentions russes concernant l’Ukraine. « Bruits de bottes russes », « Poutine masse des troupes à la frontière » : le langage guerrier utilisé par les médias est assez distrayant mais il est évident que la Russie n’envahira pas l’Ukraine. L’occupation de Kiev n’est pas à l’ordre du jour et le rapatriement des familles de diplomates américains et anglais relève plus de la guerre psychologique que d’une véritable inquiétude militaire.

D’ailleurs, depuis le début de cette crise, les deux compères anglo-saxons multiplient les avertissements alarmistes afin de faire monter la température au point d’agacer plusieurs pays européens, dont la France : « Nous voyons le même nombre de camions, de chars, de personnel. Nous avons observé les mêmes mouvements, mais nous ne pouvons déduire de tout cela qu’une offensive est imminente. Peut-être que nos alliés britanniques et américains ont un renseignement qui leur permet de dire que l’offensive est imminente. Mais dans ce cas, il faut le partager. » Cette déclaration de l’Élysée, citée par Le Monde du 22 janvier, est révélatrice de l’agacement de plusieurs pays qui ne sont pas dupes de la désinformation anglo-saxonne.

Ainsi, la livraison d’armes à l’Ukraine par le Royaume-Uni a été mal perçue, notamment par l’Allemagne. De plus, les avions anglais ont ostensiblement contourné l’espace aérien allemand, comme si Berlin s’était rangé dans le camp russe. On en est loin, bien sûr, mais cette façon de pointer du doigt un pays européen supposé être complaisant avec la Russie provoque d’inévitables crispations. Comme d’habitude, l’Europe est divisée et le dossier ukrainien ne fait qu’accentuer les fractures.

En réalité, tout le monde sait très bien ce que Poutine a en tête. Il a clairement indiqué ce qu’il voulait lors de plusieurs déclarations faites courant décembre : empêcher une adhésion de l’Ukraine à l’OTAN et, plus largement, rediscuter des équilibres stratégiques issus de la chute de l’Union soviétique. Les Russes se sont toujours plaints du non-respect de la parole donnée concernant la non-adhésion à l’OTAN de pays limitrophes de la Russie. C’est, aujourd’hui, trop tard pour revenir en arrière, mais Poutine ne veut pas qu’après la Pologne et les pays baltes, ce soit le tour de l’Ukraine : « Une question de vie ou de mort », a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin. L’argumentaire russe est bien rodé : « Vous n’avez pas accepté les fusées à Cuba, pourquoi devrions-nous les accepter sur nos frontières ? »

Pour cela, la stratégie utilisée par la Russie est la pression, sinon ses demandes n’ont aucune chance d’être examinées. Le soutien aux séparatistes du Donbass relève de cette logique ainsi que l’ambiguïté savamment entretenue autour des troupes russes stationnées non loin de l’Ukraine.

En revanche, l’idée de faire revenir l’Ukraine dans le giron russe a définitivement quitté les esprits au Kremlin. Certes, pour les Russes l’Ukraine n’aurait jamais dû devenir indépendante, mais maintenant qu’elle l’est devenue, il y a plus de trente ans, Poutine en a fait son deuil : « Nous nous sommes réconciliés avec l’idée que ces terres historiques s’étaient retrouvées en dehors de la Russie », a-t-il déclaré, le 23 décembre, lors d’une conférence de presse. Ce propos fondamental aurait dû être davantage commenté…

L’Ukraine n’est pas la Crimée et la Russie ne se lancera pas dans une guerre aux conséquences inconnues. Il faut cependant parler avec elle, ce que les Anglo-Saxons ont du mal à faire. Emmanuel Macron veut profiter de la situation pour discuter avec Poutine et se poser en vrai patron de l’Europe. C’est toujours bon dans le cadre d’une campagne présidentielle.

En attendant, Xi Jinping et Poutine ont signé une déclaration commune dénonçant l’attitude des États-Unis. Chinois et Russes n’ont jamais été aussi proches et c’est bien à l’Amérique qu’ils le doivent.

Antoine de Lacoste
Antoine de Lacoste
Conférencier spécialiste du Moyen-Orient

Vos commentaires

52 commentaires

  1. E. Macron tient l’ occasion de fédérer les pays européens autour d’une solution pacifique du problème car les anglo saxons n’ont pas à susciter ni à alimenter une querelle concernant l’adhésion ou non de l’Ukraine à l’U.E.

  2. A propos de preuve de la malignité des Russes, je me souviens avoir entendu dire, à la BBC par Theresa May, alors Première Ministre du R.-U.: « Nous ne cherchons jamais de preuves contre le KGB parce que nous savons que nous n’en trouverons pas ». Même logique imparable à Washington, semble-t-il ?

  3. Jamais la Russie n’acceptera pour l’Ukraine l’entrée dans l’UE ou dans l’Otan. On peut comprendre celà si on connait l’histoire

  4. Les USA et la grande Bretagne sont furieux contre la France et l’Allemagne parce que nous avons mené à bien la construction du Nordstream 2.
    Le but de toute cette agitation est de nous arrimer au gaz de schiste américain. D’ailleurs un grand nombre de tankers de gaz de schiste liquide se dirigent en ce moment vers les ports européens.
    Le président ukrainien semble enfin comprendre que son peuple servira de chair à canon dans un conflit entre Russes et Américains.
    Merci pour votre article.

  5. Il me semble que l’Ukraine est le cœur historique de la Sainte Russie.
    Les éternels va-t-en guerre américains ne devraient plus pouvoir s’appuyer sur l’Europe pour leurs petites combines impérialistes.

  6. Si la Russie attaque l’Ukraine, la Finlande et la Suède rejoignent l’OTAN, et détruisent le gazoduc « Nord-Stream »-II qui passe sur leurs eaux territoriales, et finançé par Gerhard Schröder. Que les Ukrainiens se souviennent de la « Guerre-d’Hiver » de 1939-40 ou les Finlandais ont tué un demi-million d’agresseurs RusSoviétiques en 100 jours !

  7. POUTINE n’étant pas un chérif US voulant imposer au monde il privilegira le bien de son peuple et qui l’admire

  8. Bonne analyse. Soulignons quand meme que la Crimée fut un cadeau de Kroutchev en 1954 et que peuplée principalement de Russes elle fut récupérée à la suite d’un référendum. N’oublions pas non plus les fournitures russes en gaz, qui font de l’ombre à celles des Américains…

  9. N’oublions jamais que les américains sont les seuls a avoir utilisé l’arme atomique sur des populations, ils n’ont aucun complexe à le faire.

  10. Le démantèlement anarchique de l’URSS et du Pacte de Varsovie, couplé à l’impérialisme américain engendre une situation ou l’OTAN souhaite stationner ses chars aux frontières de la Russie. Vivement que Biden se fasse éjecter, le parti démocrate américain et les progressistes en général aiment trop la guerre. Avec Trump le monde était en paix.

  11. Macron est un joueur d’échecs redoutable. Il prépare plusieurs coups d’avance et l’objectif est la conquête de l’Afrique (sa population et ses ressources). Tout ce qui se passe en Algérie, au Mali, au Burkina et en Lybie est lié. Il n’a pas peur de s’allier à la Chine et à la Turquie. N’oublions pas que l’Europe est un tigre de papier et que ni les Allemands, ni les Américains ne sont réellement nos amis. Surveillons la situation au Maroc, au Sénégal en Grèce et en Pologne.

  12. Poutine est un fin stratège animé par le seul souci de protéger son pays. Je ne vois donc pas pourquoi il irait se fourvoyer dans l’occupation de l’Ukraine. Par contre, La France et l’Angleterre se battent pour avoir le droit de rester le toutou des Etats Unis et Biden (encore capable de réfléchir ?) utilise ces 2 pays pour mener la guéguerre contre la grande puissance russe. Et ça marche, les toutous se battent pour le « non’os » et se donner un peu de prestance sur le dos du contribuable !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois