En géopolitique, une actualité chasse souvent l’autre - médiatiquement, s’entend. Qui se soucie encore du retour des talibans en Afghanistan ? Sûrement les mêmes pour qui le conflit russo-ukrainien a laissé la place à son homologue israélo-palestinien. On meurt toujours là-bas comme à Gaza, mais on n’en parle pas ; ou alors de moins en moins. À ce titre, que dire du calvaire des Arméniens du Haut-Karabakh, cette enclave chrétienne en Azerbaïdjan, terre musulmane ?

Le journaliste Jean-Christophe Buisson, du Figaro Magazine, naguère très en pointe dans la défense d’une Serbie en proie aux bombardements de l’OTAN, et aujourd’hui farouche défenseur de la cause arménienne, vient nous rafraîchir la mémoire en postant ce message sur X :

Ici interrogé, ce dernier précise : « La presse française est dans un tel état de délabrement financier qu’il n’est plus possible, à nous comme à nos confrères, de payer à l’année des correspondants à l’étranger. La seule source consiste alors à s’en remettre à ceux de l’Agence France-Presse. Mais son correspondant de Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, n’a pas toujours les coudées franches, le régime local n’étant pas farouche partisan de la liberté de la presse… »

La première question demeure celle des frontières héritées de l’URSS. Ce à quoi Jean-Christophe Buisson nous répond : « Staline, nationaliste géorgien, était bien conscient de la question des nationalités. Voilà pourquoi il a fait de l’Empire soviétique une sorte de peau de panthère. » Diviser pour mieux régner, en quelque sorte. D’où la Crimée abandonnée à l’Ukraine, pour ne citer que ce seul exemple.

L’illusion du « choc des civilisations »…

Puis, l’actuel conflit opposant Arméniens et Azéris obéit-il à cette logique de « choc des civilisations », d’un affrontement global entre chrétienté et islam, prônée par certains, d’Éric Zemmour à Michel Onfray au premier chef ? Même si la dimension religieuse n’est pas à négliger, elle n’en est pas primordiale pour autant. Jean-Christophe Buisson, toujours : « À ce compte, la Russie de Vladimir Poutine devrait défendre l’Arménie orthodoxe, et l’Iran, république islamique chiite, se battre bec et ongles pour l’Azerbaïdjan, autre république tout aussi chiite. »

Seulement voilà, rien n’est jamais aussi simple : « L’Arménie a pris un virage pro-occidental, ce qui ne peut que déplaire au Kremlin. Lequel a besoin de Bakou pour "blanchir" le gaz et le pétrole exportés à l’Ouest. L’Iran, au lieu de défendre ses coreligionnaires, demeure l’un des principaux soutiens des Arméniens. Parce qu’il ne veut pas que ces derniers passent trop vite sous influence américaine. » Il est un autre fait que, hormis les chrétiens, perses de longue date, nombreux sont les Arméniens à avoir trouvé refuge en Iran, après les massacres perpétrés par les Jeunes Turcs d’obédience laïque. Sans compter que cette minorité religieuse demeure le principal intermédiaire entre Téhéran et l’Occident, de par leurs réseaux et leur savoir-faire en la matière. Il n’en coûte généralement que 5 % des transactions, pourcentage de mise en Orient.

Et Israël, dans tout cela, dont le soutien à l’Azerbaïdjan n’est pas mince ? Pour notre interlocuteur, ce paradoxe n’est que de façade : « Si Tel Aviv aide Bakou, c’est seulement pour garder un œil sur la frontière entre Azerbaïdjan et Iran. » Et la Turquie ? « Comme Moscou, Ankara veille à attiser le conflit sans qu’il ne s’enflamme trop. Erdoğan a besoin de Poutine, et l’inverse est tout aussi vrai ; tant ces deux autocrates n’entendent pas que cette région stratégique se transforme en brasier, tout en se mettant d’accord pour en chasser les Américains. »

Et la France, dans tout ça ?

Ne reste plus qu’à poser la question qui fâche : la position de la France. Pour Jean-Christophe Buisson, cette dernière cèle en elle ses propres limites : « Le Quai d’Orsay a son tropisme turcophile. Quant à Emmanuel Macron, que j’ai eu l’occasion de rencontrer, sa position est des plus inconfortables. Naturellement, il serait plutôt pro-arménien. Mais la France a besoin de ce pétrole et de ce gaz azéris que nous nous sommes interdits d’acheter à la Russie. Du coup, ayant trop penché vers l’Arménie tout en essayant de maintenir de bons rapports avec l’Azerbaïdjan, aucune des deux parties ne nous considère comme un interlocuteur fiable et un arbitre potentiel. Remarquez que le même homme aura réussi ce tour de force consistant à se brouiller à la fois avec le Maroc et l’Algérie. »

Pour résumer, on devrait toujours relire Jacques Bainville, maître en géopolitique issu de l’Action française, dont François Mitterrand avait fait l’un de ses auteurs de chevet.

6089 vues

16 janvier 2024 à 18:46

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

21 commentaires

  1. Macron croit que Jacques Bainville est un  » garçon de bain  » mais il se trompe lourdement !
    Les discours de Macron ne sont qu’une logorrhée insupportable et comme toujours avec sa politique étrangère il fait fausse route.

  2. Pourquoi l’Arménie se meurt? Cela me semble assez simple. L’Arménie a choisi l’occident, influencée par sa diaspora en l’espèce très mauvaise conseillère. Par conséquent, elle se détourne de la Russie. Or, seule la Russie peut la protéger. L’Arménie ne peut s’en prendre qu’à elle-même d’avoir misé sur le Titanic « occident ».

  3. La Crimée n’a pas été abandonnée à l’Ukraine, elle lui a été ADMINISTRATIVEMENT rattachée en 1954 par Krouchtchev. La Crimée était russe depuis le traité de Jassy (1792), elle n’a jamais été ukrainienne.

  4. macron on se demande avec qui on est pas fâché, maroc, algérie, arménie, turquie, russie, etc etc, on doit encore être copain avec l’Ile Maurice.

    1. Pour ce qui est du Maroc et de l’Algérie, rien de grave sauf qu’on reçoit encore tout leurs débiles agressifs donc ça sert à rien d’être « fâché ».

  5. Toujours les sanctions dictées par les Etats-Unis aux moutons européens. Sans cela tout irait tout de même beaucoup mieux pour beaucoup de monde. Des milliers de sanctions bien préparées pour nous pourrir la vie au final et on voit que même pour ces pauvres arméniens il y a une répercussion ! La politique est vraiment pourrie. Quand aux médias grassement subventionnés je n’arrive pas à croire qu’ils manquent de moyens, surtout d’honnêteté je pense.

  6. Ben oui, tous les conflits en cette région du Monde n’ont de religieux que l’emballage qui masque l’essentiel géopolitique et géoéconomique, l’accès au pétrole et l’implantation en vue de la future guerre.

  7. N’est pas Kroutchof / Kroutchef qui a donné la Crimée à l’Ukraine ? Lui même étant Ukrainien
    Staline a déporté les Tatars (peuple de Crimée
    Effectivement il y a bien ou il y a bien eu des Arméniens en Iran. Je ne connais pas la situation actuelle

    1. Il ne devrait pas séjourner longtemps dans les 90% de pays fondamentalement tristes (pas gais)

  8. Signe des temps, l’Azerbaîdjan vient de virer 2 agents de la DGSE, les rapports avec la France sont plus que tendus.

  9. Que dire du mutisme du Vatican plus prompt à se porter au secours des pseudos immigrés mais réelle traite humaine.

  10. Merci d’avoir rappeleé que c’est grâce à macron qui s’est interdit de faire commerce avec la Russie, que nous payons le prix fort de l’énergie (gaz et pétrole). Attention, le peuple français à froid et commence à avoir faim, les prémices de toute révolution !

  11. Macron sauve l’Ukraine à coup de milliards dont une partie est détourné par des mafieux . Quand aux journalistes n’attendez rien d’eux .

  12. Après la Seconde Guerre Mondiale, les alliés ont opéré la très difficile tâche de dénazifier tant les esprits en Allemagne avaient été contaminés par cette idéologie maléfique. Nous sommes aujourd’hui confrontés au même problème avec la religion de paix et d’amour qui considère comme un pêché mortel d’écouter de la musique ou d’admirer un tableau, mais qui considère comme étant une « bonne » action le fait d’égorger son prochain ou de le décapiter !!!
    Le problème c’est qu’aujourd’hui face à cet obscurantisme barbare nous n’en sommes qu’aux années 30 avec une classe politique inculte, mais surtout munichoise.
    Tant que l’on n’interdira pas tous les signes de cette religion, y compris dans la rue car il n’est pas admissible de montrer que la femme est inférieure à l’homme, tant que nous n’interdirons pas les associations Fréristes, tant que nous ne fermerons pas les écoles confessionnelles, tant que nous n’exigerons pas la suppression de tous les passages de ce bouquin inepte et barbare qui sont incompatibles avec les principes fondamentaux de la démocratie, bref, tant que nous continuerons d’accepter la lâcheté macronienne, ce cancer continuera de croître et de détruire tout ce qu’il y a de beau et d’intelligent dans cette France que nous aimons tant.

    1. En total désaccord. Vous croyez que l’Islam et plus largement les musulmans sont à l’origine de tous nos maux? Si la démocratie et nos libertés sont de plus en plus attaquées chez nous c’est l’oeuvre des dirigeants que nous avons élu et de l’UE que nous ne voulons par quitter. Le mal vient de nous.

  13. Commencez par consulter une carte à grande échelle, c’est un cauchemar d’enclaves de part et d’autre, un vrai nid à contentieux. Pour le reste, un gouvernement qui fait du trapèze volant, et le jeu trouble de l’Iran chiite, qui veut empêcher deux pays sunnites, la Turquie, à l’ouest, de se connecter à l’Azerbaïdjan, à l’est, ce qui permettrait de faire disparaitre le dernier pays chrétien du Caucase.

Les commentaires sont fermés.