Laïcité : finalement, Emmanuel Macron ne fait qu’attiser les divisions

Dans son dernier livre, La Laïcité dévoilée, Marc Menant remet de l’ordre dans la laïcité. Au moment où Emmanuel Macron déclare aux journalistes qu’il faut faire bloc, ce livre tombe à point, et espérons qu’il sera au chevet des nuits présidentielles. Faire bloc, d’accord. Tous unis contre. Tous unis pour. Mais contre quoi, et pour quoi ?

Il semblerait qu’Emmanuel Macron n’ait rien compris à la division réelle qui coupe la France en deux. Pas à cause de l’immigration, pas à cause de la crise des gilets jaunes, pas à cause des pratiques religieuses des chrétiens, des juifs ou des bouddhistes, mais uniquement parce que certains musulmans, semble-t-il de plus en plus nombreux, ont choisi de narguer notre principe de laïcité avec un signe ostentatoire : le voile.

Au problème de ce voile, le Président répond par des non-dits, par des banalités qui font plus reculer le débat que de l’avancer. Il nous parle de lutter contre le communautarisme, mais le voile n’en est-il pas le reflet ? Il se refuse de lier le terrorisme à ce communautarisme. Mais qui tue, qui nous assassine, si ce n’est les membres les plus radicalisés d’une seule et unique communauté dont 25 % seraient pour un islam dur, affirme Marc Menant. Le communautarisme, dit-il, « c’est la volonté de faire sécession dans la République, au nom de la religion mais en la dévoyant ». Mais qui dévoie ?

Emmanuel Macron souligne que la France est attaquée par la radicalisation, oui, certes. Mais dans son discours de Toulouse du 16 octobre, où est passée l’hydre islamiste révélée dans l’émotion d’un hommage aux policiers assassinés de la préfecture ? Comme si les mots islam, islamisme, islamiste lui écorchaient à nouveau la gorge, sauf pour défendre ou excuser « une religion, l’islam, qui s’inscrit dans un cadre, celui de la République où on doit respecter toutes les règles, de manière absolue ».

Emmanuel Macron nous a habitués au « en même temps ». Expression qu’il s’est empressé de respecter à Toulouse, affirmant qu’« il faut être intraitable avec le communautarisme, mais ne stigmatisons pas nos concitoyens », « faire bloc, c’est ça, la République. On peut le faire tous ensemble en respectant pleinement notre laïcité. Ne nous divisons pas. » Mais alors, pourquoi rejette-t-il d’un « seul bloc » l’idée de faire interdire aux accompagnatrices des sorties scolaires de porter le voile, ce voile, « un étendard militant,… cheval de Troie de l’idéologie islamiste », selon la journaliste Zineb El Rhazoui (LCI).

Quand le Président affirme que son gouvernement s’est engagé, dès le premier jour, à lutter contre le communautarisme, il nous enfume une fois de plus. C’est oublier le mal que les adeptes radicaux du Coran font tous les jours à la France, ne serait-ce qu’en ghettoïsant des dizaines de banlieues ou en narguant la République avec ce voile apparu récemment dans nos rues.

C’est oublier que notre Etat sait être très efficace contre les gilets jaunes ou, il y a quelques jours, contre nos chers pompiers, mais bien peu contre ceux qui veulent installer la charia chez nous, se radicalisent dans certaines mosquées, écoles coraniques, voire dans nos universités. Oui, Monsieur Macron, lisez Marc Menant et ayez le courage de regarder la réalité en face !

À lire aussi

En 2018, 612 SDF sont morts dans la rue, et que faisons-nous pour eux ?

Alors que nous offrons gîte et couvert à toute une population venue s'imposer chez nous. …