Cette année, ce sera Vincent Lindon qui présidera le jury du Festival de Cannes. Voila qui devrait le consoler de n’avoir pas pu faire voter, en 2020, son idée de contribution exceptionnelle des plus hauts patrimoines, proposée à l’Assemblée par ses amis communistes face à la crise du coronavirus.

Et ce n’est pas la présence à ses côtés de Ladj Ly - metteur en scène d’un film tout à la gloire des voyous de banlieues qu’il n’a pas hésité à appeler Les Misérables - qui atténuera le parfum de wokisme bien-pensant et créolisé qui, lui aussi, monte chaque année les marches du tapis rouge de la Croisette.

Ce qui gêne certains esprits chagrins, c’est que ce réalisateur d’origine malienne ne serait pas vraiment un ange. Après une mise en bouche avec des amendes pour « commentaires outrageants » à l’encontre de policiers, puis sur personne dépositaire de l’autorité publique et violence sur personne chargée d'une mission de service public (le maire de Montfermeil), il est condamné, en 2011, à trois ans de prison pour "arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire suivie d’une libération avant le septième jour" …

Il y a quelques années, l’hypothèse de la venue à Cannes de Roman Polanski avait soulevé une vague de protestation mais Ladj Ly, tout au contraire, a un fan-club de people et des réseaux sociaux qui ne manquent pas de faire remarquer qu’il a « payé sa à la société ». Ce n'était d'ailleurs pas l'avis de qui, en 2019, avait mis dans le même sac Polanski et Ly. En effet, interrogée par la journaliste Elizabeth Martichoux sur la différence qu'il pouvait y avoir entre le cinéaste américain, accusé de viol par plusieurs femmes, et le réalisateur français qui avait purgé sa peine, elle avait répondu, avec la spontanéité qu'on lui connaît : "Il n'y en a pas". Dont acte.

Le plateau de ce 2022 sera toutefois relevé par la présence de Noomi Rapace qui - même si elle avait assassiné père et mère - restera pour toute une génération le visage de la Lisbeth Salander de Millenium, ce pour quoi il sera beaucoup pardonné à ce jury.

3936 vues

27 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

25 commentaires

  1. Les racailles ont désormais leurs entrées partout , quand au cinéma subventionné par nos impôts , il ne mérite même plus qu’on aille les visionner .Le bon cinéma est mort et les bons acteurs aussi .

  2. que vient faire cette racaille à Cannes ; ça y est le grand remplacement est arrivé chez les acteurs pro islamo gauchistes

  3. Les belles années du Festival de Cannes sont loin derrière nous.
    Le cinéma ne me fait plus rêver. Je ne fréquente donc plus les salles zobscures, comme on dit.

  4. Depuis que le cinéma est subventionné, la France s’est spécialisée dans la culture des navets.
    Qu’un producteur fasse un film sur les Gilets Jaunes des débuts, la panique dans la caste, l’infiltration des cortèges par les groupuscules d’extrême gauche envoyés par le pouvoir pour justifier les LBD….ça pourrait avoir du succès si les salles qui les diffisaient ne risquaient de sauter et avant que des acteurs acceptent les rôles. Vous saisissez ?

  5. Le festival de Cannes est devenu l’étendard des délinquants, le ralliement des dévoyés,
    inutile de perdre son temps à regarder ses participants sur les écrans puisqu’on les croise chaque jour dans les rues.

  6. Même ce festival de Cannes devient le symbole de la décadence de la France, qui fut pourtant un beau pays au rayonnement international ! Et je suppose, que cette manifestation est organisée avec l’argent du con-tribuable spolié ? Ce n’est pas pour rien que nous sommes le pays le plus imposé du monde … Ce n’est pas pour notre bien, mais pour saccager la France ?

  7. Pour moi ,il n’ y a qu’ une oeuvre appelée « les Misérables » une seule oeuvre digne d’ être admirée ,c’ est celle de Victor Hugo!

  8. En élisant Macron les français ont favorisé la montée en puissance de la délinquance.
    Ly au jury du festival de Cannes et le flic qui tire sur deux délinquant notoire en taule pour homicide volontaire.
    Il va falloir assurer le choix maintenant.

    1. Comprenez bien, com, en s’en prenant au policier qui nous a délivrés de deux racailles, nous faisons l’économie de mobilier urbain détruit, de voitures brûlées. Dans une France mieux dirigée, les racailles ne se sentiraient pas chez elles et se tiendraient à carreau.
      La France est devenue un boxon, un cloaque et ça ne va pas s’améliorer.

  9. Entre « le social » Vincent Lindon aussi engagé que l’on sait et Ladj Ly le délinquant mais auteur « du chef d’œuvre » les Misérables, le festival est bien pourvu cette année. Je serais David Isnard, Maire de cannes, je supprimerais purement et simplement une manifestation devenue un entre soi gauchisant. Mais voilà, cela rapporte, hélas, trop à la ville de Cannes.

    1. Vincent Lindon social ?? dis moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es ! entre Claude Chirac et Caroline de Monaco, on ne peut pas dire qu’il soit proche du prolétariat ! la « gauche caviar » poussée à la limite de la caricature.

  10. Et selon Wikipedia, ce triste Individu fait l’objet d’une enquête en cours : « Dans le cadre d’une enquête pour abus de confiance et biens sociaux avec blanchiment, une perquisition est effectuée dans les locaux de la Cité des arts visuels, créée par Ladj Ly. Il est placé en garde à vue durant 24 heures et ressort libre le mercredi 10 février. En 2022, il est toujours soupçonné d’avoir détourné 300 000 € de l’école de cinéma Kourtrajmé »

    1. la mode est de faire un cinéma « nombriliste » aucune récompense à espérer si on ne coche pas toutes les cases de la « bienpensance ». Quand on pense que « bienvenue chez les chtis » qui rassembla plus de 20 millions de spectateurs ne fut cité qu’une fois à Cannes, en 2009, pour le scénario! mais jugé trop populiste par la critique!

  11. Ah ces paraisites qui fuient leur pays au lieu d’essayer de le développer et faire bénéficier de leurs grandes compétences.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter