À force de chercher la lumière… Manuel Valls a trouvé l’entrée de CNews. Et, ce 2 avril, à 19 h 00, devant un Éric Zemmour décidé à lui porter l’estocade, celui qui n’a « pas une goutte de sang français », selon sa dernière formule de vente, mais qui voudrait nous faire accroire – sans rire – que ses gesticulations ne sont qu’un « cri d’amour pour la France » et qui entend ressurgir des décombres de notre pays qu’il a lui-même écroulé est venu nous servir sa crème catalane pour 2022.

Et pour cela, quoi de mieux que de faire profil bas : « Je me suis trompé, j’ai commis des erreurs » confiait-il, naguère, au Point. Aurait-il compris que les Français aiment l’humilité ? Hélas, pas assez, puisqu’il ajoutait aussitôt « Mais pas sur l’essentiel : la de la République, de la laïcité, l’alarme contre l’islamisme, la lutte contre l’ et la haine d’Israël, mon combat contre Dieudonné, mon engagement contre l’extrême » sur BFM TV. Ça fait beaucoup, là ! Beaucoup de mots pour peu d’effets.

Revenu en France en 2019, déçu dans ses espoirs de s’emparer de la mairie de Barcelone, le pauvre diable aurait compris de ses échecs : « Avec le recul que m’ont apporté ces années à Barcelone, j’ai acquis cette certitude : je suis Français. » Qu’est-ce à dire ? Que pour se sentir et pouvoir se revendiquer pleinement Français, il faudrait être d’abord le roi de la « lose » ?

En recherche d’originalité existentielle, celui dont l’apothéose politique est d’être devenu conseiller municipal de Barcelone, en Catalogne, n’a su que remixer la théorie du politologue socialiste Laurent Bouvet d’une « tenaille identitaire » Traoré-Zemmour qui n’aurait qu’un seul but : broyer la France. « Éric Zemmour et Assa Traoré sont les deux visages de la haine, à l’extrême de la droite pour l’un, à l’extrême de la pour l’autre, qui s’invectivent et s’injurient dans un pas de deux diabolique », écrit-il dans son manifeste de « come-back » médiatique.

Alors, pensez bien que Zemmour, piqué au vif par l’outrageante comparaison, l’attendait au tournant du débat. Après lui avoir jeté au visage l’absence de sérieux du parallèle et s’être demandé s’il s’agissait d’une posture, d’hypocrisie pour rentrer en grâce à gauche ou – plus grave – d’un point de vue sincère qui démontrerait son refus de choisir « entre ceux qui attaquent le pays et ceux qui le défendent » dans une guerre de , il a réaffirmé l’intangible française en citant Valéry : « Terre christianisée, romanisée et qui a subi la discipline grecque. » Tout le reste s’y agrégeant. Son contradicteur défendant, contre lui, un fourre-tout de bienveillance républicaine n’a démontré que son confusionnisme en rétorquant que la civilisation française, c’était, en outre, « aussi l’islam ». Bref, un insipide « gloubi-boulga », selon Zemmour qui n’a pas manqué de moquer les faux-semblants du « blancos », ses divagations binationales qui l’ont disqualifié et, surtout, ses responsabilités dans le renoncement coupable des hommes politiques face à l’invasion migratoire en cours.

Bref, un débat pugnace où chacun a tenté de marquer l’adversaire. Mais là où l’éditorialiste a donné la seule piste d’avenir, celle d’une réforme pressante du droit pour juguler la tyrannie migratoire invasive du nombre, le politicien réformiste n’a su opposer que l’esquive rhétorique ou la caricature en lui lançant les anathèmes éculés de la social-démocratie : « idées dangereuses », « discours de haine ». Ils ne portent plus. Et Manuel Valls, pour son malheur politique, reste arc-bouté, par aveuglement idéologique, sur son refus du choix identitaire. Un choix pourtant impérieux, assumé par Zemmour, pour sauver ce qui pourrait l’être de l’âme historique de la nation.

Mais la France n’attend pas d’anciens batteurs d’estrade sur le retour, elle attend des acteurs d’autorité et de courage. Ne l’accablons pas. Souhaitons-lui d’accepter vite un retour à l’anonymat citoyen qui lui fera servir au mieux sa patrie adoptive et ses amours privées.

3 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Jean Castex au secours des agriculteurs : en avril, ne te découvre pas d’un fil ! Et après ?

Au vu de sa gestion épidémique en cours, on peut craindre le pire. …