Editoriaux - Religion - Société - 20 avril 2019

« La communauté catholique ? » Bégaiements journalistiques !

Ils répètent et répètent « la communauté catholique » : des mots frelatés et empoisonnés.

Pourquoi le disent-ils ? Parce que, pensent-ils, ça met toutes les croyances à égalité.

Ouvrez vos téléviseurs. Des fidèles prient devant Notre-Dame. Le préposé aux commentaires lâche un « la communauté catholique se recueille ». Des fidèles sortent de l’église Saint-Sulpice et entonnent des chants religieux. Le journaliste de la chaîne concurrente prend un air grave et déclare : « La communauté catholique chante. »

Les journalistes, devenus paresseux, copient sur d’autres journalistes. Ainsi, par leur volonté, est née « la communauté catholique », une pitoyable aberration langagière. En France, il y a des catholiques. C’est tout. Et c’est suffisant.

Mais pourquoi ne peut-on pas dire, à la télévision, « les catholiques » ? Pour des raisons complexes et difficilement avouables. Au commencement, il y a eu les juifs. Ceux d’entre eux qui sont pieux – la minorité – se regroupent, en effet, en communautés autour d’une synagogue et d’un rabbin.

Ainsi, et c’est quand même dommage, a-t-on commencé à parler de « la communauté juive ». Puis sont venus les musulmans. Pour qu’ils ne soient pas trop jaloux des juifs, on a décrété qu’il y avait, chez nous, une « communauté musulmane ». Ceux qui croient en Allah plutôt qu’en Yahvé ont dû éprouver un intense sentiment de satisfaction à se voir hisser au niveau d’une religion qu’ils n’apprécient pas par ailleurs…

Restaient les catholiques, non encore communautarisés par les chrétiens bien-pensants. C’est presque chose faite, maintenant. Les journalistes ont commencé et les politiques suivront sans doute. Le but de la manœuvre : rapprocher les catholiques des musulmans. « Communauté catholique » et « communauté musulmane » sont faites pour s’entendre dans un bel élan sororal.

Fort heureusement, la vulgate journalistique n’a pas encore tout à fait triomphé. Je connais des catholiques qui disent : « Je suis catholique. » Des juifs qui annoncent : « Je suis juif. » Et des musulmans qui proclament : « Je suis musulman. »

À lire aussi

Les obsèques de Macron se sont déroulées sans fleurs ni couronne…

Aujourd’hui, jour de deuil, le glas a sonné dans toutes nos églises : le dragon a triomphé…