Jeudi 10 février après-midi, dans les locaux de l’IEP. Des étudiants empêchent l’accès à l’amphithéâtre Montesquieu dès 13 h 30, tenant une large banderole « Dehors RN et Bardella, la haine ne nous gouvernera pas ». Alors qu’il était invité à débattre avec des étudiants, le blocus auquel s’ajoute la présence de militants de droite à l’extérieur attise l’inquiétude de la direction qui préférera, in fine, renoncer à l’échange des idées, jugeant que « la sécurité n’était pas assurée », relate Sud-Ouest. Le président du Rassemblement national a regretté ce rendez-vous manqué et, en réponse aux antifas qui ont tagué le sol à l’entrée de l’IEP « Bardella casse-toi, Bordeaux est aux antifas », il tweetait « Que l'extrême gauche profite : dans 60 jours, nous sifflerons la fin de la récré ! »

Or, Jordan Bardella ne venait pas en meeting mais bien pour discuter et confronter des idées. Comment des étudiants se destinant à la chose publique peuvent-ils refuser de se prêter à l’exercice ? Dans Sud-Ouest, Mattias Corrasco, président du Bureau des médias, l’association à l’origine de l’invitation, regrette cette annulation : « Il y a eu une incompréhension sur la nature du débat. Ce n’était pas un meeting. Nous avions beaucoup travaillé pour que ce soit un débat. » Morgane se réjouit, quant à elle : « Leurs idées ne correspondent pas aux valeurs censées être inculquées dans cette école. » Le contribuable qui participe au financement de cette école publique appréciera cette grande ouverture d'esprit.

Il aurait été bon que cette étudiante, que l’on imagine plus à son aise dans l’entre-soi plutôt que dans la recherche de l’argumentation et du débat, aille vérifier les priorités et les fondamentaux de son IEP avant d’aller ainsi pérorer. Car nulle nécessité d’être surdiplômé pour lire sur le portail de ladite école que « ce souci du respect concerne naturellement la liberté d’expression des uns et des autres dans la tradition de tolérance qui est celle de l’Université française mais, au-delà, le souci de l’accueil des diversités, l’écoute mutuelle et partagée et la découverte de toutes les cultures du monde ». Mais le patriote Jordan Bardella ne promeut pas le multiculturalisme ou la lutte intersectionnelle, alors pour la tolérance et l’accueil des diversités, il faudra repasser.

Geoffroy Lejeune était invité par le cercle Mauriac à tenir une conférence, en décembre dernier, dans ce même IEP. Il en avait été empêché aussi. En revanche, l’établissement, à la pointe du wokisme, est le premier à signer une convention de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Le manque de débat, la censure, l’idéologie woke qui règnent dans les IEP ont conduit des étudiants à dénoncer ces excès dans une tribune collective publiée le 4 janvier dans Le Figaro étudiant. Ils rappellent que ces dérives sont omniprésentes et que les « associations et étudiants qui osent tenir un discours souverainiste, patriote, traditionaliste sont voués aux gémonies : messages d’insultes, menaces et ostracisme ».

Or, ici se forment les futures élites intellectuelles, politiques et économiques : « Ceux qui s’érigent en apprentis censeurs seront demain journalistes, députés, écrivains, intellectuels, professeurs des universités ; en somme, ils auront la mainmise sur toutes les structures du pouvoir, sur les esprits. » Mais un jour viendra où il ne fera plus bon écrire Sciences Po sur son CV. Des employeurs nous ont confié préférer ne plus recruter ces profils aux réflexes totalitaires si conditionnés pour éviter l'installation de toilettes non genrées, le refus d'obtempérer ou encore les quotas imposés...

4887 vues

11 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

47 commentaires

  1. La solution? Privatiser Science po ou fermer la boutique . Cette école financé par tous les Français n’appartient pas à des extrémistes. Si ils veulent faire leur révolution qu’il la finance avec leur adhérents ou leur cotisants . Sinon ce sont des fonctionnaires du woke de la cancel culture et autres inepties . J’ai remarqué que ces gens anti fa ou autres ne sont pas anti pognon quand il s’agit de se faire financer par les deniers publiques ! Nous ne devons pas financer notre propre destruction

  2. Ah les gauchos !!!! Cette capacité de la Gauche, de discuter avec des arguments sérieux et vérifiables m’étonnera toujours !!! Un peu d’honnêteté intellectuelle serait bon chez vous !!

  3. Et pour les antifas même traitement : canons à eau et blindés , le problème sera vite réglé .

  4. Bordeaux ,la ville ou je suis né est bien représentative avec ses IEP de la dérive totalitaire qui s’est installée dans notre Pays .Ce n’est pas la première fois ,et malheureusement cela ne sera pas la dernière fois, que des petits ( ou petites) commissaires politiques empêchent
    des débats ou des conférences .Que l’on se remémore l’annulation du débat avec Sylviane Agacinski sur la GPA .

  5. Formés dans l’entre-soi, sans ouverture d’esprit, on comprend dès lors l’incapacité de nos gouvernants qui s’affirme vu leurs piètres résultats et l’état déplorable de notre pays

  6. Quand on voit la relève dégénérée , rien d’étonnant à ce qu’est devenue la France aujourd’hui , il est temps ? de purger .

  7. C’est déjà depuis quelques dizaines d’années que la réelle élite française se montre trop négligente et a laissé la médiocrité et la malhonnêteté chapeauter la gestion de la nation . Les prochaines élections montreront clairement si nos compatriotes préfèrent , ou non , continuer à végéter dans la sphère pitoyable dans laquelle ils se trouvent .

  8. Nous ne pouvons qu’applaudir et cautionner la citation rapportée en phrase finale de cet article.
    Les chefs d’entreprise seront bientôt les défenseurs de nos libertés.
    A bon entendeur, salut.

  9. on ne me fera pas croire qu’une centaine de branleurs puissent se permettre de bloquer Bardella, sans l’aval de l’autorité macronniene

  10. Ce qui me chagrine c est pas comment es-ce possible, venant de l extrême gauche rien ne m étonné, non c est plutôt pourquoi on laisse faire… de jeunes identitaires feraient la même chose, limite on enverrait la légion… la, non tout va bien… votez utile!

  11. Il est certain qu’à Bordeaux, depuis l’arrivée des écolos-islamos-gauchos, il devient impossible de s’exprimer.
    Sur la voie du péril nantais ???…
    Jacques Chaban-Delmas doit se retourner dans sa tombe…

  12. Des apprentis démocrates qui en seront des vrais quand ils seront aux « manettes » !!! Empêcher d’échanger avec ses adversaires ce n’est pas une forme de dictature ???

  13. Ceux qui se plaignent d’etre Soumis à une dictature vaccinale actuelle, n’ont qu’a Bien se tenir!!! Les futurs politiciens leur préparent bien pire!

  14. Ces jeunes sont une honte pour la France et il faut chercher à comprendre comment leur parcours les a rendus aussi sectaires et stupides!

  15. Ah, cette chère démocratie à la mode stalinienne … Si les Français n’auront toujours pas compris cela au moment de voter, je crains que l’on soit, effectivement, fichus. Et le pire c’est que tout cet endoctrinement, cette destruction de notre beau pays, est payé par le con-tribuable spolié contre son gré. Comme sous Staline en fait !

Les commentaires sont fermés.