Editoriaux - Polémiques - 14 décembre 2019

Jean-Michel Aphatie traite Zemmour de « cochon de la pensée » !

doit être un envieux. Comme tous les envieux, il a la haine. Sa tête de Turc, c’est Éric Zemmour.

Mais oui, Aphatie est fou de jalousie. Il « déteste Zemmour depuis très longtemps », à tel point qu’il ne « lui [serrerait] plus la main à RTL ». Il le considère même, quand il l’entend évoquer les prénoms que les immigrés devraient donner à leurs enfants en France, comme « à la limite de la folie ». Aphatie serait-il psychiatre ?

Il faut le dire : Jean-Michel Aphatie a bien quelques raisons (non avouables) de cracher sa bile ! Car ce n’est pas lui qui écrit des best-sellers, ce n’est pas lui qui fait des audiences de folie par sa seule présence dans une émission. Ce ne sont pas non plus ses idées, mais plutôt celle d’Éric Zemmour qu’approuvent 62 % des Français interrogés, ces deux tiers des électeurs de droite et plus de la moitié de ceux de gauche), qui pensent « que la nation se dissout dans l’Europe, le mondialisme, l’immigration et le multiculturalisme » (sondage IFOP en 2014). Non, c’est sûr qu’il n’y a pas 62 % des Français à vouloir « modifier la loi de 1905 » ni à trouver géniale l’idée de « raser Versailles »… Alors, que voulez-vous, comme tous les envieux bien incapables de se hisser au rang des qualités de l’envié, il tente de le détruire. À tout le moins, de continuellement le rabaisser.

Éric Zemmour, le journaliste écrivain à succès fou, « est un cochon de la pensée. Je n’ai pas envie de me rouler avec lui dans la fange. » Aphatie se défend donc d’être un cochon, soit. En tout cas, on ne peut pas dire qu’il ait une mémoire d’éléphant : « Animaliser les gens dans le débat politique est une vieille pratique stalinienne, une pratique qui dit bien un état d’esprit antidémocratique », tweetait-il pourtant pas plus tard qu’en août 2018.

En fait, ce qu’il y a de bien, avec le niveau de journalisme défendu par le « commissaire politique » Aphatie, comme le nommait ici même si bien Nicolas Gauthier, c’est qu’on n’est jamais surpris. Tellement prévisible, Jean-Mimi ! Tenez, encore une preuve de la haute opinion qu’il a de lui-même : jamais lui, qui estime faire son travail « avec honnêteté » (défense de rire), ne débattra avec Éric Zemmour. Pensez, le bougre commet des « actes délictueux » et écrit « une merde » ! En revanche, il y a des « échanges » qu’il se fait un devoir de ne pas refuser. Avec un gilet jaune, par exemple. On reconnaît bien là le goût du risque de l’érudit Aphatie…

Tout bien considéré, être un cochon de la pensée, quel panache à côté d’un mouton !

Commentaires Facebook

À lire aussi

Bête et méchant, « Le Petit Q » de Barthès

Alors, quoi ? Il s'en fout complètement, Barthès, du harcèlement, qui commence souvent par…