Sacha Distel chantait La Belle Vie, « sans amours, sans soucis, sans problèmes ». Peinard, quoi ! L’adjudant, au temps des bidasses en folie, faisait faire des pompes aux recrues et les priait gentiment de bien vouloir crier en chœur : « C’est la vie de château, pourvu que ça dure. » Vie de chien, de patachon, de barreau de chaise, de bohème, de pacha, de galérien, de m… La vie peut nous en faire voir de toutes les couleurs. On peut la croquer à pleines dents ou la brûler par les deux bouts… avant le , bien sûr.

ne nous promet ni du sang ni des larmes. Encore moins des lendemains qui chantent. Non, dans son costume un peu trop grand pour lui, il ne peut nous offrir qu’un peu d’espoir. L’espérance est traitée à l’étage du dessus : par son N+1. Enfin, c’est comme ça que les rôles sont répartis. « Des premiers motifs d’espoir nous permettent d’envisager dans les prochains mois un retour à une vie plus normale », a prophétisé le premier collaborateur d’, lors de sa conférence de jeudi dernier.

Décryptage, ou, si vous voulez, explication de texte, comme on disait au temps de Lagarde et Michard. D’emblée, on comprend bien, si on n’est pas complètement nunuche, que les soirées au Macumba Club, c’est pas pour demain. « Quand est-ce qu’on arrive ? », demandent les gamins excédés par des heures interminables de bagnole, lors des grandes migrations vacancières. « Bientôt ! » Papa ne dit pas ça, mais c’est tout comme : « Dans les prochains mois. » Donc, pas pour demain. Cela dit, les Écritures saintes nous apprennent qu’aux yeux du Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour !

Pas pour demain et il ne s’agit, pour l’instant, que d’envisager. Un joli verbe, quand on y songe. À l’origine, c’est regarder quelqu’un au visage. « Plus je vous envisage et moins je me remets, Monsieur, votre visage » (Les Plaideurs, Racine). Et puis, envisager, au fil du temps, a pris la signification d’avoir quelque chose ou quelqu’un en vue. Notons que le Premier ministre a dit « envisager dans les prochains mois un retour à une vie plus normale » et non « envisager un retour à une vie plus normale dans les prochains mois ». Vous ne voyez pas la différence ? Réfléchissez un peu… Bref, c’est quand, « bientôt » ? Pas pour tout de suite.

D’ailleurs, qu’est-ce qui nous permet d’envisager ? « Des premiers motifs d’espoir. » Est-ce à dire que, pour l’instant, nous n’en avons pas eu ? L’espoir fait vivre, dit-on. Mais ce n’est ni la belle vie, ni la vie de château, qu’envisage Jean Castex. Une vie normale, alors ? Même pas. « Une vie plus normale », nuance de taille. Mais, au fait, c’est quoi, une vie normale ?

27 février 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Mort du prince Philip : une interview imaginaire du futur roi George VII d’Angleterre

Mais elle n’abdiqua pas ! Dernière reine sacrée de la planète, elle avait reçu sa mission …