Immigration : la pompe aspirante de l’aide médicale d’État

Emmanuel Macron semble découvrir les réalités les unes après les autres, la France rurale et abandonnée des gilets jaunes, les jeunes enfants dans leurs « 1.000 premiers jours », les lignes de fret obsolètes qui vont fermer et mettre sur la route des milliers de camions et, enfin, ces jours derniers, l’immigration.

Comme l’a dit Éric Zemmour, ce Président semble être un stagiaire de l’ENA qui découvre la France.

Au-delà du double jeu, sa politique du « en même temps » ne trompe personne. Il voudrait nous faire croire qu’il va limiter l’immigration sans toucher aux « pompes aspirantes » qui font de la France un pays si attractif, sans renvoyer tous les déboutés du droit d’asile (aujourd’hui, 90 % d’entre eux restent en France après le rejet de leur demande) sans restaurer un contrôle aux frontières.

Une mesure s’impose et nous la réclamons depuis des années : l’aide médicale d’État (AME) doit être supprimée. Grâce à elle, aujourd’hui, les clandestins et les sans-papiers sont soignés gratuitement et bien au-delà des soins d’urgence. Ils bénéficient aussi de « soins de confort », des prothèses mammaires, des appareils dentaires… Tout le monde sait bien que, dans le sud de la France, des étrangers font « le voyage du bled » jusque dans l’un de nos « centres médicaux » pour voir un ophtalmologiste et se faire payer des lunettes. Comme le confirmait un rapport parlementaire en 2015, la France est le pays d’Europe le plus généreux pour la prise en charge médicale.

Depuis quinze ans, le chiffre d’un milliard est avancé pour le coût de l’AME. On nous trompe, puisqu’il est établi que les bénéficiaires ne cessent d’augmenter, tout comme le nombre d’immigrés en France. 350.000 par an, nous dit-on. C’est au moins 450.000, et les déboutés du droit d’asile ne sont jamais renvoyés.

Emmanuel Macron finira-t-il par découvrir cette réalité-là ? Mais comme le disait Charles Péguy : « Il faut toujours dire ce que l’on voit, et surtout, il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit. »

Et aujourd’hui, limiter l’immigration sans supprimer cette pompe aspirante qu’est l’AME est un leurre. Quand on voit ce que l’on voit, l’urgence est extrême, il n’est plus temps de découvrir la réalité mais de l’inverser.

À lire aussi

Jérôme Rivière : « Ce refus d’une minute de silence pour les victimes du Bataclan par le président du Parlement Européen : insultant, méprisant, une façon d’effacer l’Histoire ! »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleJérôme Rivière, député RN au Parlement europée…