Hôpital de Gaza : « Peu de chances que ce soit une action délibérée d’Israël »

photo-output_720-1

Le 17 octobre, une frappe aérienne aurait touché l’hôpital de Gaza et aurait fait plusieurs centaines de morts. Le Jihad islamique accuse Israël d’être responsable de ce tir. De son côté, l’État hébreu dément tout responsabilité dans ce tir et accusé le Jihad islamique.
Le général de division (2s) Vincent Desportes, ancien directeur de l’École de guerre, nous livre son analyse.

Clémence de Longraye. Le 17 octobre, au moins 200 personnes auraient été tuées lors d’une frappe aérienne touchant un hôpital à Gaza. Le Hamas et Israël se renvoient la responsabilité. Connaîtra-t-on, un jour, l’origine de ce tir ?

Général Desportes. Ce n'est pas du tout impossible qu’on arrive à le déterminer : on connaît les trajectoires ; à partir d’un impact au sol, on peut savoir d’où est parti le projectile, etc. Vraisemblablement, il s’agit d’un accident : une roquette tirée par le Hamas qui, au lieu de rejoindre Israël, a pour une raison malencontreuse arrêté sa course sur l’hôpital.

Ce n’est pas la seule hypothèse. Ce dont on est quasiment certain, c’est que ça ne peut pas être Israël. Non pour des questions morales, mais pour des questions stratégiques. Aujourd’hui, Israël a tout intérêt à poursuivre l’opération qu’elle a prévue sur la bande de Gaza. Elle ne pourra le faire que si l’opinion internationale n’est pas contre elle, ainsi que l’opinion des populations arabes. Donc, pour Israël, tirer volontairement sur l’hôpital de Gaza est totalement contre-productif de manière stratégique. Il y a donc vraiment très très peu de chances, voire aucune, qu’il s’agisse d’une action délibérée de la part d'Israël. On peut se poser la question : à qui profite le crime ? Le crime profite visiblement au Hamas ou au Jihad islamique, à quelqu’un qui a intérêt à faire monter la violence, à la pousser au paroxysme de manière à enflammer les territoires arabes autour d’Israël et à donner une nouvelle dimension au conflit.

C. d. L. Cet événement va-t-il marquer un tournant dans le conflit ?

G. D. Les populations arabes étaient déjà en ébullition, en Cisjordanie, en Jordanie ou au Liban. Je ne sais pas si cela marque un tournant, mais il est important de démontrer que ce tir ne vient pas d’Israël mais du côté opposé, c’est-à-dire l’État islamique ou le Hamas, qui ont intérêt à faire ce genre de choses. Nous sommes dans une guerre révolutionnaire. Les victimes, qu'elles soient d’un côté ou de l'autre, ne comptent pas. Ce qui compte, c’est le but politique, et là, quelque chose a été atteint par ce tir malencontreux volontaire.

 

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

35 commentaires

  1. Donc si je comprend bien cela sous entend que les ennemis d’Israël disposent d’engins de destruction capables de tuer entre 200 et 300 personnes en un seul tir. Pourquoi ne les lancent ils pas sur Israël ? C’est incompréhensible. Ou comme le dit un contributeur l’hôpital avait plusieurs étages réserves au stockage d’explosifs ???

  2. Analysons un tant soit peu les faits: comment expliquer qu’il y ait eu une telle explosion de cet hôpital? Pourrait on imaginer que le Hamas avait accumuler des tonnes de munitions dans les sous-sols pensant ainsi les mettre à l’abri?? De plus, pilonner par les israéliens un hôpital serait aberrant car contre-productif pour le pays. Alors avant de jeter des anathèmes…réfléchissons un peu!!!!

  3. Un simple raisonnement montre qu’à l’évidence Israël n’avait aucun intérêt à ce « bombardement » mais qu’un mouvement qui n’a jamais hésité à sacrifier l’un des siens et beaucoup d’autres pour sa cause y avait lui tout intérêt.
    Maintenant dans un monde de fous tout est devenu possible l’absurde comme le pervers.

  4. Il est INCONCEVABLE, que ce soit Tsahal qui l’ait fait, mais pour les islamistes le but est atteint, pour les populations arabes, il ne fait aucun doute que ce sont les juifs qui l’ont fait, on pourra leur prouver par A+B, que ce ne sont pas eux, rien n’y fera. Même chez les « bas du front » occidentaux le doute existe. Il faut toujours chercher à qui profite le crime et en l’occurence……. Déjà pendant la guerre avec les palestiniens du Liban, ceux ci « abritaient » des femmes et des enfants dans des bâtiments notoirement connus pour être des repères des islamiste, susceptibles d’être bombardés par Israël, ce qui ne manquait pas d’arriver et après ils jouaient les martyrs photos à l’appui devant la presse internationale, qui leur servait de relais. Quand on sait ce que ces assassins ont comme respect de la vie humaine, on peut s’attendre à tout de leur part.

  5. en complement de votre article et qui vient le correler, je vous conseil de reecouter le podcast du 19/10/2023 de france info de 8h30 avec l’ex lieutenant-colonel Guillaume Ancel comme intervenant et qui va beaucoup plus loin dans son analyse et qui m’a l’air sincere a mes yeux .

  6. « Peu de chances que ce soit une action DELIBEREE d’Israël » C’est quoi ce titre qui induit que c’est quand même une action d’Israël ? Comment peut-on quand on est un honnête homme, sain d’esprit et lucide, relayer comme des vérités les assertions d’égorgeurs d’enfants et de femmes, de preneurs d’otages et de tortionnaires ? L’indécence du monde politique et médiatique dans sa grande majorité, l’omnipotent mainstream, qui diffuse l’air pestilentiel des renoncements et des compromissions est absolument surréaliste.

  7. La manipulation de l’opinion n a jamais été aussi grande ( d’un côté comme de l’autre ) et c’est en cela que c’est dramatique et amène la discorde même dans les familles. Avant de commenter un évènement il faudrait attendre le résultat des enquêtes ; n’oublions pas la petite fiole de Colin Powell à l’ONU prélude à la guerre en Iraq

  8. L’hypothèse qui circule, éléments et images à l’appui, est qu’il sagit d’un raté des palestiniens. La bombe serait tombé sur le parking et ce serait plutôt une dizaine de morts que des centaines. La désinformation, la propagande font partie de la guerre. C’est bizarre qu’on les évoque pour les palestiniens et jamais pour les ukrainiens…

  9. Souvenons-nous: on nous a fait croire longtemps que les Russes tiraient sur la centrale nucléaire qu’ils occupaient. On nous fera donc croire que les Palestiniens tirent sur leur propre hôpital. Encore un Général qui va à la soupe.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois