La dixième finale des Petits Champions de la lecture s’est déroulée ce mercredi 29 juin. Fondé en 2012, ce concours a pour but de promouvoir les et la lecture, en invitant les élèves des classes de CM1 et CM2 à lire, durant trois minutes maximum, un passage de leur choix tiré d’un livre de fiction. Organisé en quatre étapes, le jeu s’est conclu cette année sur la scène de la Comédie-Française, où les 14 finalistes ont lu à voix haute le texte qu’ils avaient sélectionné.

Agés de 9 à 10 ans, les enfants produisent un effet bœuf lorsqu’ils arrivent sur ces planches, foulées par tant de grands noms avant eux. Pas assuré, visage ouvert, voix vibrante…la passion qui anime les finalistes est tangible, et elle fait plaisir à voir.

C’est Élisabeth, du haut de ses 10 ans, qui a remporté le très convoité premier prix, récompensée pour son excellente lecture d’un extrait de « Coup de boule Corneille », un ouvrage de l’auteur Pascal Ruter. La secrétaire générale des Petits champions de la lecture croyait dur comme fer en ce jeune talent, dont elle a rapidement repéré les compétences : « Ce qui m’a frappé pendant la finale départementale, c’est qu’elle vit ce qu’elle lit. On le sent à son intonation mais aussi à sa gestuelle, son corps, son regard », confie-t-elle ainsi au Parisien. Une prestation, donc, loin d’être un monologue insipide, mais bien plutôt un texte vécu, intégré, assimilé, et partagé avec art.

Lorsqu’on visionne ces merveilleuses prestations, difficile de ne pas jeter un regard nostalgique vers nos bacheliers 2022, qui ont de leur côté brillé par leur talent à demeurer résolument hermétiques à tout ce qui s’éloignerait un tant soi peu de leur langage argotique. Alors que des CM1-CM2 mettaient à l’honneur des auteurs contemporains en donnant vie à leurs textes, leurs ainés n’ont rien trouvé de mieux que se déchaîner sur les réseaux sociaux contre le malheureux auteur du texte de leur bac de français. Ainsi peut-on lire, dans la langue châtiée de ces dignes successeurs de Molière, un flot d’insultes qui ne connait aucune limite, dirigé contre Sylvie Germain. « Sylvie Germain t'es une grosse salope avec tes neufs gamins », ou encore « On va se donner rendez-vous dans la forêt nous aussi Sylvie tu vas voir ».


Interrogée par Le Figaro (21.06.2022) au sujet du cyberharcèlement dont elle a été victime, l’écrivaine n’a pas mâché ses mots sur cette chez qui elle décèle « une haine de la langue, de l’effort de réflexion ». Tout le contraire de nos petits Champions 2022, qui ont lavé l’honneur de la langue et de la culture françaises, souillé par leurs aînés. Ne dit-on pas que la valeur n’attend point le nombre des années ? Ces talents en sont une éclatante, et réconfortante démonstration.

2892 vues

29 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

6 commentaires

  1. Avez vous remarqué l’origine des petits lauréats et celle des cybercriminels (car il s’agit de crime) ? Juste une question.

  2. Le texte de Sylvie Germain est poétique et écrit en français. Il est évident que cela a dû surprendre plus d’un élève…
    Il parle d’une éducation qui se déroule dans la nature : « Ils avaient été élevés davantage parmi les arbres ». De quoi dérouter nos lycéens habitués à un monde de smartphone, de trottinettes à roulettes, de macadam et de culture amerloque.
    Franchement, hein ! Présenter un tel texte ! Y veulent pas donner le diplôme ou quoi ? Nick la littérature !

  3. Ces cancres – est-ce de leur faute ? – m’ont fait découvrir Sylvie Germain.
    Nous avons lu deux de ses livres dont le dernier  » La puissance des ombres ».
    Heureux de ces lectures, de la belle ouvrage !

  4. les dés sont jetés , il y aura ceux qui iront à la comédie française , et ceux qui iront dans les émissions de télé réalité (voir même le concours eurovision de la chanson )

  5. Vous semblez dire, Madame, qu’il est encore des écoles où l’on apprend le Français . L’étonnement me laisse coi. Que donnent ces enfants performants, la plume à la main ? Gloire à leurs Maîtres et nos félicitations pour eux . Nous appelions autrefois Réthorique les classes de Première .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter