Le drame de la déculottée de LREM aux régionales en a caché un autre, combien plus terrible, celui de la blessure morale de Mme Rachida Kabbouri, associative multicarte et élue EELV, mais surtout initialement désignée par le maire PCF de Vitry-sur-Seine comme présidente d’un bureau de vote. Problème : la dame est voilée alors que ce poste – représentant symboliquement l’État et, donc, sa neutralité – ne peut être tenu par une personne affichant un signe religieux ostentatoire…

Sur avis de la préfète, on dira, comme les amateurs d’échecs, que cette térébrante question a été réglée par un roque en reléguant Mme Kabbouri à un poste d’assesseur, lequel, étant en principe désigné par les candidats, n’est pas soumis à une règle aussi stricte.

Compatissante à « l’humiliation » subie, « Les Grandes Gueules » de RMC donnèrent la parole à l’offensée qui, d’emblée, expliqua qu’elle ne portait pas un voile mais un simple accessoire. Comme une alliance ou une montre, en sorte : « J’aime les foulards. » Ce qui change évidemment tout et, d’ailleurs, elle le porte « à la manière de Benazir Butto »[1] , pas plus islamique, donc, que les ultra-classiques carrés Hermès bien de chez nous…

Et pour bien illustrer l’affreuse discrimination dont elle a été victime, « un des assesseurs portait un béret typiquement français »… On ne sait pas s’il avait une baguette sous le bras, mais personne n’a fait à ce salopard le reproche de son couvre-chef. Si c’est pas une preuve !

Commensal de l’émission, Gilles-William Goldnadel voit les choses plus simplement : « J’ai du mal à comprendre cette victimisation. La loi, c’est la loi. On peut gloser longtemps sur les réactions, mais sur le problème de principe, c’est difficile de gloser. »

Pour Isabelle Saporta, on n’est pas loin du en même temps macronien : « Je ne suis pas très à l’aise avec le voile. Je fais partie de cette génération qui voit, à tort ou à raison, quelque chose qui relève de la soumission des femmes et ça me gêne. Mais hystériser ce débat me rend malade. » En résumé, ça la gêne, mais il ne faut pas en parler… Et quand Mme Kabbouri assène que « tous les autres pays ont des femmes voilées », Saporta prend sa roue avec : « Si on a la loi la plus bête du monde, on peut la changer. »

Nous y voilà ! Parce que si on change la loi pour les président(e)s de bureaux de vote, au nom de quel principe n’aurions-nous pas des juges ou des policières en hijabs et des enseignants en qamis ? Dans le plus pur style des pays qui ont déjà cédé au  ? Bien essayé, mais pour cette fois, c’est raté !

Reste à savoir pour combien de temps…

[1] Ancien Premier ministre du , pays bien connu pour ses mini-jupes et halter tops moulants

22 juin 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 7 votes
Votre avis ?
97 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires