Seize minutes. Seize minutes sur soixante que dure l’émission, c’est le temps qu’il a fallu à Bernard-Henri Lévy face à Éric Zemmour au cours du débat organisé par et animé par , avant de commencer à s’énerver, à gesticuler, à vociférer avant de finir… en bras de chemise !

Savez-vous où s’est précipité , à peine déconfiné ? Il s’est rendu, pour leur apporter son soutien, partout où les salariés sont menacés de licenciement ? Il a visité les familles endeuillées par la mort solitaire, dans leur , de papi ou mamie ? Il a fait le tour de tous les hôpitaux d’Île-de-France, et du Grand Est en particulier, féliciter tous les médicaux, exténués par des mois de lutte sans répit ?

Il avait tellement plus émouvant à rencontrer, là-bas, où ils n’attendaient que lui ! « La première chose que j’ai faite […] c’est d’aller à Bruxelles, de prendre un avion pour Athènes, de me mettre en quatorzaine raccourcie et d’aller voir les pauvres d’entre les pauvres, les damnés entre les damnés, c’est-à-dire les réfugiés du camp de Lesbos […] pour leur apporter mon soutien. » C’est sûr que les migrants illégaux, préjugés, eux, systématiquement doux comme des agneaux, n’ont jamais rien de « factieux », de « haineux » ni d’« antirépublicain », comme les gilets jaunes…

En fait de soutien, le « dandy hédoniste » (dont l’a affublé Éric Zemmour) a donc enquêté. De bon matin, sous le soleil grec, comme son « travail d’intellectuel engagé » l’y oblige, BHL – que le sort de « ses frères humains » empêche de fermer l’œil depuis quarante ans – est parti à la recherche des « chiottes » et des « points d’eau ». Bottes de caoutchouc aux pieds, gants de ménage aux mains, masqué avec manches de chemise blanche retroussées, dommage que Paris Match n’ait pas immortalisé l’instant…

Ah, le monde de BHL qui déplore les conséquences des causes qu’il persiste à chérir ! Et encore, quand il ne divague pas sur les conséquences ! Savez-vous quelle est sa crainte, si le Covid-19 revenait ? Que l’État n’y soit pas, cette fois, totalement préparé ? Que les Français subissent à nouveau un généralisé avec les conséquences économiques qui se dessinent ? Eh bien, celui à qui tout ce qui est « terroir » et « franchouillard » lui est « étranger voire odieux », celui qui se glorifie donc d’avoir « culpabilisé les Français », trouve que lesdits Français, en gros, se sont complus dans le confinement ! « Il ne faudrait pas que les gens s’habituent à penser que pour être solidaires, il faut se replier chez soi », assène-t-il, sans rire.

Heu… les Français ont adoré le confinement, il est sérieux, là, Bernard-Henri ? En tout cas, s’il ne l’a pas bien vécu – c’est dur de ne plus sauter dans les avions pour montrer sa bobine aux quatre coins de la planète -, ce n’était sûrement pas dans 20 mètres carrés…

Ah, comme c’était dur, de garder son calme face à Éric Zemmour, qui lui mettait inlassablement sous le nez son incapacité à reconnaître les conséquences désastreuses des politiques qu’il a soutenues. Antiracisme devenu inversé, guerres provoquées engendrant chaos et immigrations massives, sans-frontiérisme qui accélère la circulation des virus… Mais pas question, pour BHL, d’admettre, comme le lui fait remarquer Zemmour, que le « monde qu’ [il] dénonce, c’est celui qu’[il] a fabriqué ». « C’est toujours la même chose, avec vous. Vous prenez des positions de principe et puis après, il y a des conséquences et vous pleurez sur ces conséquences. » Mais BHL veut avoir le mot de la fin : « Je ne pleure jamais. » Content de lui. Conclusion de l’émission.

Un grand sensible, ce BHL !

27 juin 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivé.