Editoriaux - Politique - 2 juin 2019

Et si l’on passait enfin à « la droite la plus intelligente du monde » ?

Je sais que beaucoup de gens se sont exprimés sur ce sujet, mais mon parcours un peu atypique me permet de donner un autre point de vue sur la lente destruction de la droite. J’avais écrit un article en 2017 sur les quatre piliers pour la reconstruire. Je disais déjà : « Si la droite veut revenir pleinement au pouvoir, elle doit retrouver cette dimension philosophique, transcender sa vue comptable du pouvoir et reconstruire son projet sur les quatre piliers indispensables à l’unité nationale que sont la souveraineté (telle que l’entendait de Gaulle), la sécurité, la liberté (d’entreprendre et de s’exprimer), la préservation de notre mode de vie. » À ce moment, je n’avais pas encore rejoint Les Républicains. C’est quand j’ai entendu Laurent Wauquiez que j’ai pris ma carte.

J’avais déjà parlé de « philosophie » parce que je pressentais qu’un projet politique devait impérativement passer par une réflexion non pas comptable (stricto sensu) mais par une dimension humaine où l’empathie devient le moteur dans les propositions de réformes à venir. Ne construire un pays que sur des ratios, des courbes, et le principe de Pareto ne fait que le plonger dans l’inhumanité tant souhaitée par notre Président actuel et son gouvernement.

François-Xavier Bellamy a apporté cette nouvelle dimension philosophique au débat, comme le font M. Onfray dans sa vision de gauche ou Zemmour dans son approche historico-politique. Hélas, les débats trop centrés sur le duel LREM/RN ont totalement occulté le message de la tête de liste LR. Le maître du jeu était encore Macron avec la complicité, parfois naïve mais souvent complice, des médias. Onfray dit justement, dans son dernier livre, que les clefs de la dictature peuvent se résumer à « détruire la liberté, appauvrir la langue, abolir la vérité, supprimer l’histoire, nier la nature, propager la haine, aspirer à l’empire ».

Qu’est en train de faire Macron ? Petit à petit, il déstructure, déstabilise, détruit. Son activité préférée, c’est la démolition parce qu’il sait qu’il peut conforter sa position en pointant du doigt les ruines de ses ennemis tout en omettant de dire que c’est lui qui a mis volontairement le feu. Ce machiavélisme lui réussit parce qu’il maîtrise plus le désordre, aujourd’hui, que l’ordre (du moins s’en sert-il comme d’une arme). Mais demain, quand il aura son véritable adversaire intellectuel en face de lui (pas Marine Le Pen, qu’il peut balayer d’un revers de la main sans aucun problème), que va-t-il faire ? On a senti l’inquiétude poindre chez lui quand les sondages montaient en faveur de Bellamy. Ce n’est pas pour rien. Il faut donc utiliser les mêmes armes que Macron pour le mettre hors circuit : le dominer intellectuellement, et c’est tout à fait possible. Reste à savoir qui sera chargé de cette mission au sein des Républicains et, surtout, qui se sentira capable de le faire.

Il est temps d’avoir « la droite la plus intelligente du monde ».

À lire aussi

Quand la gauche collaborait… les mêmes causes produisaient déjà les mêmes effets !

Le vivre ensemble est en train de nous mettre dans les mains d’un système plus diffus que …