Visiblement, prend les pour des imbéciles. C’est le sentiment que l’on a, à écouter le Président durant son bain de foule, jeudi, à Colombey-les-Deux-Églises, à l’occasion du soixantième anniversaire de la Ve .

À une retraitée qui ne touche que 500 euros de , le Président déclare, sur ce ton voisin de celui que l’on prête parfois aux en EHPAD : “Parce que vous n’avez pas cotisé toute votre vie.” Bah oui, on perçoit une retraite à ce qu’on a cotisé. Pas besoin d’un Président-pédagogue pour expliquer cela aux retraités. Donc, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, ma bonne dame ? Des feignasses comme vous, il y en a des millions, en France. Fallait y penser à l’époque. Cette brave femme, qui a peut-être élevé des enfants qui, aujourd’hui, payent la retraite de Mme Emmanuel Macron, née Brigitte Trogneux, n’a qu’à s’en prendre à elle-même, au fond. Mais, dans le même bain de foule, Emmanuel Macron explique à ces mêmes retraités qu’ils n’ont pas cotisé, lorsqu’ils étaient actifs, pour leur retraite à eux mais pour celle de leurs aînés…

Toujours dans ce bain de foule, le Président nous ressort sa martingale favorite pour faire passer l’augmentation de la qui touche les retraités comme les actifs (sauf que les actifs du privé, en compensation, voient une baisse de leurs cotisations sociales) : la suppression de la taxe d’habitation. Oui, mais voilà, les actifs vont bénéficier aussi, pour 80 % d’entre eux, de cette suppression de la taxe d’habitation. Donc, à l’évidence, le compte n’y est pas pour les retraités. Emmanuel Macron prend donc visiblement les retraités pour des imbéciles, et il ne se gêne même pas. “Je ne donne que l’argent que je prends ailleurs”, dit-il. Ailleurs ? C’est-à-dire aux retraités !

Mais là où le « foutage de gueule » confine au cynisme le plus total, c’est lorsqu’il se permet de faire la leçon à ces retraités à 500 euros par mois et, plus largement, aux Français. Sortant de la Boisserie, Emmanuel Macron rapporte ce qu’un petit-fils du fondateur de la Ve République vient de lui raconter sur la vie dans l’intimité familiale de Charles : “On pouvait parler très librement. La seule chose qu’on n’avait pas le droit de faire, c’était se plaindre… Le pays se tiendrait autrement si c’était comme ça.” En clair, dans le texte : fermez votre gueule ! La brave dame à 500 euros a dû apprécier la leçon de ce quarantenaire qui, durant la présidentielle, avait déclaré avoir vécu, quand il était adolescent, avec environ 1.000 euros par mois et savoir ce que c’était que “boucler une fin de mois difficile”. Mais sans doute que cette dame n’a pas les mêmes besoins qu’Emmanuel Macron. Elle devrait quand même pouvoir comprendre ça, cette dame, ou alors c’est à désespérer des Français !

En tout cas, pour ce qui est de se tenir autrement, Emmanuel Macron n’a sans doute pas de leçons à donner aux Français aujourd’hui.

4 octobre 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Le grand échec d’Emmanuel Macron

Les tensions sont palpables au sein même de la galaxie macronienne. …