N’étant pas un opposant compulsif à tout ce que dit et fait le président de la République, je suis évidemment plus sensible aux erreurs qu’il commet que ceux qui n’attendent et n’espèrent rien de lui. Et j’éprouve une sorte de saisissement face à ses rechutes quand tous avaient pu constater ses progrès, au moins dans son oralité spontanée et sa perception des Français.

Mais patatras ! tout, à nouveau, est remis en cause.

Visitant le nouveau site de l’université à Amiens, en répondant à des étudiants, a déclaré : « En ce moment, notre pays, je trouve, est trop négatif sur lui-même. »

Il faut comprendre : donc, sur moi-même et ma présidence.

Je pourrais rétorquer qu’un pays n’a jamais tort mais ceux qui le dirigent. Et m’en tenir là. De la même manière, en usant d’une comparaison judiciaire, qu’un jury criminel qu’on n’a pas convaincu n’est coupable de rien, la faute incombant seulement à l’accusation qui n’a pas su entraîner les citoyens dans son sillage.

Mais il me semble qu’une réflexion plus approfondie mérite d’être menée, tant cette opinion critique du Président renvoie à des considérations politiques et psychologiques qui la rendent au moins inopportune.

On peut admettre, si la notion de tempérament collectif d’un peuple a du sens, que les Français ont une veine davantage râleuse et protestataire que satisfaite et optimiste. Le verre est généralement plutôt à moitié vide qu’à moitié plein. Je suis un échantillon représentatif de cette morosité et je ne m’en flatte pas.

Ce point acquis, reste que la situation de la France, aujourd’hui, sur beaucoup de plans, est plus que préoccupante. On n’a pas besoin de ce qui s’annonce le 5 décembre pour énoncer cette évidence qu’au quotidien une majorité de citoyens partage. Elle est d’autant plus angoissante qu’elle mêle des peurs politiques et sociales, le constat d’une autorité défaillante de l’État, de désordres et de violences jamais maîtrisés, à des inquiétudes lancinantes sur notre identité et la sauvegarde de notre modèle de vie collective.

Rien qu’à cause de ce tableau si dégradé de notre République, le président aurait pu et dû s’abstenir, en tout cas ne pas donner l’impression qu’il manquait de fair-play démocratique, qu’il était en quelque sorte un mauvais joueur et qu’il éprouvait comme une forme de dépit à l’égard de cette nation qui ne reconnaissait pas la qualité de son pouvoir.

Avec le risque qu’une personnalité, aujourd’hui, pourrait apparaître aisément comme plus « compétente », « plus proche des gens que lui », en l’occurrence récemment François Baroin (Le Figaro).

Je veux bien croire que la fulgurance de sa victoire en 2017 et son caractère absolument inédit l’avaient sans doute mal préparé à ce délitement progressif. Décidément, ces Français sont incorrigibles qui oublient si vite ce qu’ils avaient donné l’impression, sinon d’adorer, du moins de vouloir plus que les plats réchauffés de tous les politiciens classiques. On leur avait promis pourtant le nouveau monde et ils renâclent parce que, depuis 2017, à part une embellie d’un an, on les a fait patauger dans l’ancien !

Le Président – peut-être l’explication centrale de son propos ? – ressent probablement comme une injustice le fait d’avoir tenté de se discipliner : abandon de ses foucades spontanées moquant les Français, de ses attitudes trop décontractées ici ou là, morceaux de bravoure du grand débat national, repentance renouvelée, conscience tardive du caractère durable et profond de ce qui avait mobilisé les gilets jaunes, contrition pour avoir manqué de respect et d’écoute dans sa pratique présidentielle et injonction à son gouvernement de changer de méthode. Et tout cela, apparemment, pour rien !

Cette hypothèse n’est pas sans pertinence si on se penche sur la personnalité du Président dont un portrait récent, fouillé, contrasté, sans complaisance, au fond glaçant, montre à quel point le mépris lui vient facilement au point de se désintéresser, selon lui, des médiocres qui l’entourent puisqu’il est et fait tout, ne gardant de l’estime et de l’affection que pour les rares ayant cru en lui dès la première seconde (Le Point).

Imaginons ce qu’a pu susciter sur et en un tel caractère le scandale de n’être pas apprécié à sa juste valeur par le peuple qui serait « trop négatif » et les plumitifs des médias qui l’ont obligé à abandonner la parole économe au profit d’un verbe surabondant et sur tout !

Je ne désespère pas du président de la République. S’il veut bien ne pas détruire, par des provocations qui lui échappent, une construction patiemment volontariste de lui-même, il ne sera pas perdu pour un meilleur avenir et notre démocratie.

D’autant plus que, consensus inouï à son sujet, tous le créditent d’avoir le courage de ne jamais fuir.

Ce n’est pas rien.

Extrait de : Justice au Singulier

À lire aussi

Entre une France douloureuse et un pouvoir désinvolte…

Je ne parviens pas à m'habituer à cet état de choses... …