Editoriaux - Polémiques - Politique - Tribune - 26 décembre 2019

Emmanuel Macron, c’est Demolitor !

Par touches successives, met en œuvre son projet : achever la déconstruction de la France.

La séquence de Noël s’inscrit dans cette logique.

1) Macron part en Afrique. Et, depuis l’étranger, fustige la France et la République coupables de colonialisme. À nouveau la repentance. À nouveau une condamnation morale de nos ancêtres. À nouveau une vision tronquée de l’Histoire : car sans les bienfaits de l’apport européen, 9 Africains sur 10 ne seraient pas venus à la vie (100 millions d’Africains en 1900, 1,4 milliard aujourd’hui) et l’esclavage continuerait d’être pratiqué en Afrique.

2) Lors du ramadan, Macron souhaite, en juin 2017, « un bon Iftar » (rupture de jeûne) à chaque musulman. Mais il « oublie » de souhaiter un bon Noël aux Français. Il manifeste, ainsi, clairement sa différence de considération entre une religion étrangère, l’islam, et le christianisme, élément clé de la culture française. Au passage, il piétine la fête européenne la plus ancienne, héritière des fêtes solaires, et encore aujourd’hui la plus grande occasion annuelle de retrouvailles familiales. Mais c’est précisément ce « vivre entre soi » que rejette le « liquide » Macron.

3) Macron a déclaré qu’il renoncerait à son indemnité d’après fonction et qu’il ne siégerait pas au Conseil constitutionnel. Les médias nous vendent ceci comme un « beau geste désintéressé » à 20.000 euros par mois. Mais Macron se place ainsi dans la soumission financière à ses futurs employeurs. Ces grands intérêts, ces grands lobbies qu’il sert avec constance. Accessoirement, il malmène la Constitution et les lois élaborées, précisément, pour garantir l’indépendance des plus hautes autorités. Macron ne « moralise » pas comme il cherche à le faire croire. Bien au contraire, il « immoralise » et abaisse l’État.

Macron, c’est Démolitor !

À lire aussi

Jean-Yves Le Gallou : « Patrick Devedjian méritait du respect par sa culture, sa combativité et son courage »

« Dans une classe politique assez veule, c'était une personnalité rude. » …