Après quatre jours de tension intercommunautaire entre Tchétchènes et Maghrébins dans la capitale bourguignonne, une quinzaine de représentants des deux communautés se sont réunis dans une pour convenir d’un arrêt des affrontements.

Une mosquée proche des Frères musulmans

Qui aurait pu réconcilier la communauté tchétchène et maghrébine après quatre jours de scènes de guerre dans les quartiers de ? Pas l’État, aux abonnés absents. C’est un imam sunnite, dénominateur commun des deux communautés, qui a rempli ce rôle en début de semaine, selon Marianne.

Mardi 16 juin, aux alentours de 22 h 30, une quinzaine de représentants des deux communautés se sont retrouvés dans le jardin de la mosquée de la Fraternité, à Quétigny, dans la périphérie de Dijon. Des pourparlers qui avaient débuté dès le samedi 13 juin, sans suite, jusqu’au lundi.

Quatre jours de guerre intercommunautaire

Fait symbolique, ces échanges interviennent quelques heures seulement après la visite du secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, , à la préfecture de Dijon. C’est donc auprès d’un imam proche des Frères musulmans, Mohammed Ateb, que la conciliation sera trouvée. « Nous formons une seule communauté », avait lancé l’autorité religieuse.
Les violences trouvaient leur source dans l’agression d’un jeune Tchétchène de 19 ans, jeudi 11 juin, devant un bar à chicha. Établissement qui subira un raid punitif, quelques jours plus tard, de la part de dizaines de personnes issues de sa communauté et venant des quatre coins de la … et de l’. Après trois jours d’intimidations et de règlements de comptes, ce sont les dealers du quartier des qui ont voulu faire leur démonstration de force, trois jours plus tard, descendant dans les rues, armes blanches et armes de poing en main.

18 juin 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Troisième nuit d’émeutes dans la banlieue lilloise après un rodéo urbain

Des scènes identiques ont lieu dans le quartier Moulins à Lille le même soir. …