Lundi 15 mars, les enquêteurs de la Direction générale de la intérieure (DGSI) ont interpellé deux femmes à . Placées en garde à vue, ces deux sœurs ont reconnu aider financièrement une troisième sœur radicalisée et partie avec ses enfants en zone syro-irakienne depuis les années 2014-2015, relate Le Figaro.

Les services de renseignement ont découvert que la femme n’est pas détenue par les forces syriennes ou kurdes mais « toujours libre de ses mouvements dans l’une des poches de islamistes » et elle constitue donc un « risque potentiel ».

La fraude représente des dizaines de milliers d’euros

Après vérifications, les enquêteurs découvrent que la mère djihadiste nîmoise continue de toucher les allocations familiales grâce à ses deux sœurs qui touchent les prestations sociales, en conservent une partie et lui envoient le reste. La fraude représente des dizaines de milliers d’euros, au total, depuis 2014-2015. Cette manipulation constitue, de facto, « un financement du et un détournement de fonds manifeste ». Car elles ont aidé une personne ayant rejoint les rangs de au moment de la fondation et de l’expansion du califat, et connaissaient pertinemment les intentions de leur sœur même si, a priori, elles « ne partagent en rien la radicalité de leur sœur ».

Leurs gardes à vue ont été levées en fin de semaine dernière, dans l’attente des dernières exploitations de supports numériques (portables, ordinateurs) et l’enquête se poursuit.

Cette affaire de Nîmes apporte un éclairage sur le financement du terrorisme qui prend deux formes bien distinctes : d’un côté, un soutien « de proximité » (amical, familial ou personnel) et, de l’autre, des réseaux plus professionnels.

23 mars 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Dix fois plus d’actes antichrétiens que d’actes antimusulmans en France !

Ce week-end, des tags sur la mosquée de Rennes ont provoqué les réactions des médias et po…