D’où partira le Tour 2021 ? La question préoccupe les organisateurs. Le départ initialement prévu à Copenhague a été repoussé à 2022. Des matchs de l’Euro se déroulant dans la ville ayant été eux-mêmes reportés d’un an à cause du Covid-19, vélos et ballons allaient s’entremêler dans une confusion générale de nature à perturber le supporter.

Après avoir sollicité sans succès les autorités du pôle Nord, les organisateurs se tournent désormais vers la Bretagne. Retour aux fondamentaux. Brest ou Rennes ? Une alternative qui ne risque pas de torturer longtemps les organisateurs puisque les élus écolos rennais, qui avaient fait alliance avec le maire PS entre les deux tours, ont d’ores et déjà manifesté leur hostilité à l’événement. Trop cher, trop populaire et très salissant. Du vélo oui, mais pas celui-là.

L’argument financier se tient : « Les 700.000 euros qu’il faut dépenser pour accueillir cette épreuve, c’est l’équivalent d’une année de rallonge du budget de la CCAS, et les retombées économiques n’ont jamais été prouvées », affirme l’adjointe « aux mobilités ». Des municipalités pourront, le cas échéant, démontrer le contraire. Selon le Point, l’élue redoute également que la ville soit souillée par des « millions d’objets lancés aux spectateurs par la caravane du Tour ». Une pluie d’objets non identifiés, des spectateurs ensevelis sous des tonnes d’échantillons de lessive et de prospectus, des chiens d’avalanche pour les retrouver… Le chaos. Rennes sinistrée. Déplacement d’ venu constater les dégâts.

Des propos tenus juste avant que le directeur des mobilités ne réveille son adjointe : « Où suis-je ? J’ai fait un horrible cauchemar. Le fantôme d’Yvette Horner hantait les rues de la ville… »

Le est populaire et l’écolo n’aime pas ça. De populaire à populiste, il n’y a qu’un pas. Toujours d’après la personne en charge de la chose mobile sur la ville de Rennes, le serait « un format sportif daté ». Oui, ma chère. Démodé. Ces familles amassées le long des routes dans une ambiance bon enfant. Pouah ! Ces barbecues, ces merguez, tous ces smicards qui encouragent les coureurs. Re-pouah !

L’heure est à la piste cyclable et son peloton de bobos savamment négligés. Des pédaleurs dopés au mondialisme. Paris-Rennes en deux semaines chrono !

France Bleu, qui relate l’effarouchement des écolos rennais, conclut son article par une splendeur rédactionnelle. À propos de la décision : « Le suspend prendre bientôt fin. » Et moi vouloir savoir pourquoi vous pas relire article avant publication ? Le maillot jaune pour le rédacteur en chef !

À lire aussi

Oraison funèbre du maire de Bordeaux pour « l’arbre mort » de Noël

Les obsèques de l'arbre de l'année dernière l'ont plongé dans une profonde tristesse. La v…